Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 14:03

Redonner chair à l’absente


Par Fabrice Chêne

Les Trois Coups.com


La No panic compagnie reprend pour trois dates seulement au Lavoir moderne parisien un spectacle assez expérimental sur le thème de l’usurpation d’identité.

rona-ackfield-3-615 dr

« Rona Ackfield » | © Rose Loisy

Noémie Fargier est un jeune auteur et metteur en scène dont le travail a déjà été remarqué. Elle a notamment monté à l’automne dernier à l’espace Confluences une pièce très réussie sur le monde de l’entreprise, Une recrue. Créée parallèlement en septembre 2012 à La Loge, Rona Ackfield est une œuvre collective (Élise Boch, Lara Khattabi et Lucie Pannetrat en sont les coauteurs) qui a été soutenue par l’association Beaumarchais-S.A.C.D. Un fait-divers fictif : la disparition, en 1992, d’une fillette de sept ans, lui sert d’argument. Vingt ans plus tard, quatre jeunes femmes prétendent être la disparue. Entre vérité et mensonge, témoignage et imposture, leurs récits croisés constituent la trame du spectacle.

Ce pourrait être l’histoire d’une fillette que son père oublie dans un supermarché et qui s’introduit dans une maison inconnue. Ou bien l’enlèvement fantasmé d’une enfant par des gens du voyage… Hypothèses, scénarios possibles, versions contradictoires d’une même énigme irrésolue : l’affaire Ackfield. Lesquels de ces souvenirs sont bien ceux de Rona ? Laquelle de ces quatre jeunes adultes fut cette « minifemme », cette Rona Ackfield que plus personne n’a revue depuis ses sept ans ? Les quatre comédiennes, incarnant autant de destins possibles de la disparue, entremêlent leurs récits et échangent leurs vêtements, comme pour mieux brouiller les pistes. Assez vite, du fait du parti pris non réaliste, on comprend que de ces mensonges démultipliés, de ce puzzle indéfiniment recomposé, aucune vérité ferme ne surgira.

Dispositif vertigineux

La mise en scène de Noémie Fargier, très actuelle – incluant musique, chorégraphie, vidéo – est une réussite sur le plan esthétique. Les comédiennes jouent sans temps mort, sur un rythme (trop ?) endiablé, le plus souvent face au public. Elles se montrent impliquées et convaincantes, et les enchaînements sont très au point – notamment le ballet frénétique du déshabillage et du rhabillage, au son d’une musique composée pour l’occasion par Vincent Levesque. Autres trouvailles : le recours à l’imagerie informatique, et surtout le décor d’abandon, un plateau jonché de gravats comme après la pire des catastrophes. Le texte, quant à lui, fait un peu « collage ». Il parvient dans ses meilleurs passages à faire apparaître, à travers le personnage de Rona, « titubant de ne savoir à qui s’agripper », une singulière figure de l’errance et de la solitude.

Le spectateur est parfois saisi et troublé, comme dans l’épisode étonnant où l’enfant est séquestrée par sa nourrice, double de sa mère, et submergée d’amour. À d’autres moments, il se sent un peu perdu dans ce dispositif vertigineux, dans le labyrinthe de ces identités changeantes, même si certaines clefs finissent par être données. Qui sont ces femmes en réalité ? Et pourquoi prétendent-elles être ce qu’elles ne sont pas ? Au fil du spectacle, la fabrique du mensonge sera progressivement déconstruite, sans pour autant dissiper tout à fait le mystère. Une pièce qui plaira à ceux qui défendent un théâtre expérimental et audacieux, ouvert sur l’imaginaire. Aux autres, elle risque de laisser un petit goût d’inachevé. D’autant que le plaisir du jeu et l’aspect ludique de l’ensemble ont tendance à faire un peu trop passer au second plan la gravité du thème abordé. 

Fabrice Chêne


Rona Ackfield, de la No panic compagnie

Mise en scène : Noémie Fargier

Avec : Élise Boch, Lara Khattabi, Christine Armanger, Camille Champagne, Géraldine Szajman

Scénographie : Lucie Pannetrat

Musique : Vincent Levesque

Lumière : Florent Pénide

Vidéo : Margaux Parillaux

Lavoir moderne parisien • 35, rue Léon • 75018 Paris

Métro : Château-Rouge

Réservations : 01 42 52 09 14

www.rueleon.net

Les 13, 14, 15 mai 2013 à 20 h 30

Durée : 1 heure

15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher