Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 16:07

Où sont les femmes ?


Par Léna Martinelli

Les Trois Coups.com


Lundi 21 octobre 2013, L’Athénée a accueilli le mouvement H.F. pour le lancement de la première « Saison égalité hommes / femmes » dans l’art et la culture en Île-de-France. La parité peine en effet à s’installer, y compris dans la culture, secteur censé être progressiste. Un signal fort à l’attention de la profession pour en finir avec ce scandale démocratique.

saison-egalite-hf

Saison 1 égalité hommes / femmes dans l’art et la culture en Île‑de‑France

La culture n’a vraiment pas de leçons à donner en matière de parité. Les chiffres parlent d’eux-mêmes (1) : alors que les femmes représentent 51,6 % de la population, seules 10 % d’entre elles sont programmées dans le secteur musical ; de 20 à 30 % dans celui du théâtre et de la danse ; concernant les textes joués, 20 % sont écrits par une auteur ; 25 % des spectacles sont mis en scène par une femme. Et le déséquilibre dans les nominations à la tête des établissements publics est également flagrant : 100 % des orchestres nationaux, 85 % des centres dramatiques nationaux et 75 % des théâtres nationaux sont dirigés par des hommes ; enfin, 81,5 % des postes dirigeants de l’administration culturelle sont occupés par des hommes. Bien que moins diplômés, ces derniers sont mieux rémunérés et moins touchés par la précarité de l’emploi. Bref, en termes d’accession des femmes aux postes à responsabilité, les chiffres sont meilleurs à l’armée !

H.F., véritable force d’alerte et de proposition

Une situation inacceptable dénoncée par H.F. dont il faut saluer le travail de fond et de terrain. Forte d’une centaine de structures, cette fédération interrégionale est un réseau actif qui alerte l’opinion publique depuis 2008. Là où ses membres rencontraient doute, ricanements, voire mépris, ceux-ci parviennent enfin à voir leurs actions relayées jusqu’au plus haut sommet de l’État.

Après le diagnostic – alarmant – le temps est en effet venu de passer à l’acte. L’équipe a organisé de nombreux débats et rencontres. Avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, des lois sont passées, un Observatoire et un comité ministériel pour l’égalité des femmes et des hommes dans la culture et la communication ont été créés, avec l’annonce de dix mesures en faveur de davantage de mixité et des nominations effectives de femmes à des postes de gouvernance (2). Un soutien politique obtenu, entre autres, grâce au lobbying d’H.F. La ministre Aurélie Filippetti ne manque d’ailleurs pas de courage. Les polémiques de cet été sur les nominations à la tête des établissements culturels attestent de la difficulté de sa mission. Plus récemment, le directeur du Conservatoire national supérieur de la musique et de la danse de Paris, Bruno Mantovani, n’a-t-il pas expliqué qu’il est particulièrement difficile pour une femme d’être chef d’orchestre à cause de « freins physiologiques » ? Selon lui, il faut d’abord qu’elle s’occupe de ses enfants. De la misogynie d’un autre âge ? Non, du sexisme ordinaire !

Pour que l’exception demeure la règle

S’il est un point sur lequel tout le monde est d’accord, c’est l’autocensure des femmes elles-mêmes, qui participent parfois, malgré elles, à la reproduction sociale de l’exclusion. D’où la volonté d’en finir avec les idées reçues. Bien qu’il soit toujours difficile de lutter contre le phénomène de cooptation qui consiste à nommer, à compétences égales, un « copain » de promo plutôt qu’une « étrangère », il serait désormais possible d’imposer des quotas. C’est ce qu’on appelle la discrimination positive. Et le nombre d’œuvres réalisées par des femmes pourrait en faire partie. On le fait bien pour soutenir la production d’œuvres européennes face à l’impérialisme américain. De l’exception culturelle à la règle de la parité… Les seules bonnes volontés ne suffisent pas. Il faut en passer par des lois et des sanctions à la clé.

Et concernant les moyens dont elles disposent, les femmes doivent faire plus avec moins. Déjà, 70 % des compagnies dramatiques subventionnées par le ministère de la Culture sont dirigés par des hommes. Ensuite, les femmes créent 15 % des spectacles avec seulement 8 % des moyens de production. Pourtant, comme le souligne Jean‑Marie Hordé, directeur du Théâtre de la Bastille, membre des 25 théâtres franciliens partenaires de la Saison 1 : « Le talent, pas plus que le cerveau, ne se différencie par le sexe ».

Grâce aux actions d’H.F., grâce à une politique volontariste visant à donner aux femmes la place qui leur incombe, les choses bougent enfin. Lors de son discours prononcé à l’occasion de la soirée du 7 mars 2013 organisé par le ministère des Droits des femmes, François Hollande a rappelé : « La parité, l’égalité, ce n’est pas simplement affaire de loi, pas simplement affaire de comportement ou de méthode. L’égalité, c’est une culture ». C’est pourquoi les Saisons égalité font partie de l’arsenal d’H.F. Valérie Baran, directrice du Tarmac, scène internationale francophone à Paris, estime que « parce que le théâtre participe à éveiller les consciences, les édifier, il nous semble primordial que les femmes y soient présentes et représentées tout autant que les hommes à tous les endroits ». Donc des bureaux aux plateaux. D’où l’importance de respecter aussi la parité dans les programmations et, de ce fait, l’accès aux moyens de production. L’art, en tant que représentation du réel, ne doit-il pas refléter celui-ci dans sa diversité et sa complexité, c’est-à-dire en incluant aussi les femmes, qui représentent la moitié de la population ?

La région Rhône-Alpes a déjà lancé sa Saison égalité en 2011. Avec la Normandie et le Nord - Pas-de-Calais, c’est au tour de 25 théâtres de Paris et sa région (3) de s’engager sur trois ans pour un meilleur équilibre dans les programmations et productions, ainsi que dans la gouvernance interne des établissements. Concrètement, cela signifie que les programmateurs, sensibilisés à cette cause, s’évertuent à changer la donne.

Les femmes, bien vivantes !

Parmi ceux-là, L’Athénée qui a prêté son lieu et main forte pour organiser cette soirée : cette saison, six spectacles sur treize y sont mis en scène ou dirigés par des femmes. Son directeur, Patrice Martinet a partagé son embarras : « Il y a quelques années, à la fin d’une présentation de saison, photo de famille avec les artistes. Aucune femme ! Un peu sonné, je me rends compte qu’il aurait été plus opportun que la prise de conscience de cette inégalité criante se produise désormais avant, plutôt qu’après. ». Laurence Ackermann, directrice du Théâtre des Sources de Fontenay-aux-Roses, explique : « M’engager dans la Saison égalité […], c’est porter un autre regard sur ma programmation très “masculine”, en fin de compte. C’est savoir se remettre en question. C’est affirmer que nous sommes là, bien vivantes, bien présentes ! ».

Malgré ces efforts de la part des programmateurs, la partie est loin d’être gagnée, surtout qu’H.F. souhaite étendre son combat à tous les arts. Mais ce lancement réussi est de bon augure pour de vrais progrès dans le respect de la diversité. 

Léna Martinelli


Voir aussi l’autre article de Léna Martinelli.

(1) Sources : « La place des femmes dans les institutions publiques du  spectacle vivant dans les postes à responsabilités en 2011, étude réalisée à l’initiative de Laurence Équilbey, par Mickaël Loup (master 2 administration de la musique et du spectacle vivant, université d’Évry - Val-d’Essonne) et Anne‑Sophie Bach‑Toussaint, février 2012.

(2) Parmi les dernières annonces publiées sur les Trois Coups : Célie Pauthe a été nommée à la tête du C.D.N. de Besançon ; Florence Faivre au Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon ; Marie‑Pia Bureau à la Scène nationale de Chambéry et de Savoie ; Irina Brook au C.D.N. de Nice-Côte d’Azur; Caroline Marcilhac au Théâtre Ouvert ; Cécile Backès à la Comédie de Béthune, C.D.N. Nord - Pas-de-Calais ; Claire Lasne‑Darcueil remplacera Daniel Mesguich au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Par ailleurs, Marie‑José Malis est nommée à la tête du Théâtre de la Commune, C.D.N. d’Aubervilliers et Catherine Marnas au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, C.D.N.

(3) Les 25 théâtres franciliens partenaires de la Saison 1 :

– Paris : Athénée - Théâtre Louis-Jouvet / Confluences / Le Grand Parquet / Le Lucernaire / Le Monfort, établissement culturel de la Ville de Paris / Le Tarmac, scène internationale francophone / Maison d’Europe et d’Orient / Théâtre Artistic Athévains / Théâtre de l’Aquarium / Théâtre de la Bastille / Théâtre de la Cité‑Internationale / Théâtre national de la Colline

– Yvelines : Collectif 12, Mantes-la-Jolie / La Ferme de Bel‑Ébat - Théâtre de Guyancourt / Le Prisme, centre de développement artistique de Saint-Quentin-en-Yvelines

– Hauts-de-Seine : Théâtre des Sources, Fontenay-aux-Roses / Théâtre Firmin-Gémier - La Piscine, pôle national des arts du cirque d’Antony et Châtenay-Malabry / Théâtre de Vanves, scène conventionnée pour la danse

– Seine-Saint-Denis : Nouveau Théâtre de Montreuil, C.D.N. / Théâtre Gérard-Philipe, C.D.N. de Saint-Denis

– Val-de-Marne : Théâtre André-Malraux de Chevilly-Larue / Théâtre des Quartiers-d’Ivry, C.D.N. du Val-de-Marne en préfiguration / Théâtre Romain-Rolland, scène conventionnée de Villejuif et du Val-de-Bièvre

– Val-d’Oise : Théâtre 95, scène conventionnée aux écritures contemporaines de Cergy-Pontoise

– Un peu plus loin : Théâtre de la Tête-Noire, scène conventionnée pour les écritures contemporaines de Saran

(Liste non close)


Saison 1 égalité hommes / femmes dans l’art et la culture en Île‑de‑France

H.F.

Site : www.hf-idf.org

Mail : contact@hf-idf.org

Avec la participation active des militantes et militants d’H.F. Île-de-France

En présence de : Brigitte Grésy, Aurore Évain, auteur, dramaturge et chercheuse sur la question du matrimoine, Jérémy Sinigaglia, docteur en sociologie de la culture et de l’emploi

Et avec la participation des artistes programmées par les théâtres partenaires

Régie technique : Olivier Naslin, H.F. Île-de-France

Avec l’équipe de l’Athénée - Théâtre Louis-Jouvet

Athénée - Théâtre Louis-Jouvet • square de l’Opéra - Louis-Jouvet • 7, rue Boudreau • 75009 Paris

Réservations : 01 53 05 19 19

Site du théâtre : www.athenee-theatre.com

Le 21 octobre 2013, à 18 h 30

Durée : 2 h 30

Entrée libre

Pour le manifeste qui a déjà recueilli 540 signatures, consultez le site d’H.F. Île-de-France : www.hf-idf.org

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher