Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 13:55

Itinéraire d’une débutante


Par Fabrice Chêne

Les Trois Coups.com


Le festival Péril jeune qui se déroule chaque automne à l’espace Confluences commence fort cette année avec la première création de la compagnie Ascorbic : « Une recrue », ou la difficile initiation d’une jeune femme à la vie professionnelle.

une-recrue-615 alice-fargier

« Une recrue » | © Alice Fargier

Voilà un certain temps déjà que le théâtre ne s’interdit plus de parler du monde de l’entreprise. À cet égard, Une recrue aborde un sujet d’une brûlante actualité : la précarité des jeunes travailleurs, leur difficulté à accéder à un premier emploi. Bien loin pourtant d’un discours revendicatif ouvertement politisé, c’est au contraire au croisement du théâtre de l’intime que se situe le projet de Noémie Fargier. Cette jeune auteur, qui est aussi metteuse en scène, ne cache d’ailleurs pas la dimension autobiographique de la pièce : c’est en étant elle-même confrontée à l’expérience du recrutement en agence que lui est venue l’idée de ce spectacle, qui a obtenu le Grand Prix du festival Nanterre sur scène en décembre 2011. (Le texte est en outre lauréat de l’aide à la création du Centre national du théâtre.)

L’héroïne, c’est Jana, 24 ans (interprétée par Charlotte Popon), que l’on suit depuis son tout premier entretien d’embauche pour devenir hôtesse d’accueil. La jeune femme, dont c’est la première expérience professionnelle, a d’abord bien du mal à décoder les questions insidieuses qui lui sont adressées… Une fois admise dans l’agence, elle se trouvera ballottée d’une mission à l’autre, entre prise en charge téléphonique et accueil en salon. Jana est une fille d’aujourd’hui, elle partage sa vie avec son petit ami étudiant, déjeune de sandwichs avalés sur le pouce, se montre plutôt intimidée par la directrice de l’agence, Agathe, une trentenaire ambitieuse et sûre d’elle. L’évolution de la relation entre les deux femmes sert de fil directeur à la pièce et maintient l’intérêt du spectateur jusqu’au bout.

Une identité en question

« Aujourd’hui, qui êtes-vous ? » demande Agathe à Jana à la fin de son entretien d’embauche. Cette question, Jana semble se la poser à elle-même tout le long, et c’est bien ce qui intéresse Noémie Fargier : donner à voir les doutes et les incertitudes d’une jeune femme à la croisée des chemins, basculant soudain dans le monde des adultes et découvrant les réalités parfois cruelles de la vie professionnelle. Reculera‑t‑elle pour ne pas s’éloigner de son petit ami, Arthur (Romain Torres), encore étudiant et gréviste patenté ? Ou au contraire ira‑t‑elle de l’avant, quitte à accepter cette part de dressage social inhérente à l’entrée dans le monde du travail ? Entre frustration et espoirs, Jana s’accroche, se prend au jeu, malgré sa réticence à porter cette jupe de tailleur grise, qui à elle seule symbolise son changement de vie.

Même si on sent encore parfois un auteur en devenir, il n’y pas de fausse note dans le texte de Noémie Fargier. La pièce convainc par son rythme – une succession de courtes scènes – comme par sa progression dramatique. Elle intéresse par sa vision du monde de l’entreprise en ces temps de libéralisme : un univers aussi impitoyable que mouvant et instable. L’auteur explore avec finesse les relations complexes et les rapports de force entre les personnages, avec un grand sens du non‑dit. Elle est bien servie par ses comédiens, notamment Christelle Jacquaz dans le rôle d’Agathe, qui possède une réelle présence scénique, et Nathalie Beder dans celui de Myriam, l’assistante de direction aussi inhibée qu’énigmatique.

Une mise en scène tout en légèreté

La même cohérence se retrouve dans la mise en scène, tout en légèreté. Noémie Fargier propose un théâtre qui va droit au but et s’adresse à tous les publics, mais qui ne laisse rien au hasard sur le plan esthétique. Le décor est celui, aseptisé, d’une société de services moderne. Les meubles, mobiles, accentuent l’impression d’incertitude et de précarité qui est le lot des jeunes salariées. Une ambiance sonore très travaillée et oppressante n’empêche pas des moments plus ludiques, comme l’usage très libre qui est fait des fauteuils à roulettes. Le parti pris, qui pourrait paraître simpliste, de figurer sur une partie du plateau, contrastant avec l’atmosphère déshumanisante de l’entreprise, l’appartement en désordre du jeune couple, s’avère payant. Tout comme, idée originale, le recours occasionnel à la vidéo pour traduire les pensées des personnages. Des débuts prometteurs. 

Fabrice Chêne


Une recrue, de Noémie Fargier

Compagnie Ascorbic • 5, rue Victor-Massé • 75009 Paris

compagnie.ascorbic@gmail.com

06 70 27 82 47

www.compagnieascorbic.com

Mise en scène : Noémie Fargier

Avec : Natalie Beder, Christelle Jacquaz, Charlotte Popon, Romain Torres

Création sonore : Vincent Levesque

Lumières : Flore Marvaud

Costumes : Lucie Pannetrat

Vidéo : Margaux Parillaud

Espace Confluences • 190, boulevard de Charonne • 75020 Paris

Réservations : 01 40 24 16 46

resa@confluences.net

Métro : Philippe-Auguste

Du 5 au 8 octobre 2012 à 20 h 30

Durée : 1 h 30

15 € | 13 € | 5 €

Programme du festival Péril jeune, du 3 octobre au 18 novembre 2012 :

www.confluences.net

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher