Lundi 28 novembre 2011 1 28 /11 /Nov /2011 17:27

Valérie Lang, la douce


Par Cédric Enjalbert

Les Trois Coups.com


Stanislas Nordey et Laurent Gaudé sont habitués du Théâtre Ouvert, près de Pigalle. Ils reviennent cette saison, accompagnés de la formidable Valérie Lang, dans un monologue inspiré : « Sodome, ma douce ».

sodome-ma-douce-615

« Sodome, ma douce » | © D.R.

Jambes écartées, dans une pénombre à peine éclaircie par le scintillement des chaînes de laiton pendues en guise de rideau, sur une estrade noire, Valérie Lang, celle de Sodome, attend, languissante. « Le monde gronde et s’agite » autour d’elle. Elle, la dernière femme de Sodome détruite. Une rescapée figée dans une gangue de sel, que la pluie a fait fondre. Son corps nu témoigne d’un autre temps, revenu avec ses plaies, témoigner de la perte, prévenir les suivantes, prévenir. Car « aujourd’hui, quelque chose va advenir ».

La menace, maître mot de la dramaturgie de Sodome, ma douce. Ce ressort dramatique armé dès les premiers mots tend le monologue jusqu’à son terme sans un moment de faiblesse. Du fond des âges, la survivante du saccage de Sodome et Gomorrhe dresse le tableau apocalyptique d’une civilisation ravagée, détruite par la haine et l’amour mêlés. La haine des hommes, l’amour porteur de mort. Un ambassadeur, entré dans la ville par son charme, a inoculé la maladie vénérienne au peuple de Sodome. Sodome ne s’en relèvera pas.

Fascination et inquiétude, beauté et terreur

La douce de Sodome, Valérie Lang, survivante, renaît des cendres pour nous avertir des hommes, pourvoyeurs d’un mal toujours latent. Motifs récurrents comme dans Cendres sur la maison, les Enfants fleuves, ou Sofia douleur, la solitude, les rescapés de la mort et du saccage, la saleté, imprègnent l’imaginaire de Laurent Gaudé. Valérie Lang joue des effets d’hypotypose avec une sobriété et un rythme hypnotique, propres à rendre présente la moiteur des chairs trouées, la pustuleuse béance des plaies, les bubons, la blancheur de la ville pétrifiée dans le sel. Sodome, ma douce rend aussi la volupté des corps, interroge la présence charnelle de l’acteur, fait de la représentation ce trafic du désir dont parle Koltès. La nudité voilée d’obscurité de Valérie Lang en prise avec le texte, dans sa crudité, dans la simplicité d’une mise en scène de Stanislas Nordey, suscite fascination et inquiétude, beauté et terreur. Son corps dévoilé est une somme de contrastes, un lieu de théâtre et d’écoute à lui seul.

Droite, nue, dans un halo de lumière qui dessine son visage et le haut de son buste, les bras levés à la manière d’une caryatide soutenant sur elle le poids d’un monde coupable, Valérie Lang n’affiche pas un instant d’hésitation. Elle a le texte en corps, les mots en bouche, dans un jeu parfaitement maîtrisé, propulsant un monologue si ardu à son terme.

La volupté du corps et l’âpreté des images, la justesse de la direction d’acteur et l’inspiration d’une comédienne dessine une histoire de Sodome bien douce à entendre. 

Cédric Enjalbert


Sodome, ma douce, de Laurent Gaudé

Éditions Actes Sud-Papiers, Hors collection, février 2009, 40 pages, I.S.B.N. 978‑2‑7427‑8012‑9, prix indicatif 7,10 €

Mise en scène : Stanislas Nordey

Interprétation : Valérie Lang

Scénographie : Emmanuel Clolus

Lumières : Stéphanie Daniel

Son : Daniel Zurcher

Collaboration artistique : Pier Lamandé

Théâtre Ouvert • 4 bis, cité Véron • 75018 Paris

http://www.theatre-ouvert.net/hp.php

Réservations : 01 42 55 74 40

Du 14 novembre au 3 décembre 2011, du mercredi au vendredi à 20 heures, mardi à 19 heures, samedi à 16 heures

Durée : 1 h 10

20 € | 15 € | 10 € | 8 €

Théâtre de Belleville à Paris • 94, rue du Faubourg-du-Temple • 75011 Paris

Réservation : 01 48 06 72 34

Métro : Goncourt (L 11) ou Belleville (L 2 ou L 11)

Bus 46 ou 75

Du 23 novembre au 30 décembre 2012

Du vendredi au samedi à 19 heures, dimanche à 15 heures

20 € | 15 € | 10 €

Reprise coproduite avec le Théâtre de Belleville

Publié dans : France-Étranger 1998-2013 - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche sur le site

Qui ? Quoi ? Où ?

  • : Les Trois Coups
  • Les Trois Coups
  • : Le journal quotidien du spectacle vivant en France. Critiques, annonces, portraits, entretiens, Off et Festival d’Avignon depuis 1991 ! Siège à Avignon, Vaucluse, P.A.C.A.
  • Retour à la page d'accueil

Nous contacter

L’association Les Trois Coups

« Les Trois Coups », c’est un journal en ligne, bien sûr. Mais c’est aussi une association, qui a besoin d’être soutenue par des adhérents.
Lire la suite.

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés