Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 21:40

Richard Martin et Jean Poncet ont cessé

leur grève de la faim

 

Marseille, le vendredi 16 octobre 2009

 

Jeudi 15 octobre 2009, Richard Martin, accompagné de Jean Poncet et d’une importante délégation comprenant des représentants de son comité de soutien, ainsi que de nombreuses personnalités des mondes artistique, culturel et politique, a rencontré le directeur du théâtre et des spectacles au ministère de la Culture, Georges-François Hirsch. Celui-ci a ainsi pu être informé sur les formes multiples du travail du Théâtre Toursky, Richard Martin et ses soutiens soulignant que celles-ci impliquent un engagement financier de l’État, en particulier afin de favoriser l’accueil de tous les publics, dans la perspective de Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013 et pour que Richard Martin puisse à nouveau monter des créations, ce que la baisse, puis la suppression, des crédits de l’État l’avait empêché de faire ces dernières années.

Au cours de cet entretien, M. Hirsch a confirmé l’invitation faite à Richard Martin par le ministre de la Culture de le rencontrer en tête-à-tête le vendredi 23 octobre 2009. Le dialogue ainsi renoué avec les représentants culturels de l’État, Richard Martin et Jean Poncet ont décidé de suspendre leur grève de la faim dans l’attente des résultats de la rencontre avec Frédéric Mitterrand, en qui Richard Martin a pris le parti de faire confiance.

 

Suspension de la grève de la faim

À 23 heures, mercredi 14 octobre 2009, un autocar emportait vers Paris et le siège du ministère de la Culture et de la Communication, à la rue de Valois, une quarantaine de membres du comité de soutien à Richard Martin. À 7 h 28, le reste de la délégation, composée d’une vingtaine de personnes, rejoignait dans le TGV Marseille-Paris Richard Martin et Jean Poncet, accompagnés de Robert Vigouroux, ancien sénateur des Bouches-du-Rhône et ancien maire de Marseille et président d’honneur du comité de soutien, et Jean-Marc Coppola, conseiller régional PACA (PCF). D’autres élus et personnalités des milieux politique, artistique et culturel les attendaient à Paris : Pierre Laurent, coordinateur national du PCF, Marie-Christine Blandin, sénatrice du Nord (Vert, rattachée au groupe socialiste), secrétaire de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication, Jack Ralite, ancien ministre, Angélique Ionatos et Anne Sylvestre, chanteuses, Didier Lockwood, musicien, Pierre Santini, comédien, Hans-Peter Cloos, Jean-Marie Villégier, Philippe Adrien, metteurs en scène…

 

Après avoir été accueilli par Jean-Michel Ribes dans son Théâtre du Rond-Point, tout le groupe s’est rendu, à 14 h 30, au siège du ministère de la Culture et de la Communication, rue de Valois, d’où il a été accompagné vers les bureaux de la direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles (DMDTS), à une centaine de mètres, rue Saint-Honoré. Une réunion a alors pu se tenir au siège de la DMDTS rassemblant, d’un côté, Georges-François Hirsch, directeur de la DMDTS, et Marc Ceccaldi, directeur adjoint de la DRAC PACA, de l’autre, Richard Martin, accompagné de Jean Poncet, Robert Vigouroux, Jean-Marc Coppola, Childéric Muller, conseiller municipal (MoDem, groupe « Faire gagner Marseille »), Marie-Christine Blandin, Pierre Laurent, Didier Lockwood et Philippe Jacquemin, avocat, représentant le barreau de Marseille qui soutient le Toursky.

 

L’entretien, qui a duré environ une heure et demie, a permis un échange d’informations constructif entre les deux parties. En particulier, il a été l’occasion de souligner auprès des représentants de l’État que la grève de la faim entamée le 3 octobre 2009 ne devait en rien être considérée comme un chantage à l’encontre du ministre : elle n’était pas le fait de Richard Martin et Jean Poncet, mais bien l’ultime façon à laquelle ils ont été contraints de lancer un cri d’alarme auprès du ministère et de renouer avec les autorités de l’État un dialogue unilatéralement et définitivement rompu par François Brouat, directeur de la DRAC PACA, après que celui-ci eut repoussé à trois reprises, à l’issue de la réunion du 30 septembre dernier à Aix-en-Provence, toute suggestion de « prendre le temps de la réflexion ».

 

Richard Martin et ses soutiens présents ont également eu l’occasion de remettre à M. Hirsch un épais dossier sur le Théâtre Toursky et de lui présenter dans le détail les formes multiples du travail accompli par le théâtre depuis sa création, en particulier afin de favoriser l’accueil de tous les publics, dans la perspective de Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013 et pour que Richard Martin puisse à nouveau monter des créations, ce que la baisse, puis la suppression, des crédits de l’État l’avait empêché de faire ces dernières années. Robert Vigouroux et les élus marseillais ont insisté sur le rôle capital joué par le Toursky pour la cohésion sociale, combat en permanence nécessaire dans une ville paupérisée et multiethnique, et pour le rayonnement culturel de Marseille dans l’espace euroméditerranéen et plus loin. Ils ont tout particulièrement souligné que le combat du Toursky ne s’inscrivait en aucune façon dans une opposition droite-gauche, inopérante dans cette circonstance, et que le soutien au théâtre émanait de l’ensemble des partis représentés dans les assemblées locales (Ville, Département, Région) – à l’exception du Front national –, car la défense du Toursky était aussi la défense de Marseille.

 

M. Hirsch a confirmé que le ministre, Frédéric Mitterrand, recevrait Richard Martin en tête-à-tête, le vendredi 23 octobre 2009 à 16 h 45, pour autant que celui-ci cesse sa grève de la faim, de même que Jean Poncet. Exprimant sa vive satisfaction de ce que le dialogue ait pu être renoué avec les représentants de l’État – ce qui constituait l’objectif primordial de sa venue à Paris –, Richard Martin a déclaré qu’il prenait le parti de faire confiance à Frédéric Mitterrand qui, depuis son entrée en fonction, n’a eu de cesse d’affirmer son soutien aux artistes en difficulté. Dans ces conditions, Richard Martin et Jean Poncet ont décidé de suspendre immédiatement leur grève de la faim. Richard Martin se rendra au rendez-vous fixé par le ministre dans un esprit constructif et rempli d’espérance, prêt à rencontrer de nouveau, si nécessaire, M. Hirsch et tout autre fonctionnaire qui l’accompagnerait afin de travailler avec eux à la mise en œuvre pratique des mesures éventuelles que le ministre proposera. Pour l’heure, ni M. Hirsch, qui a déclaré ne pas avoir rencontré le ministre depuis l’annonce de l’invitation à Richard Martin, ni Richard Martin lui-même n’ont d’information sur ce que pourrait décider le ministre. La confiance réciproque et la compréhension mutuelle semblent toutefois être revenues : un immense pas en avant qui réjouit non seulement les responsables du Théâtre Toursky mais aussi tous ceux – individus et institutions – qui le soutiennent. Le temps du repos et de la réflexion est revenu : rendez-vous le 23 octobre dans la soirée.

 

N. B. :

Prochaine réunion du comité de soutien : lundi 19 octobre 2009 à 19 heures au Théâtre Toursky.

 

Recueilli par

Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher