Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 19:57

Vertige


Par Trina Mounier

Les Trois Coups.com


Une fois n’est pas coutume : le spectacle est précédé d’une lettre aux spectateurs, cosignée par le metteur en scène et écrivain de théâtre Denis Guénoun, par ailleurs agrégé de philosophie et professeur de littérature française à la Sorbonne, et Stanislas Roquette, tout jeune comédien virtuose intéressé par les choses politiques et poétiques… Comme un avertissement…

quest-ce-que-le-temps-615-2 cyril-bonnefoy

« Qu’est-ce que le temps ? » | © Cyril Bonnefoy

Il faut dire que l’on n’entend pas souvent les pères de l’Église au théâtre. Et, à tous égards, ce travail d’Artépo (Atelier de recherches théoriques et poétiques) requérait bien quelques précisions préalables : il s’agit, en effet, non d’une adaptation, mais d’une lecture intégrale du livre XI, non de la partie biographique la plus connue de ces Confessions, mais de la plus abstraite, la plus philosophique, non d’une quelconque traduction, mais de la dernière, dont le titre, les Aveux, dit assez l’ambition d’un regard neuf.

Augustin, donc, dans ce livre XI, essaie de comprendre ce qu’est le temps, d’imaginer hier, aujourd’hui et demain, de les mesurer, de les enfermer, et ne rencontre que le vertige. Plus il s’approche d’elles, plus ces notions se brouillent, s’éloignent, disparaissent. Ce qu’il raconte, nous le vivons tous quand nous essayons de cerner ce qui, par définition, fuit. Mais son expérience, pourtant, est unique.

D’une part, parce que ce moine pétri de foi s’adresse à Dieu, attend de lui des réponses et qu’il ressent comme une douloureuse et brûlante contradiction, ou en tout cas comme une énigme insoluble, la juxtaposition de l’éternité, de la création et du temps : l’un rend l’autre impossible. Ce faisant il s’approche d’une question interdite, mais son intelligence ne peut reculer : il se heurte, il se blesse aux parois de sa propre pensée, frôlant au passage le lien avec le mouvement du soleil et des planètes…

D’autre part, et c’est sans doute ce qu’il y a de plus émouvant dans ce texte, parce que nous assistons à la construction d’une pensée qui part de rien, sans étayage, comme un numéro d’équilibriste, comme le voyage d’un aventurier dans des terres vierges. Avec une incroyable exigence de vérité pour seul compagnon.

Mesures et démesures de la pensée

Ce qui fait théâtre ici, c’est d’abord l’incroyable présence de Stanislas Roquette, son engagement dans le jeu et dans les mots. Il fait de son corps l’instrument de mesure dont parle Augustin pour comprendre, nous prend, nous spectateurs, à témoin, des questions, des écueils, nous fait sourire de sa lumineuse naïveté, de son innocence, de son émerveillement à la moindre avancée. On oublie vite qu’il est seul en scène tant il habite l’espace, figurant la course des minutes comme celle du soleil, se jetant sur le sol sans égards pour son corps…

Ce qui fait théâtre aussi, c’est une mise en scène qui s’efface devant le texte et le comédien, qui nous rend ces questions passionnantes et lumineuses. La seule concession à l’artistique est apportée par la musique de Schubert, ce chant, la voix, qui font oublier un instant ce qu’ils devaient illustrer. Mais, bizarrement, ce n’est pas notre seule intelligence qui est convoquée, mais aussi notre émotion et notre sensibilité. C’est tout simplement éblouissant. Et donne vie pas à pas à ce grand théâtre national et populaire, agitateur d’idées, que construit Christian Schiaretti. 

Trina Mounier


Qu’est-ce que le temps ?, d’après le livre XI des Confessions de saint Augustin

Le texte est interprété dans la toute récente traduction de l’écrivain Frédéric Boyer, très remarquée lors de sa publication, sous le titre les Aveux, aux éditions P.O.L., 2007

Mise en scène : Denis Guenoun

Interprétation : Stanislas Roquette

Musique : Franz Schubert

Le spectacle a été créé le 26 juin 2010 aux Rencontres de Brangues, à l’invitation de Christian Schiaretti avec le soutien de France Culture

Durée : 55 min

T.N.P. de Villeurbanne • 8, place Lazare-Goujon • 69100 Villeurbanne

Petit théâtre, salle Laurent-Terzieff

Tél. 04 78 03 30 30

Site : www.tnp-villeurbanne.com

Du 1er au 23 décembre 2011 :

• Jeudi 1er décembre 2011 à 20 heures

• Vendredi 2 décembre 2011 à 20 heures

• Samedi 3 décembre 2011 à 20 heures

• Dimanche 4 décembre 2011 à 16 heures

• Mardi 6 décembre 2011 à 20 heures

• Mercredi 7 décembre 2011 à 20 heures

• Jeudi 8 décembre 2011 à 20 heures

• Vendredi 9 décembre 2011 à 20 heures

• Samedi 10 décembre 2011 à 20 heures

• Dimanche 11 décembre 2011 à 16 heures

• Mardi 13 décembre 2011 à 20 heures

• Mercredi 14 décembre 2011 à 20 heures

• Jeudi 15 décembre 2011 à 20 heures

• Vendredi 16 décembre 2011 à 20 heures

• Samedi 17 décembre 2011 à 20 heures

• Dimanche 18 décembre 2011 à 16 heures

• Mardi 20 décembre 2011 à 20 heures

• Mercredi 21 décembre 2011 à 20 heures

• Jeudi 22 décembre 2011 à 20 heures

• Vendredi 23 décembre 2011 à 20 heures

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Martine Rieffel 24/12/2011 11:41

J'ai découvert Stanislas Roquette cet été, au festival d'Avignon, avec le spectacle "Artaud-Barrault", c'était magique ! On était tous impressionnés par son talent. Lorsque j'ai voulu voir "Les
confessions de St Augustin" la semaine suivante, il y avait une file d'attente interminable tout comme la liste de pré-réservation, et au final salle comble, plus de place : le bouche à oreille
avait fonctionné comme un trait de poudre.

Rechercher