Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 18:51

Sophie-Louise Dann étincelle


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Après « A Little Night Music » en 2010 puis « Sweeney Todd » en 2011, le Théâtre du Châtelet poursuit la découverte de l’œuvre de Stephen Sondheim. La création française de sa comédie musicale « Sunday in the Park With George », couronnée par le prix Pulitzer en 1985, est un évènement à ne manquer sous aucun prétexte.

sophie-louise-dann-615 dr

Sophie-Louise Dann | © D.R.

Déjà trois ans que le Théâtre du Châtelet s’efforce de faire résonner les comédies musicales de Stephen Sondheim en France et obtenir ainsi la reconnaissance d’un compositeur à la réputation illustre aux États-Unis. Formé notamment par Jerome Kern et Oscar Hammerstein (1), Sondheim a débuté sa carrière par un coup de maître en écrivant les paroles du West Side Story de Leonard Bernstein en 1957, avant de multiplier les succès à Broadway jusqu’à la fin des années 1970. Pour autant, si ses mélodies sont reprises comme autant de standards par Frank Sinatra ou Barbra Streisand, une grave dépression lui fait songer à l’arrêt de la composition.

Fort heureusement, la rencontre avec le librettiste James Lapine lui offre l’occasion de renouveler son inspiration par un défi original, celui de composer une nouvelle comédie musicale d’après le chef-d’œuvre du peintre néo-impressionniste Georges Seurat, Un dimanche après-midi à l’île de la Grande-Jatte. À partir de cette œuvre énigmatique où aucun des personnages ne se regarde, les deux hommes imaginent l’artiste français en prise avec ses modèles, obnubilé par l’achèvement de sa toile et incapable de contenter sa maîtresse, la ravissante Dot (dont le prénom est une allusion à la technique pointilliste de Seurat). Dans la deuxième partie, l’action est transposée aux États-Unis cent ans plus tard alors que George, l’arrière-petit-fils de Dot, est confronté aux mêmes interrogations sur la condition d’artiste et la validité de poursuivre son œuvre.

Une évocation stylisée

Ce passionnant jeu de miroir avec la vie de Sondheim, en pleine crise existentielle, est particulièrement visible dans l’importance des figures maternelles, de la mère acariâtre à la grand-mère Marie, qui rappelle combien ses épineuses relations familiales l’empoisonnèrent tout au long de sa vie. Pour autant, la mise en scène de Lee Blakeley évacue tout sous-entendu freudien pour se concentrer sur une minutieuse et patiente mise en espace, où chaque personnage trouve naturellement la place qui lui sera dévolue dans le tableau. Au centre, un vaste cercle tournant (2) permet d’intéressants changements de perspective pour des personnages figés dans une aire restreinte, tandis que cette évocation stylisée bénéficie des images projetées évoquant les chefs-d’œuvre de Seurat, aussi bien sur les nombreuses toiles de l’atelier que sur le décor semi-circulaire en fond de scène.

Mais ce parti pris illustratif, visuellement très réussi, ne convainc pas pleinement sur le plan dramatique. Souvent assis devant son chevalet en première partie, l’interprète principal, Julian Ovenden (dans le double rôle de George[s]) peine ainsi à déployer son timbre superbe dans les moments lyriques et se montre bien timide face à la percutante Dot de Sophie-Louise Dann, rayon de lumière étincelant pendant toute la soirée. Sans doute plus à l’aise avec les affres de l’artiste contemporain, Ovenden se rattrape heureusement au deuxième acte, notamment dans l’émouvant duo final Move on. Les nombreux autres rôles démontrent un niveau parfaitement homogène, d’où ressort l’hilarante Beverley Klein en critique d’art sûre de son pouvoir de faire et défaire les réputations.

Une nouvelle orchestration

Côté fosse, on retrouve David Charles Abell à la tête d’un orchestre philharmonique de Radio France superlatif dans ce répertoire. Le chef britannique se montre attentif à ne pas couvrir les voix, et ce d’autant plus que la nouvelle orchestration pour grand ensemble a été entièrement revue par Michael Starobin, offrant une densité et une riche palette de couleurs particulièrement bienvenues. Partition moderne avec ses scansions entêtantes à la manière d’un Steve Reich, la musique de Sondheim hésite entre minimalisme et envolées lyriques, plus traditionnelles pour une comédie musicale. Mais c’est bien là tout le paradoxe de cette œuvre attachante qui, sans offrir de mélodies dont on chantonne les airs à la fin du spectacle, émeut par sa délicate mélancolie. Le public ne s’y trompe pas et permet à un Stephen Sondheim visiblement intimidé sur la vaste scène du Châtelet, d’obtenir à 83 ans une consécration méritée en forme de standing ovation

Florent Coudeyrat


1. Auteurs de la chanson The Last Time I Saw Paris. Chanson en hommage à la France occupée par l’armée allemande. Utilisée dans le film Lady Be Good, elle obtiendra l’oscar de la meilleure chanson.

2. Un dispositif décidément à la mode puisqu’on le retrouve aussi dans les Revenants, excellente adaptation de la pièce de Henrik Ibsen présentée à Nanterre et en tournée dans toute la France.


Sunday in the Park With George, de Stephen Sondheim

Comédie musicale en deux actes d’après un livret de James Lapine

Ouvrage chanté en américain, avec surtitres en français

Orchestre philharmonique de Radio France, chœur du Châtelet

Direction musicale : David Charles Abell

Orchestration d’origine et nouvelle orchestration : Michael Starobin

Mise en scène : Lee Blakeley

Avec : Julian Ovenden (Georges / George), Sophie-Louise Dann (Dot / Marie), Nickolas Grace (Jules / Bob Greenberg), Rebecca de Pont Davies (Vieille femme / Elaine), Jessica Walker (Infirmière / Harriet Pawling), David Curry (Soldat / Charles Redmond), Rebecca Bottone (Celeste 1 / Betty), Francesca Jackson (Celeste 2 / Billy Webster), Beverley Klein (Yvonne / Blair Daniels), Nicholas Garrett (Batelier / Dennis), Damian Thantrey (Franz / Randolph), Elisabeth Baranes ou Laura Gravier-Britten (Louise), Jonathan Gunthorpe (Louis / Homme / Alex), Christine Buffle (Frieda / Noemi), Elisa Doughty (Madame), Scott Emerson (Monsieur)

Décors et vidéos : William Dudley

Costumes : Adrian Linford

Chorégraphie : Lorena Randi

Lumières : Oliver Fenwick

Animation des images : Matthew O’Neill

Théâtre du Châtelet • 1, place du Châtelet • 75001 Paris

Site du théâtre : http://www.chatelet-theatre.com

Réservations : 01 40 28 28 40

relations-publiques@chatelet-theatre.com

Les 15, 16, 17, 19, 20, 23, 24 et 25 avril 2013 à 20 heures, le dimanche 21 avril 2013 à 16 heures

Durée : 2 h 45, avec un entracte

De 10 € à 90 €

Spectacle diffusé sur France Musique le 25 avril 2013 à 20 heures, en direct du Théâtre du Châtelet

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher