Vendredi 6 avril 2012 5 06 /04 /Avr /2012 12:49

Vis, dis et deviens !


Par Bénédicte Soula

Les Trois Coups.com


Retravaillée depuis la première version de 2010, la création performance d’Anne Lefèvre « You Need A Coach My Friend » est un manifeste pour un mieux vivre ensemble, dans lequel tendresse et conscience politique se mêlent avec bonheur.

you-need-a-coach-my-friend-615-camille-chalain

« You Need A Coach My friend » | © Camille Chalain

Dans You Need A Coach My Friend, Anne Lefèvre est seule en scène. Sans filet. Nue malgré les divers accoutrements, sa perruque platine et sa robe Marylin. Seule malgré l’équipe de création qui signe à ses côtés une œuvre libre, dans laquelle chaque discipline artistique (vidéo, musique électroacoustique, performance, théâtre…) est convoquée à part entière, pour manifester, dit-elle, le « vouloir‑dire en commun ».

Seule donc. Avec, derrière elle, un miroir renvoyant l’image de son simulacre. Et, devant, si près qu’elle peut le toucher dans ce petit Théâtre du Vent-des‑Signes, le public qui la dévisage. Impossible de reculer. C’est parti ! Juchée très haut sur ses talons d’Achille, la bouche maquillée au carmin et le regard noirci au crayon, la voilà qui commence à nous livrer son texte. Une autofiction kaléidoscopique, convoquant ici la fillette qu’elle fut, là la femme éternellement amoureuse, revenue un peu de tout, sauf de l’envie de vivre. Et de partager sa vie.

Frontale et touchante, brutale et lyrique, drôle et tragique, très intime et pourtant universelle… Et puis encore : éraillée, passionnée, blessée, blessante, fragile, forte, entière et émiettée. Surtout femme, et si comme le dit Voltaire « l’écriture est la peinture de la voix : plus elle est ressemblante, meilleure elle est… », nous sommes servis. Ressemblante, elle l’est. Donc, bouleversante, elle ne peut que l’être. La chorégraphe et metteuse en scène, Coraline Lamaison, ne s’y est d’ailleurs pas trompée, qui, après Kate Strong, a trouvé avec Anne Lefèvre une autre matière sublime à malaxer.

« On ferait le rêve »

À maîtriser aussi. Est‑il possible de demander à une rockeuse, fût‑elle du théâtre, de modérer elle-même la force de ses sentiments, d’endiguer la houle de ses colères ? Ce n’est pas sérieux. À Coraline Lamaison, donc, la charge de retravailler l’objet à partir de l’écriture d’une première performance datant de 2010, tout en préservant la puissance verbale inscrite dans l’A.D.N. du spectacle. À Anne Lefèvre, le rôle sur mesure de la comédienne démonstrative, qui va chercher chaque spectateur au fond de la pupille, qui adresse ses sourires à chacun, comme s’il était le seul. Et ses mots comme s’il était unique.

C’est ainsi, sans chiqué, qu’elle délivre son message d’humanisme et de rébellion face au monde de la haute finance ; qu’elle décode avec un humour lucide la société du spectacle qui vend du temps de cerveau disponible. Qu’elle dézingue la société consumériste, avec une forme de révolte adolescente. « Cours, cours, petite, galope, à perdre haleine et, surtout, ne t’en laisse pas conter… » Mais c’est de cette manière qu’elle ajoute aussi à la contestation sa recette du bonheur, puisée dans la philosophie d’Épicure :

« On ferait le rêve. On jouerait qu’on gâcherait plus. On jouerait qu’on serait tout le temps à fond… intense. On jouerait qu’on vivrait. Et ça marcherait. On fait le rêve. On joue qu’on gâche plus. On joue qu’on est tout le temps à fond… intense. On joue qu’on vit. Et ça marche. »

Oui, ça marche. La fin de la performance vous tire les larmes. Et on s’aperçoit alors que le titre, comme tout droit tiré d’un vieux standard américain, s’adresse à nous. On a tous besoin d’un coach en ces temps perturbés. Et fragile ou pas, seule, perchée sur ses talons d’Achille, ce soir, le coach, c’est Anne… 

Bénédicte Soula


You Need A Coach My Friend, d’Anne Lefèvre

Groupe T.S.H. (Tout simplement humain) • 6, impasse Varsovie • 31300 Toulouse

Courriel : contact@groupetsh.com

05 61 42 10 70

Texte et performance : Anne Lefèvre

Collaboration artistique : Coraline Lamaison

Avec : Anne Lefèvre

Composition musicale et performance : Jacky Mérit

Scénographie : Jérôme Souillot

Création vidéo : Enrico Clarelli

Création lumières : Cyril Monteil

Théâtre du Vent-des-Signes • 6, impasse Varsovie • 31300 Toulouse

Réservations : 05 61 42 10 70

Site : http://www.leventdessignes.fr/

Du 20 au 31 mars 2012, du mardi au samedi à 20 h 30, relâche le dimanche et le lundi

13 € | 10 €

Publié dans : France-Étranger 1998-2014 - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche sur le site

Qui ? Quoi ? Où ?

  • : Les Trois Coups
  • Les Trois Coups
  • : Le journal quotidien du spectacle vivant en France. Critiques, annonces, portraits, entretiens, Off et Festival d’Avignon depuis 1991 ! Siège à Avignon, Vaucluse, P.A.C.A.
  • Retour à la page d'accueil

Nous contacter

Le journal vous recommande

choses-vues-numero1-290

choses-vues-numero2-290

choses-vues-numero3-290

choses-vues-numero4-290

choses-vues-numero5-290

choses-vues-numero6-290

choses-vues-numero-7-290

choses-vues-numero-huit-290

choses-vues-numero-neuf-290

choses-vues-numero-dix nous-tziganes-290

choses-vues-615-numero-11-290

Nos partenaires

ASPTHEATRE RED

theatre-des-carmes-290

chene-noir-290

tcqf-290-copie-1

theatre-des-halles-290

fabrik-theatre-290

hivernales-partenaire-290

maison-jean-vilar-260

 

surikat-290

L’association Les Trois Coups

« Les Trois Coups », c’est un journal en ligne, bien sûr. Mais c’est aussi une association, qui a besoin d’être soutenue par des adhérents.
Lire la suite.

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés