Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 18:06

Opéra-Comique

Saison 2013-2014


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Huit productions seront au programme, dont deux œuvres contemporaines en ouverture et en clôture.

pelleas-et-melisanse-2-615 elisabeth-carecchio

« Pelléas et Mélisande » | © Élisabeth Carecchio

Dans une salle Favart comble, la présentation de la saison 2013-2014 de l’Opéra-Comique s’ouvre sur le constat positif du soutien renouvelé du ministère de la Culture à cette institution de proportions bien plus modestes que celles de sa grande sœur, l’Opéra de Paris : 80 personnes y travaillent, contre 2 000 pour Garnier et Bastille. Une maison dont le directeur, Jérôme Deschamps, dit vouloir le retour à son identité de « maison d’opéra ».

La saison s’ouvrira en novembre par Written on Skin, dans le cadre du Festival d’automne. Cet opéra de George Benjamin, qui a déjà connu un succès considérable depuis sa création au Festival d’Aix-en-Provence en juillet 2012, est inspiré d’un fabliau du Moyen Âge, le Cœur mangé. Il sera mis en scène par la Britannique Katie Mitchell.

En décembre, c’est le grand répertoire romantique allemand qui occupera la scène avec le Manfred de Robert Schumann. Une œuvre rarement montée en raison notamment des multiples changements de décor qu’elle exige, et qui reste cependant « une partition fondamentale du patrimoine romantique allemand », comme le précise Agnès Terrier, dramaturge qui, au cours de la saison, propose une présentation de l’œuvre avant chaque représentation.

Le « grand patrimoine français », lui, arrive en janvier avec Lakmé, de Léo Delibes. L’œuvre, comme d’autres de la saison, sera jouée dans sa « maison mère » puisqu’elle fut créée à l’Opéra-Comique en 1883. Elle y a depuis été jouée plus de 1 500 fois. Un véritable hit, donc, avec ses mélodies devenues des classiques : l’« air des clochettes » ou encore le « duo des fleurs ».

Une création mondiale

L’exploration des classiques français se poursuit en février avec la reprise d’un Pelléas et Mélisande qui fut largement acclamé par la critique l’an dernier, toujours avec, entre autres, Karen Vourc’h en Mélisande. Il y aura ensuite un saut dans le passé avec l’unique œuvre baroque de la saison, Platée de Rameau, mis en scène et en musique par, respectivement, Robert Carsen et les Arts florissants de William Christie.

On revient au xxie siècle à travers deux œuvres, l’Histoire du soldat de Stravinsky et l’Amour sorcier de Manuel de Falla. Avec, dans ce dernier, la chanteuse Olivia Ruiz, qu’on n’attendait pas dans ce répertoire, qui cependant constituait en son temps autant d’exemples d’« alternatives à l’opéra traditionnel » selon Agnès Terrier.

C’est en mars qu’on pourra entendre « la grande opérette de l’année » à l’Opéra-Comique : Ali Baba, écrit par Charles Lecoq en 1882. Cette opérette, créée à Bruxelles, y connut un immense succès, sans toutefois connaître la même fortune en France.

Enfin, une création mondiale conclura la saison : le deuxième épisode des aventures de Robert le Cochon, ouvert aux petits et aux grands. Un spectacle annoncé comme des plus inventifs, après un premier épisode en 2005.

Mais on ne saurait présenter une saison de l’Opéra-Comique sans mentionner toutes les particularités attachées à cette originale maison. En premier lieu, les efforts déployés pour faire venir à l’opéra des publics variés, notamment les enfants : Lakmé, Ali Baba et Platée seront également présentés dans des versions courtes pour les petits. Chaque œuvre fait par ailleurs l’objet de spectacles et d’évènements annexes qui font de chaque production le centre d’un minifestival. C’est ainsi que Platée sera entourée de diverses rencontres, colloques (« Rameau entre art et science » le 22 mars), d’une alléchante « Leçon de William Christie » le 28 mars, ou encore d’une version pour chanteurs et marionnettes de Hippolyte et Aricie.

On finira sur l’académie lancée par l’Opéra-Comique l’an passé, et qui s’est donné pour but d’approfondir la formation de jeunes chanteurs dans le répertoire de prédilection de l’Opéra-Comique. Certains des lauréats se produiront d’ailleurs lors de représentations au cours de la saison, une participation prometteuse au vu des interventions très réussies de trois de ces chanteurs au cours de la présentation, dans des extraits d’opérettes. 

Céline Doukhan


Opéra-comique • 1, place Boieldieu • 75002 Paris

www.opera-comique.com

Réservations : 08 25 01 01 23

Photo du Foyer restauré de l’Opéra-Comique : © Designers anonymes

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher