Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 20:21

Loin de la musique de papa


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Après « Sacred Concert », Ricky Ford et son orchestre, Zebigband, présentaient le nouvel opus du maître, « Sketches of Brittany » au festival de Jazz à Vitré (Ille-et-Vilaine). Une tout autre atmosphère pour une œuvre très différente.

zebigband-615 jf-picaut

Zebigband | © Jean-François Picaut

Le 11 mai 2013, l’église américaine de Paris accueillait Zebigband pour la sortie de l’album Sacred Concert (Zebigband Productions, 2013). Cet album, composé de traditionnels arrangés par Ricky Ford et de pièces originales qu’il avait composées, est le premier du saxophoniste avec le big band dont il est, de fait, le directeur artistique aujourd’hui. Frédéric Burgazzi, lui, reste à la tête de l’ensemble qu’il dirige depuis 1997.

Avec Sacred Concert et maintenant avec Sketches of Brittany (littéralement « croquis ou saynètes de Bretagne »), l’évolution de Zebigband vers un orchestre de création se précise nettement. Ainsi se confirme l’orientation professionnelle prise par le groupe depuis 2005. Les dix‑sept musiciens bretons qui le composent, de vingt à soixante ans pour tailler large, conquièrent progressivement leur identité collective sans nuire à l’épanouissement de quelques belles personnalités.

Sacred Concert risque d’apparaître comme un jalon dans l’histoire de Zebigband. On y trouve comme dans toute musique de big band de grands morceaux de bravoure aux cuivres aussi éclatants qu’énergiques mais aussi quelques morceaux plus sereins qui permettent sans doute de mieux apprécier le travail des sonorités et de l’harmonie ainsi que les performances individuelles, comme Ecce Deus d’après C. Haywood, Prayers in the Key ou Sister Mary (avec de beaux solos à la flûte ou au saxophone), Psalm 103 qui tient des deux styles, etc.

Rien à voir avec une quelconque « biniouserie » !

Si Sacred Concert reste marqué par le style du genre choisi tout en intégrant les apports de l’esthétique du jazz qui est le milieu nourricier de Ricky Ford, Sketches of Brittany se révèlent d’une véritable originalité. On n’y trouve nulle « bretonnerie » niaise, et la présence de Brandon Martinelli (cornemuse) en kilt n’entraîne pas le concert vers le folklore. Il tire de sa cornemuse des sons qu’ignore la musique traditionnelle et se fond parfaitement dans l’esthétique du big band : rien à voir avec une quelconque « biniouserie » ! Nous sommes bien dans des croquis de Bretagne réalisés par un Américain qui transpose ce qu’il voit et ressent dans son propre univers.

De ce point de vue, le premier titre du concert, Allons, est très emblématique. Il commence par quelques mesures de cornemuse tandis qu’à la batterie Marc Delouya joue les tambourinaires de bagad, mais l’entrée des cuivres et le solo de Ricky Ford nous conduisent immédiatement dans un autre univers.

La soirée est placée sous le signe de l’humour, d’abord dans les commentaires de Ricky Ford – mais comme il ne parle qu’en anglais, bien qu’il vive en France depuis plus de vingt ans !, je crains que tout le monde n’en ait pas apprécié tout le sel… Cet humour transpire aussi dans la musique, ainsi dans Bird in the Woods. Dans cette pièce qui se rapproche parfois de la musique concrète, un saxophone et la cornemuse imitent… la vache ! Cela n’empêche pas Dexter Goldberg de signer un superbe solo au piano.

En effet, un des talents de Ricky Ford et de Frédéric Burgazzi est aussi de permettre aux individualités de s’exprimer, notamment les plus jeunes. C’est le cas de Dexter Goldberg, déjà cité, mais c’est peut-être surtout le cas de Maxence Ravelomanantsoa (saxophone ténor) que l’on entendra bientôt à Jazz à L’Étage à Rennes. Il signe ce soir plusieurs grands solos qui mettent en valeur sa grande vélocité et son inventivité musicale, tandis qu’il affirme un son toujours plus personnel. Les performances de ces deux jeunes gens ne doivent pas faire oublier pour autant les beaux moments que nous ont offerts, outre le leader et Brandon Martinelli, Éric Meyer et Frédéric Burgazzi (trombone), Brian Ruellan et Benoît Gaudiche (trompette), Jacques Ravenel et Jean‑Michel Pinot (saxophones et flûte pour le dernier nommé) ainsi que Marc Delouya (batterie). Pour être juste, il faut aussi saluer toute la rythmique et donc y ajouter Frédéric Guesnier (contrebasse).

Même si les musiciens et Ricky Ford lui-même ont paru parfois trop dépendants de leurs partitions, ce premier concert public avec Sketches of Brittany est à marquer d’une pierre blanche. Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’un jour prochain il soit disponible sur disque. 

Jean-François Picaut


Sketches of Brittany, de Ricky Ford

Avec : Ricky Ford, Frédéric Burgazzi, Marc Delouya, Frédéric Guesnier, Dexter Goldberg, Maxence Ravelomanantsoa, Brandon Martinelli, Sébastien Boyer, François Charenton, Benoît Gaudiche, Éric Meyer, Éric Mussotte, Simon Pelé, Jean‑Michel Pinot, Jacques Ravenel, Brian Ruellan, Ronan Simon et François Tavard

Centre culturel Jacques-Duhamel • 6, rue de Verdun • 35500 Vitré

Réservations : 02 99 75 02 25

Le 13 mars 2014, à 20 h 45

Durée : 1 h 30

16 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher