Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 13:09

Un digne héritier


Par Michel Dieuaide

Les Trois Coups.com


Gérard Lecointe, fondateur et directeur artistique des Percussions Claviers de Lyon, ensemble musical renommé sur la scène nationale et internationale, prend les commandes du Théâtre de la Renaissance, à Oullins (69600), scène conventionnée pour le théâtre et la musique avec l’État et la région Rhône-Alpes.

gerard-lecointe-615 louise-kelh

Gérard Lecointe | © Louise Kelh

Heureux de sa nouvelle mission qui va lui permettre de s’adresser à tous les publics, enfants compris, Gérard Lecointe parle avec pudeur et sensibilité de ses goûts personnels. Pour celui qui a eu trop à redouter pendant des années du cloisonnement des arts de la scène, ses artistes de cœur et de plateau s’appellent, sans ordre de préférence, Thierry Pécou, compositeur, dont la musique le touche profondément parce qu’elle vient de la terre et de loin, parce qu’elle est sensuelle, mais aussi Bach et Rossini, Satie et Prokofiev, Bernstein et Bryars. Maguy Marin pour la danse et Jean Lacornerie, avec lequel les projets complices se multiplient, sont aussi des créateurs qui le passionnent. Un dernier aveu, lié aux émotions de ses lectures de jeunesse, sa fascination pour les romans de Jules Verne.

Retour en arrière

Gérard Lecointe, quoique normand d’origine, a été capable de dire franchement oui, à quelques moments d’hésitation près, pour s’engager dans ce qui est devenu le parcours de sa vie :  percussionniste, leader d’un ensemble, transcripteur, arrangeur et pédagogue. Fils d’une brillante pianiste, professeur au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, et d’un père pianiste et professeur lui aussi et, de surcroît, directeur du Festival d’Aix-en-Provence, il sait à quel point son milieu familial a influencé sa carrière. Enfant, entre Rouen, Paris, Aix-en-Provence et Lyon, il fait de beaux apprentissages et atteint à l’âge de douze ans un excellent niveau au clavier. Après le décès prématuré de sa mère, son père, à l’esprit ouvert, le laisse abandonner le piano et lui suggère de s’essayer aux percussions. Les années passent, et le jeune Gérard s’initie à toutes les musiques et rêve de devenir ingénieur du son dans le milieu du cinéma.

Reçu simultanément aux concours de l’École supérieure Louis-Lumière et à celui du C.N.S.M. (Conservatoire national supérieur de musique) de Paris et de Lyon, il choisit de venir vivre et étudier à Lyon où son père dirige également l’Harmonie de Lyon. Au C.N.S.M., il fait des rencontres décisives. Bénéficiant du rugueux enseignement en percussions d’Alain Londeix, son chemin croise celui de François Dupin, professeur exceptionnel qui l’aide à dépasser la stricte formation à l’usage et à l’interprétation des timbales, xylophones et autres marimbas. Des interrogations fondamentales et porteuses d’avenir le taraudent : jouer des percussions, mais pourquoi, nécessité de définir et bâtir un projet musical, donner avant tout du sens à ses choix. De plus, il fait la rencontre d’étudiants avec lesquels il crée les Percussions Claviers de Lyon. Plaisir du travail collectif, désir d’inventer des formes pluridisciplinaires, bonheur de concevoir ses propres spectacles.

Cela demandera du temps, mais au commencement des années 1990, après quatre années au conservatoire et avec la volonté de ne pas brûler les étapes, Gérard Lecointe et ses camarades investissent les scènes. Ils tissent des liens avec des lieux, des structures comme Grame, centre national de création musicale, ou l’E.O.C., ensemble orchestral contemporain, avec des artistes comme Nicolas Ramond ou des conseillers artistiques comme Nicole Raullin, à laquelle il doit tant pour avoir aidé son aventure à s’inscrire durablement dans le paysage culturel.

Mariage pour tous

Aujourd’hui, Gérard Lecointe et les Percussions Claviers de Lyon peuvent savourer lucidement dans le cadre de leurs nouvelles responsabilités la satisfaction d’avoir contribué à réduire les oppositions stériles entre musique classique et contemporaine, entre toutes les disciplines artistiques.

Gérard Lecointe sait qu’il a déjà accompli une longue marche et ne regrette surtout pas les années passées comme simple instrumentiste d’orchestre à l’Opéra de Lyon, sous la direction de John Eliot Gardiner et Kent Nagano. Au bon sens du terme, le Théâtre de la Renaissance se trouve dans les mains d’un héritier qui a de la mémoire et souhaite plus que jamais ouvrir sa maison à tous les publics curieux des tendances actuelles du mariage non incestueux entre la musique et le théâtre. 

Michel Dieuaide


Théâtre de la Renaissance / Oullins Grand Lyon

04 72 39 74 91

www.theatrelarenaissance.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans Rhône-Alpes | 2014-2015
commenter cet article

commentaires

Rechercher