Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 12:39

Sílvia Pérez Cruz :
une grande voix révélée


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Elle nous arrive précédée d’une réputation plus que flatteuse outre-Pyrénées, mais sa carrière en France ne fait que commencer. En cette veille d’Ascension, Jazz sous les pommiers attend Sílvia Pérez Cruz.

silvia-perez-cruz-615 jf-picaut

Sílvia Pérez Cruz | © Jean-François Picaut

La jeune Catalane (31 ans) n’a qu’un seul album sous son nom, 11 de novembre (Universal, 2012). En Espagne, elle est fort connue et compte au moins dix ans de carrière et de nombreux enregistrements en collaboration.

Il faut dire qu’elle est de bonne race, avec un père guitariste et musicologue et une mère historienne d’art et chanteuse invétérée. Sa formation musicale a commencé à 5 ans (piano). Elle a aussi étudié la guitare, qu’elle pratique sur scène, et le saxophone. La demoiselle est également diplômée de l’enseignement supérieur en chant et composition. Un beau pedigree, en résumé. Mais tout cela ne serait rien sans son instrument principal, la voix, une grande voix.

Elle entre sur la scène de la salle Marcel-Hélie alors que le public vient d’apprendre qu’elle est la lauréate 2014 du Coup de cœur de la Fondation Orange. C’est dire si Sílvia Pérez Cruz, d’ordinaire souriante, jubile et rayonne.

Un visage de madone ensauvagée

Le programme du concert emprunte beaucoup à l’album 11 de novembre même si Sílvia Pérez Cruz ne se prive pas de chanter des choses plus anciennes ou plus récentes. C’est le cas de Blancanieves (Blanche-Neige) qui ouvre le concert. Elle l’interprète a cappella dans un style proche du flamenco. La voix est puissante, claire et expressive à donner des frissons, la tessiture étendue. C’est un début qui enthousiasme le public. Elle enchaîne avec Nonnon, qui, si j’ai bien compris, signifie « Maman » en galicien.

Il est beaucoup question de famille dans 11 de novembre qui doit son nom à la date de naissance du père, décédé en 2010 et auteur de nombreuses musiques de l’album. La mère, elle, signe souvent les paroles comme dans Vestida de nite, une belle mélodie en styles variés, très proche de la musique populaire. Cette fois, Sílvia Pérez Cruz est accompagnée au violoncelle par Juan Pich. Le style rappellerait plutôt le fado, et la chanson manifeste les mêmes qualités que les précédentes. Après une pièce originaire du Venezuela, arrive une composition personnelle, Para meu (« Mon père »), agréable et délicate mélodie qui se termine sur des accents dramatiques.

D’une façon générale, d’ailleurs, la tonalité du concert est plutôt mélancolique, voire dramatique, comme ce chant d’exil qui évoque la Retirada, la retraite en France des combattants républicains catalans et autres chassés par Franco. La pièce comporte notamment un long lamento en vocalises, riche d’émotion. C’est aussi le registre de la Paloma, (superbe reprise de Sebastián Iradier, vers 1863) dont l’interprétation très personnelle et très expressive est à tirer des larmes.

« Faire un cadeau »

Dans le domaine familial, j’ai bien aimé O meu amor e Gloria (Gloria est le prénom de la grand-mère, de la mère et de la sœur) que les femmes du public on été invitées à reprendre. Et pour terminer, Sílvia Pérez Cruz a, selon ses propres mots, voulu « faire un cadeau » à son public : une interprétation bouleversante de l’Hymne à l’amour.

Le concert de ce soir était moins jazzy que l’album du fait, notamment, des instruments qui accompagnaient Sílvia Pérez Cruz, un excellent quartette à cordes avec Juan Pich (violoncelle), Miguel Angel Cordero (contrebasse), Mario Mas (guitare et luth espagnol) et Raul Fernandez Miro (guitare). La chanteuse catalane au visage de madone ensauvagée par sa longue et abondante chevelure n’a sans doute pas fini de faire parler d’elle. 

Jean-François Picaut


Jazz sous les pommiers 2014, à Coutances (Manche)

33e édition

Du 24 au 31 mai 2014

Contact public : Jazz sous les pommiers • Les Unelles • B.P. 524 • 50205 Coutances cedex

Tél. 02 33 76 78 50 | télécopie 02 33 45 48 36

Site : http://www.jazzsouslespommiers.com

Courriel : jslp@jazzsouslespommiers.com

Billetterie : 02 33 76 78 68 (du lundi au samedi, et tous les jours pendant le festival)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher