Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 21:48

Désolé, mais…


Par Nicolas Belaubre

Les Trois Coups.com


C’est sous un grand chapiteau blanc planté sur un quai au bord de la Garonne que le Footsbarn Travelling Theatre a choisi de faire se rencontrer les clowns de la compagnie Les Fusains et les cavaliers du Cirque Werdyn. Fondé sur la confrontation entre deux univers contradictoires, « Sorry » tente l’éloge du clown et de sa propension à chuter.

Se rendre à un spectacle du Footsbarn, c’est un peu comme voyager dans le temps. Avant même d’entrer sous le chapiteau, on est plongé dans une atmosphère de convivialité légèrement désuète. On croise de vieilles charrettes, des comédiens en costume, des loueurs de coussins, et on se presse autour de petits feux de bois pour lutter contre le froid hivernal qui nous assaille.

De même, sur la piste, on retrouve ce désir de s’inscrire dans la tradition du cirque et du théâtre itinérant. Ce sont trois générations d’artistes qui se réunissent pour mettre en commun leurs divers talents et offrir ainsi une parade burlesque. Celle-ci puisera l’essentiel de ses effets dans des entrées décalées et inopportunes, qui vont, malheureusement, se succéder et se répéter inlassablement.

L’incompatibilité est évidente

Il est vrai que l’argument est particulièrement propice à ce type d’humour : d’un côté, des clowns en deuil veillent le cercueil du grand maître Théodore ; de l’autre, toute une famille tzigane vient avec ses chevaux, sa basse-cour et un tracteur pour célébrer un mariage. L’incompatibilité est évidente, et seul le véritable clown, éternel idéaliste, pourra croire à une possible cohabitation.

sorry

« Sorry » | © D.R.

Évidemment, les apparences étant toujours trompeuses, le pitre ne sera pas celui qu’on croit, ni le cabotin celui qui devrait l’être. On sera, par exemple, extrêmement surpris de voir un chat tenir son rôle et traverser la scène à son heure. En tout cas, même le profane pourra être quelque peu déçu par la prestation des chevaux, qui se montrent trop souvent rétifs et qui semblent parfois se désintéresser de leur numéro. Plus gênant encore, les rares tentatives de jonglerie tombent dans une banalité excluant tout aspect spectaculaire. Quant à certains passages dansés, notamment de flamenco, ils ont du faire rougir toute la communauté hispanique toulousaine.

Les musiciens s’en donnent à cœur joie

Toutefois, malgré ces insuffisances navrantes pour l’amateur de cirque, on sent par moments souffler un léger vent de folie sous la toile du chapiteau. Les musiciens, eux, s’en donnent à cœur joie et marquent le rythme du spectacle, alternant les passages enjoués ou pathétiques, festifs ou funèbres. On se réjouit également chaque fois que le démarreur du tracteur annonce une entrée pétaradante de l’énergumène anglais ou encore quand les clowns décident de diviser la piste avec un rideau pour se partager le public, afin que le mariage puisse se tenir sans déranger la veillée mortuaire. Il s’ensuit alors une bataille entre deux spectacles concurrents, où les spectateurs sont pris à partie et soutiennent leurs champions avec entrain.

En définitive, Sorry est un spectacle qui n’est pas désagréable à regarder, mais qui manque d’ambition. Le vent de folie qui s’annonçait s’essouffle en quelques bourrasques qui peinent à emporter réellement le public, mais balaieront bien vite le souvenir du passage du Footsbarn à Toulouse. 

Nicolas Belaubre


Sorry, du Footsbarn Travelling Theatre, Les Fusains et le Cirque Werdyn

Footsbarn Theatre • la Chaussée • 03190 Maillet

04 70 06 84 84 | télécopie : 04 70 06 84 71

info@footsbarn.com

www.footsbarn.com

Direction artistique : Paddy Hayter

Mise en scène : Pierre Byland

Assistants de mise en scène : Paddy Hayter et Vincent Gracieux

Écriture : Pierre Byland et Vincent Gracieux

Avec : Mas Soegeng, Joe Cunningham, Vincent Gracieux, Paddy Hayter, Christophe Werdyn, Marie Werdyn, Azania Werdyn, Lorelaï Werdyn, Émilie Pécunia, Florent Seffar, le petit Chavo, Pierre Byland et Marieke Byland

Costumes : Hanna Sjödin

Musique : Maurice Horstuis

Son : Bruno Hocquard

Scénographie : Frederika Hayter

Décors : Kes Hayter

Lumière et direction technique : Pascal Ritchie Pérot

Musiciens : Pawel Paluch, Dominique Brunier, Maurice Horstuis, Kasia Klebba et Haris Resic

Techniciens : Pascal Ritchie Pérot, Brahim Arar, Thierry Meslin, Frederika Hayter et Frédéric Granier

Administration : Sylvie Falzone, Fabien Granier, Caroline Tigeot et Tim Pearce

Théâtre Garonne • 1, avenue du Château-d’Eau • 31300 Toulouse

Réservations : 05 62 48 54 77

Du 4 au 12 décembre 2009, vendredi 4, samedi 5, vendredi 11 et samedi 12 à 20 h 30 ; mercredi 9 et jeudi 10 à 20 heures, dimanche 6 à 16 h 30

Durée : 1 h 45

23 € | 19 € | 14 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher