Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 13:29

Viva la vida : un autre regard

sur le handicap


Par Léna Martinelli

Les Trois Coups.com


Saluons l’initiative du Val-d’Oise qui vient de lancer Viva la vida, un nouveau festival créé sous l’impulsion du Théâtre du Cristal et du Théâtre de l’Apostrophe. Une dizaine d’établissements culturels du département s’associe pour présenter, du 5 au 26 octobre 2012, spectacles, films et débats autour du handicap. Une rencontre autant humaine qu’artistique.

viva-la-vida-affiche-615

Viva la vida | © D.R.

Œuvrant au quotidien pour la mixité sociale, le conseil général du Val-d’Oise est convaincu que les pratiques culturelles contribuent à intégrer les personnes en situation de handicap. C’est pourquoi le soutien d’initiatives améliorant l’accès de ces dernières à l’art et à la culture allait de soi avec, entre autres, la création d’un pôle ressources assuré par le Théâtre du Cristal, structure dont la mission prédisposait à imaginer un évènement comme celui de Viva la vida, car sur treize de ses spectacles créés depuis 1989, cinq ont été jouées par des personnes handicapées mentales. Le Théâtre de l’Apostrophe est lui aussi partie prenante. Attentive aux propositions artistiques marquantes, la scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise est en effet investie dans l’ouverture – la plus large possible – à la diversité des expressions.

Changer le regard sur le handicap

Consacrer un festival au handicap implique de traiter de l’altérité, du droit à la différence, de soulever les difficultés vécues au quotidien. Pour changer le regard porté sur les handicapés, il est intéressant de réfléchir aussi sur sa représentation sociale, donc d’explorer les relations entre l’art et le handicap, liés depuis longtemps, finalement. En effet, les tableaux de Bruegel, Vélasquez, Otto Dix font déjà apparaître des cortèges d’infirmes, de nains, d’aveugles et d’estropiés. Heureusement, c’en est fini des phénomènes de foire qu’on expose ! Même s’il y a encore beaucoup de progrès à faire, on est désormais passé à une approche plus respectueuse, grâce au travail des associations, à une politique publique volontariste, au succès populaire de productions artistiques comme les Intouchables.

Oui, les artistes peuvent faire beaucoup ! Quel est le point commun entre Beethoven, Artaud, Ray Charles, Michel Petrucciani ? Ces célébrités ont contribué à faire accepter l’idée que des personnes handicapées puissent être dotées de talent, voire de génie. En revanche, admettre que des personnes reconnues officiellement invalides puissent être recrutées comme artistes est plus récent.

lointain-intérieur alexandra-lebonChoisir des personnes hors normes comme interprètes, Olivier Couder (directeur du Théâtre du Cristal) en a justement fait son cheval de bataille. Depuis bientôt dix ans, celui-ci œuvre, avec l’É.S.A.T. (Établissement service d’aide par le travail) La Montagne, à la réinsertion sociale de handicapés via la professionnalisation de comédiens. D’ailleurs, on retrouve certains d’entre eux dans Lointain intérieur, un voyage vers les poèmes d’Henri Michaux dont on appréhende mieux, avec ce spectacle, les vertigineux abîmes dans lesquels la folie et la drogue l’ont mené. Éternel aventurier, cet auteur a rôdé toute sa vie durant aux confins du monde intérieur et de ses gouffres, une expérience de l’intime et de l’étrange que le Théâtre du Cristal associe, de façon très juste, à la magie. Une création inspirée, point d’orgue du festival.

Autre structure engagée dans ce type de démarche, l’International Visual Theater reprend Héritages, mis en scène par Emmanuelle Laborit, sa fondatrice, engagée depuis si longtemps dans la reconnaissance de la langue des signes, dont on apprend ici la tumultueuse histoire. Sur scène, comédiens entendants et sourds jouent avec l’assistance d’une interprète et font éprouver la difficile communication entre les deux mondes.

Théâtre, danse, cirque, installations

Le théâtre n’est pas le seul art où les handicapés peuvent s’exprimer en toute liberté. Ainsi, quand d’autres le font sur pointes, Ali Fekih danse avec ses béquilles. Rusant avec son handicap, il ne muselle pas sa rage et danse son désir de vivre, plus fort que tout. Cela l’aide à se tenir debout dans le monde. Même au cirque, pourtant discipline de la performance, certains peuvent trouver une place de choix, comme les acrobates du cirque Inextrémiste, protagonistes déjantés, dont un en fauteuil roulant, tous trois soumis aux lois précaires de leur monde toujours menacé d’effondrement. Un capharnaüm de planches et de bonbonnes qui tanguent, un monde à eux finalement si proche du nôtre ! Une très belle parabole sur la solidarité.

les-autres-sont-ils-si-differents-de-nous-615

« Les autres sont-ils si différents de nous ? » | © D.R.

Plusieurs spectacles abordent plus directement les thématiques liées au handicap, comme l’histoire d’amour entre une adulte sourde et une enfant entendante imaginée par la compagnie Hippolyte a mal au cœur ou encore la création proposée par le Théâtre du Voyage-Intérieur qui, dans le cadre de sa résidence d’implantation à Eaubonne, restitue la vie et la parole de la population, conviant tout à chacun à mieux comprendre la singularité d’autrui.

Témoigner, ne pas déformer la réalité, raconter des histoires, toucher…

Le témoignage, l’approche documentaire sont évidemment d’une efficacité redoutable pour nous montrer la dure réalité. Inventer des histoires, traduire des émotions vécues lors de fortes expériences peut toucher autrement les gens. Par exemple, pendant deux ans, la chorégraphe Sandrine Buring et l’auteur Stéphane Olry ont travaillé en résidence à l’hôpital pour enfants handicapés de La Roche-Guyon. Cela leur a inspiré deux créations aux scénographies originales : sous une éprouvette de verre, la danseuse présente le sentier intime tracé en elle par sa rencontre avec ces enfants vulnérables. C’est dans une salle emplie de brouillard, que son acolyte, quant à lui, installe les spectateurs, alors littéralement traversés par des voix qui racontent l’histoire d’une femme arrivant, pour sa première journée de travail, dans une institution accueillant des enfants privés de parole et de mouvement. Deux écritures distinctes – celle du corps et celle des mots – qui s’enrichissent mutuellement.

Des spectacles miroirs de la réalité, des créations tissées dans le rêve… Quelle que soit la démarche, ces œuvres tentent de traduire au mieux la souffrance de corps contraints, l’écho insoupçonné de voix brisées, la fantaisie créatrice de cerveaux troublés. Mais Viva la vida compte bien aussi soulever des questions et trouver des solutions. Comment la représentation sociale des handicapés a‑t‑elle évolué ? Comment devenir – et rester – artiste professionnel quand on est en situation de handicap ? Les rencontres professionnelles (ouvertes à tous) du 12 octobre, « Donner accès, créer, vivre ensemble ? » et la table ronde du 20 octobre « Quand l’art et le handicap se rencontrent… » rassembleront de nombreux spécialistes. Avec l’ambition que ces temps de réflexion permettent d’imaginer et de porter collectivement des projets. Enfin, le Papotin, journal atypique créé par des personnes autistes, consacrera un numéro spécial avec chroniques des spectacles présentés et interviews des artistes programmés.

Viva la vida, inspiré du titre donné à son dernier tableau par Frida Kalho, lourdement handicapée après un terrible accident, est un hymne à la joie de vivre, coûte que coûte, un peu à l’image de ce festival, initiative très positive, belle invitation à nous enrichir de nos différences pour améliorer notre « vivre ensemble ». 

Léna Martinelli


Viva la vida

Du 5 au 26 octobre 2012

www.lapostrophe.net

www.artsenfolies.org/theatreducristal

www.valdoise.fr

Tarifs spécifiques pour chaque structure

Théâtre de l’Apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise • Cergy-Pontoise

Tél. 01 34 20 14 14

L’Orange bleue • Ermont • Tél. 01 34 27 71 20

École de cirque Cherche trouve • Vauréal • Tél. 01 34 43 15 15

Château de la Roche-Guyon • La Roche-Guyon • Tél. 01 34 79 76 30

Théâtre de l’Usine • Éragny-sur-Oise • Tél. 01 30 37 01 11

Théâtre de l’Aventure • Ermont • Tél. 01 34 44 03 80

Théâtre du Cormier • Cormeilles-en-Parisis • Tél. 01 34 50 47 65

Centre culturel Le Figuier blanc • Argenteuil • Tél. 01 34 23 58 00

Centre culturel • Jouy-Le-Moutier • Tél. 01 34 43 38 00

Espace Germinal, scène de l’Est valdoisien • Fosses • Tél. 01 34 72 88 80

Espace culturel Lucien-Jean • Marly-la-Ville • Tél. 01 34 31 37 60

Cinéma Utopia • Saint-Ouen-L’Aumône • Tél. 01 30 37 75 52

Le Papotin • www.lepapotin.org

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher