Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 20:17

Tout contre la mort


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Trop rares sont les spectacles accessibles au jeune public qui osent traiter de la maladie. Encore plus rares sont ceux qui traitent du sida. C’est pourtant le cas de « Tout contre Léo », adapté du premier et remarquable roman de Christophe Honoré à destination des enfants. La compagnie du Dagor, qui a choisi de porter ce texte à la scène, peut se féliciter de ce choix qui se révèle une vraie réussite.

tout-contre-leo thierry-laporteIl est le dernier né d’une fratrie de quatre garçons : Léo, Tristan, Pierrot, Marcel, on le surnomme P’tit Marcel, et il a dix ans. Un soir, après le repas, plus exactement au moment du bisou, il surprend une discussion et apprend que Léo, son frère de dix-neuf ans, est atteint du sida et va mourir. Dès lors, à l’école, pendant les repas en famille, avec son copain Yvan, P’tit Marcel fait comme s’il ne savait rien, comme si de rien n’était, enfin il essaie… Tout contre Léo aborde avec une extrême sincérité des questions telles que l’amour d’un petit garçon envers son frère aîné, l’entrée de la maladie dans une famille, les préjugés, la mort…

À travers cette pièce, la compagnie du Dagor réussit à mettre en scène de manière aussi intelligente qu’astucieuse le texte de Christophe Honoré. On apprécie tout d’abord le dispositif scénique qui consiste en un immense étendoir à linge, sur lequel sont disposées de longues feuilles de papier, comme autant d’espaces modulables découpés, marqués, gribouillés ou prêts à l’être… Ces multiples surfaces donnent également la possibilité de créer divers jeux d’ombre et de lumière, jeux de transparence et de disparition. Cet astucieux dispositif, signé Frédéric Pikering, marque par sa cohérence avec l’univers qui pourrait être celui d’un enfant de dix ans. Dynamique, la pièce est ponctuée de « tubes » des années 1990 marquées par des groupes tels que East 17, No Doubt, Larousso…, qui situent parfaitement le texte dans son époque.

Thomas Gornet, dans le rôle de Marcel, est bouleversant de vérité. Le ton est juste, terriblement drôle, sait être grave, sans jamais être pathétique. Le comédien incarne à merveille le petit garçon ainsi que la palette de personnages qui l’entourent. Il passe en quelques secondes de Mémère à Yvan, le copain de P’tit Marcel. Il donne vie à toute une série de protagonistes avec une diabolique espièglerie, sans jamais perdre une miette de ce ton si incisif caractéristique du texte de Christophe Honoré.

À l’image du livre, le spectacle Tout contre Léo est une pièce forte, essentielle et nécessaire, qui sait dire avec des mots simples sans jamais infantiliser, avec des mots justes et extrêmement précis, la gravité d’une situation, celle de la maladie. C’est un de ces rares spectacles qui ose traiter avec talent d’un sujet douloureux, permettant de comprendre et par là même de grandir. 

Élise Ternat


Tout contre Léo, de Christophe Honoré

Édition École des loisirs

Compagnie du Dagor • 32, rue de Tourcoing • 87000 Limoges

05 55 33 44 85 | 06 87 30 73 84

compagniedudagor@orange.fr

Mise en scène : Marie Blondel

Jeu : Thomas Gornet

Scénographie : Frédéric Pickering

Lumière : Frédéric Rebuffat

Diffusion : Marina Tullio

Photo : © Thierry Laporte

Espace Alya • 31 bis, rue Guillaume-Puy • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 27 38 23

Du 8 au 31 juillet 2010 à 10 h 45

Durée : 1 heure

10 € | 7 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher