Jeudi 1 avril 2010 4 01 /04 /Avr /2010 00:45

Ensorcelante « Tempête ! »


Par Marie-Christine Harant

Les Trois Coups.com


Quel talent ! Irina Brook magicienne de la scène, nous livre « Tempête ! ». Elle nous sert sa vision ensorcelante de « la Tempête », encore plus shakespearienne que la version originale du grand William.

Avec beaucoup de pudeur, Irina Brook annonce clairement la couleur. Sa Tempête ! sans article et avec point d’exclamation n’est pas la pièce de Shakespeare. À partir de l’original et de l’adaptation de Jean-Claude Carrière, Irina Brook a réécrit une pièce très personnelle. On n’est pas dans le tripatouillage indécent de ces metteurs en scène qui ne cherchent qu’à se faire mousser en massacrant les grands classiques. Ici, on est dans la transposition jubilatoire, dans la déclaration d’amour à l’univers follement irrationnel de cette comédie délirante.

Cette adaptation, Irina Brook, l’a pensée pour quatre comédiens en particulier, ceux qu’elle avait déjà dirigés dans l’Odyssée. Ces quatre bêtes de scène, comme elle les nomme, ne sont plus que trois dans la nouvelle aventure : Hovnatan Avedikian, Renato Giuliani et Ysmahane Yaqini. Scott Koehler et Bartiomiej Soroczynski complètent la bande déjantée. Cinq comédiens et huit rôles, pour un spectacle ébouriffant, un ouragan sur scène.

En effet, Irina Brook a resserré l’intrigue et la distribution. L’action se passe donc en une journée sur l’île où ont échoué, il y a plus de vingt ans, Prospero et sa fille Miranda. Ils ont pour esclaves un indigène mi-bête mi-homme, Caliban, et Ariel, incarnation de l’esprit des airs. Leur train-train est troublé par l’arrivée sur l’île d’Alonso, frère de Prospero, de Ferdinand, son fils et de deux serviteurs improbables, Truculo et Stéphano. Les quatre ont échappé miraculeusement à un naufrage à la suite d’une tempête provoquée, comme par magie, par Prospero.

tempete

« Tempête »

Dans la version traditionnelle, ils sont dix-neuf personnages sans compter les nymphes et autres esprits au service de Prospero. Cependant, magie du théâtre, magie de l’ensorcelante Irina Brook, nos cinq comédiens se déchaînent comme vingt, dans un espace où le réalisme devient féérique. Toujours dans la Tempête, les deux frères étaient milanais et ducs, l’un usurpant le titre de l’autre. Dans Tempête !, Prospero s’est fait usurpé sa pizzeria par Alonso. Mais il a conservé les recettes qui ont fait sa gloire.

Comme dans la version originale, l’action se déroule donc sur une île. Le décor rappelle une plage après un cataclysme. Un amoncellement d’objets hétéroclites, rescapés du naufrage, le compose : un poste à galène, un vestiaire accroché à des cintres, des ustensiles de cuisine, une niche pour Caliban, une table et des chaises en Formica, une guirlande en papier pour donner un air festif à ce campement. Ce bric-à-brac invraisemblable, soigneusement désordonné, créé par Noëlle Ginefri, s’accorde parfaitement à l’ambiance échevelée voulue par Irina Brook. Un ouragan à mi-chemin entre comédie musicale et cabaret, bal masqué et carnaval, sur des rythmes aussi variés que la Traviata ou les tarentelles napolitaines, qui font danser les comédiens.

Parlons-en des comédiens. Seule figure féminine, Ysmahane Yaqini, campe une Miranda irrésistible. Espiègle au premier acte, charmeuse au second, romantique amoureuse au troisième. Le Caliban d’Hovnatan Avedikian en surprendra plus d’un. Ce n’est pas une bête, mais un être tout en jambes et en muscles, un acrobate bondissant, qui parle aussi bien le charabia que la langue de Shakespeare. Renato Giuliani, en tant que Prospero, se métamorphose d’un coup de baguette magique en Stéphano l’ivrogne. Il nous livre ainsi deux facettes de sa truculence exceptionnelle. La palme du transformisme revient à Bartlomiej Soroczynski, dans le double rôle de Ferdinand, l’amoureux transi aux grosses lunettes, et de Truculo, un naufragé halluciné. Lorsque, pour séduire Miranda, il se met à cuisiner des spaghettis en jonglant avec les ingrédients, il arrache des rires aux spectateurs les plus réticents. Enfin, Scott Koelher, ferait croire aux plus sceptiques que les esprits s’incarnent. Il est un Ariel bien vivant et lunaire d’une fantaisie époustouflante. Des bêtes de scène, dirigés par une bête de scène. Voilà la recette de cette Tempête ! ensorcelante. 

Marie-Christine Harant


Tempête !, d’après Shakespeare

Compagnie Irina-Brook • maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre • 2, boulevard Pierre-de-Coubertin • 58000 Nevers

03 86 93 09 14

www.mcnn.fr

production@mcnn.fr

Adaptation d’après Jean-Claude Carrière, mise en scène : Irina Brook

Avec : Hovnatan Avedikian, Renato Giuliani, Scott Koelher, Bartlomiej Soroczynski, Ysmahane Yaqini

Décors et costumes : Noëlle Ginefri

Création lumière : Arnaud Jung

Théâtre Jacques-Cœur • mas d’Encivade • 1050, avenue Léonard-de-Vinci • 34970 Lattes

Réservations : 04 99 52 95 00

Les 26 et 27 mars 2010 à 21 heures

Durée : 2 heures

24 € | 14 €

Tournée :

– 6 avril 2010, Festival de Pessac

– 13 avril 2010, Clichy-la-Garenne

– 26 mai 2010 au 19 juin 2010, Théâtre des Bouffes-du-Nord, Paris

Publié dans : France-Étranger 1998-2014 - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche sur le site

Qui ? Quoi ? Où ?

  • : Les Trois Coups
  • Les Trois Coups
  • : Le journal quotidien du spectacle vivant en France. Critiques, annonces, portraits, entretiens, Off et Festival d’Avignon depuis 1991 ! Siège à Avignon, Vaucluse, P.A.C.A.
  • Retour à la page d'accueil

Nous contacter

Le journal vous recommande

choses-vues-numero1-290

choses-vues-numero2-290

choses-vues-numero3-290

choses-vues-numero4-290

choses-vues-numero5-290

choses-vues-numero6-290

choses-vues-numero-7-290

choses-vues-numero-huit-290

choses-vues-numero-neuf-290

choses-vues-numero-dix nous-tziganes-290

choses-vues-615-numero-11-290

Nos partenaires

ASPTHEATRE RED

theatre-des-carmes-290

chene-noir-290

tcqf-290-copie-1

theatre-des-halles-290

fabrik-theatre-290

hivernales-partenaire-290

maison-jean-vilar-260

 

surikat-290

L’association Les Trois Coups

« Les Trois Coups », c’est un journal en ligne, bien sûr. Mais c’est aussi une association, qui a besoin d’être soutenue par des adhérents.
Lire la suite.

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés