Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 17:57

« Woyzeck [Je n’arrive pas à pleurer] »

de Jean-Pierre Baro


Annonce de Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


Le Monfort • parc Georges-Brassens • 106, rue Brancion • 75015 Paris

Du 19 mars au 6 avril 2013

Pour les lecteurs des « Trois Coups », 5 invitations pour deux personnes les 20, 21, 22 et 23 mars 2013 à 20 h 30

Écrire de la part du journal, exclusivement à matthieu.hoornaert@lemonfort.fr

Voir la critique de Laura Plas

woyzeck-1-615 christophe-raynaud-de-lage

« Woyzeck (Je n’arrive pas à pleurer) »

© Christophe Raynaud de Lage

D’après Georg Büchner

Adaptation, écriture, mise en scène : Jean-Pierre Baro

D’après la traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil

Assistant à la mise en scène : Franck Gazal

Avec : Simon Bellouard, Cécile Coustillac, Adama Diop, Sabine Moindrot, Elios Noël, Philippe Noël, Tonin Palazzotto

Scénographie, vêtements, accessoires : Magali Murbach et Jean-Pierre Baro

Création sonore : Loïc Le Roux

Création vidéo : Vincent Prentout

Création lumière : Bruno Brinas

Régie générale et son : Adrien Wernert

Administration et production : Jean-Baptiste Pasquier, Cécile Jeanson (Bureau Formart)

Production Extime Compagnie

Coproduction C.D.N. Orléans-Loiret-Centre

Avec l’aide à la production d’A.R.C.A.D.I.

Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication/D.R.A.C. Île-de-France, de l’A.D.A.M.I., du conservatoire d’art dramatique de Montpellier, de la Passerelle-scène nationale de Saint-Brieuc, du Monfort-Paris, de la Ferme du Buisson-scène nationale de Marne-la-Vallée, Théâtre Paul-Éluard-Choisy-le-Roi

Durée : 1 h 50 environ

Note d’intention et de mise en scène

Woyzeck, la pièce

Je n’arrive pas à pleurer, le témoignage

Johann Christian Woyzeck, ancien soldat, fabricant de perruques et coiffeur sans emploi poignarde son amante Christiane Woost, une veuve âgée de 46 ans. Il sera condamné à mort. Son exécution publique aura lieu le 27 août 1824, sur la place du marché de Leipzig.

Georg Büchner est parti d’un fait-divers, une réalité historique, un personnage réel, pour construire sa fiction.

Je désire partir de cette fiction pour aller vers le réel, ou du moins ce que je nomme le réel et qui n’est en fin de compte que la perception subjective de l’histoire de mon père.

Travailler sur la porosité entre fiction et réel m’inspire et me passionne.

Cette « porosité » sera au cœur de la direction d’acteurs et de la mise en scène.

J’écris Je n’arrive pas à pleurer, texte issu d’un entretien réalisé auprès de ma mère. Je l’ai interrogée sur l’histoire de mon père, et croyant écrire un texte sur lui, je m’aperçois au fur et à mesure des entretiens et de leurs retranscriptions que le sujet de ce texte sera la mémoire, le rapport d’une femme à son passé, au souvenir d’un homme.

Quel rapport entretenons-nous avec nos proches disparus ? Comment dire à quelqu’un qui n’est plus là ce que le temps ne nous a pas permis de lui livrer avant ?

De Shakespeare, en passant par Ibsen, jusqu’à Fosse, le théâtre nous offre la possibilité d’honorer les morts, de faire apparaître des gens qui ne sont plus là et de dialoguer à nouveau avec ces absents/présents à travers leur évocation.

Une seule interprète portera ce texte. Elle ne sera pas forcément dans le même espace, mais aura la capacité de voyager dans la fiction Woyzeck. Elle sera, comme nous, témoin de cette histoire tout en nous livrant la sienne.

Woyzeck est avant tout une histoire d’amour et la première tragédie prolétaire, son style est direct, elliptique, débarrassé d’explication psychologique, tout en étant à la fois une plongée vertigineuse dans les gouffres de l’âme humaine.

Il faut l’ouvrir à coup de couteau. Pénétrer dedans, investir son territoire pour y reconnaître peut-être sa propre histoire.

Je veux construire une mise en scène sensible, oscillant entre fiction et réel. Il y aura le texte de Woyzeck, d’autres textes de Büchner issus de sa correspondance, ainsi que des textes issus d’entretiens, réalisés auprès de ceux qui, comme lui, se sentent étrangers, déracinés, dans l’incapacité de composer avec ce monde.

Je désire aborder la fiction Woyzeck de manière limpide et simple, en m’inspirant pour le montage des fragments du livret d’opéra d’Alban Berg, et de l’adaptation cinématographique de Werner Herzog.

Et mettre cette fiction en parallèle avec Je n’arrive pas à pleurer, sans les séparer mais les laissant côte à côte. Dans une démarche proche du montage cinématographique.

Je n’arrive pas à pleurer agira comme un écho, comme lorsque l’on compare deux photographies d’un même thème, qu’une chose met en lumière une autre, et vice versa.

Il s’agira de ne pas réduire la pièce à une seule idée, mais de l’explorer à travers une intuition personnelle, mettre en scène Woyzeck comme on désire une rencontre, pour faire émerger un théâtre sensible et lucide à la fois. Le rôle de Woyzeck sera interprété par un acteur noir.

Recueilli par

Les Trois Coups


Le Monfort • parc Georges Brassens • 106, rue Brancion • 75015 Paris

01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher