Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 01:02

Vin prometteur ou vulgaire piquette ?

 

Qu’auriez-vous fait si vous aviez croisé Adolf Hitler en 1909, devant une bonne bière autrichienne ? N’auriez-vous pas été tentés de verser une dose de cyanure dans son verre avant que l’Histoire ne trace définitivement son chemin ? Lætitia Grimaldi et ses comédiens ont une réponse et nous la livrent dans « Un dernier verre ? », une comédie noire un peu trop brouillonne et manichéenne.

 

un-dernier-verreSur fond médiatique de montée de l’extrême droite, cinq colocataires recueillent chez eux un routier qui a le défaut d’être un parfait négationniste. Très vite, les esprits s’échauffent, la situation tourne mal, et voilà nos compagnons avec un cadavre sur les bras. Le moment de crise passé, ils se décident à punir par anticipation ceux qui, à leurs yeux, empêchent la bonne marche du monde. Ils ne savent pas, dès lors, qu’ils ont mis le doigt dans l’engrenage et que rien ne sera jamais plus comme avant. Après tout, pourquoi pas ? Et si on se débarrassait des racistes, des antisémites, des pédophiles, des homophobes, des violeurs, des réactionnaires… Mais la limite entre le bien et le mal est tout de même ténue : voilà bien le problème qui préoccupe nos personnages.

 

Si le principe de l’intrigue n’est pas mauvais, de nombreuses embûches viennent ralentir la course d’Un dernier verre ?. Ce spectacle demande en effet à être mené à un rythme effréné, mais il se prend les pieds dans le tapis à de nombreuses reprises. Le texte, d’abord, emprunte des raccourcis un peu trop convenus alors que, dans une comédie noire, on aurait aimé plus de finesse et de circonlocutions. Il manque parfois aux mots de Lætitia Grimaldi une ambivalence, un doute, une inflexion où on ne saurait plus distinguer le bien du mal, le comique du dramatique, où le malaise prendrait forme : comme un malentendu écrit tout en dentelle.

 

L’agencement de l’espace, ensuite, met à mal le parcours des comédiens, qui se bousculent parfois et disparaissent souvent les uns derrière les autres. Certes, le Laurette Théâtre a cela de rafraîchissant et d’enthousiasmant qu’il permet l’émergence de jeunes compagnies sans moyens. Mais la petite taille du plateau, conjuguée à un décor trop chargé, étouffe l’action. Par conséquent, les comédiens perdent beaucoup d’énergie à faire exister leurs personnages, engoncés qu’ils sont entre un canapé trois places, un fauteuil, une table basse et une porte qui ne cesse de s’ouvrir. Accordons tout de même une mention spéciale à Grégory Le Fourn qui a la chance d’interpréter scène après scène, et avec talent, des personnages tous plus salauds les uns que les autres. Du petit lait pour un comédien au plaisir communicatif.

 

Finalement, de même qu’on dit que le bon vin est celui qu’on a laissé vieillir, Un dernier verre ? est résolument une pièce trop jeune, sans robe et sans bouquet. Pour donner de la rondeur à ce spectacle, il faudrait presque repartir de zéro, vendanger à nouveau, laisser ces corps entassés s’exprimer dans un espace plus aéré, faire confiance au texte sans chercher à appuyer sur les mots, épurer la mise en scène, en somme laisser au spectateur le droit de comprendre par lui-même. Sans quoi le vin prometteur se transformerait en une vulgaire piquette, malgré l’enthousiasme manifesté par tous les protagonistes. Allez, un dernier verre et on s’y remet ? 

 

Victorien Robert

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Un dernier verre ?, de Lætitia Grimaldi

Courriel de la compagnie : laetitiagrimaldi@ymail.com

Mise en scène : Lætitia Grimaldi

Assistante à la mise en scène : Marie-Flore Limal

Avec : Pierre-Yves Agin, Sarah Bussy, Cécile Morel, Laurent Lasserre, Lætizia Leandri, Grégory Le Fourn, Marie Flore Limal, Yucheng Sun et Anthony Legal

Peintures de Laurène de Bertillat

Laurette Théâtre • 36, rue Bichat • 75010 Paris

Réservations : 08 99 15 37 16 ou sur le site www.laurette-theatre.fr

Du 6 avril au 20 mai 2010 à 20 h 30, les mardi et jeudi à 21 h 30

Durée : 1 h 15

15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher