Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 23:35

« Une ample comédie
à cent actes divers… »


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Dix-sept ans après « Montgolfières », son premier album produit par une Française, Gianmaria Testa est devenu un grand de la chanson de part et d’autre des Alpes. Son nouvel album, « Vitamia », apparaît un peu comme un bilan de cinquante années de vie que nous proposerait l’auteur, compositeur et interprète. C’est un spectacle largement composé de ces dernières chansons que le public a chaudement applaudi au Carré Sévigné, à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine).

gianmaria-testa-615 jf-picaut

Gianmaria Testa | © Jean-François Picaut

Sur scène, Gianmaria est moins entouré que sur l’album, un simple trio, mais quels musiciens : Giancarlo Bianchetti (guitares), Nicola Negrini (basse et contrebasse) et Philippe Garcia (batterie) ! Ces trois-là entourent leur leader (chant et guitares) et, à eux quatre, ils forment comme un cercle chaleureux au centre de la scène. Assis sur son tabouret haut et parfois debout, mais toujours guitare en mains, Gianmaria Testa déroule le concert comme on raconte une histoire. On pense à la façon dont La Fontaine qualifie ses Fables : « Une ample comédie à cent actes divers… ».

Après trois titres purement acoustiques, il attaque sur fond de guitare et basse électriques Lasciami Andare, un titre sensible sur les adieux et l’amitié où l’on entend des sonorités très rock. La célèbre voix, chaude et rauque, légèrement éraillée fait merveille dans Lele, une ballade mélancolique qui est aussi une dénonciation sans complaisance des mariages arrangés. Dimestichezze d’amor, à l’ambiance luso-brésilienne, est un hymne plein d’espoir qui chante un amour déjà ancien, mais dont on est encore prêt à « écrire une page blanche ».

L’un des plus grands « cantautore »

Gianmaria Testa est aussi un conteur de talent, plein d’humour. Il faut l’entendre raconter l’histoire de l’homme qui a oublié sa prothèse de jambe dans le train ou évoquer la Fiat 500, « tellement antiérotique qu’on pourrait la croire inventée par un curé allemand qui aurait pris du galon depuis » ! Tel est l’homme que l’Italie reconnaît comme l’un de ses plus grands « cantautore » et qui jouit en France d’une réputation méritée : sensible, chaleureux, drôle, mais aussi engagé comme en témoignent quelques titres de Vitamia.

Cordiali saluti aux accords saturés, façon funk, met en scène un directeur des ressources humaines qui a l’art de la lettre de licenciement cynique. Immédiatement après, par une science des contrastes bien caractéristique de l’artiste, on passe à 18 Mila giorni (« 18 000 jours »), une des ballades les plus romantiques de l’album, dédiée à l’écrivain Erri De Luca. Puis une sorte de courte comptine à l’allure de manège musical, Aquadub, cède la place à la suite de Cordiali saluti. Sottosopra, à l’ambiance rock agressive, donne, en effet, la parole à un ouvrier licencié qui, grimpé sur le toit de son usine, exhale sa protestation.

Ainsi va le concert qui, pendant près de deux heures avec les rappels, tient les spectateurs sous le charme de M. Testa. Le public, ravi, quitte le Carré Sévigné avec dans les yeux une lueur qui ne trompe pas. Il vient de quitter un artiste généreux : pour mieux le retrouver dans l’intimité en écoutant Vitamia ? 

Jean-François Picaut


Vitamia, de Gianmaria Testa

Un album Produzioni Fuorivia / Le Chant du monde, diffusé par Harmonia Mundi

Avec : Gianmaria Testa (chant et guitares), Giancarlo Bianchetti et Claudio Dadone (guitares), Nicola Negrini (basse et contrebasse), Roberto Cipelli (piano) et Philippe Garcia (batterie)

Carré Sévigné • 4, mail de Bourgchevreuil • 35510 Cesson-Sévigné

Réservations : 02 99 83 11 00

Durée : 1 h 30

22 € | 18 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher