Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 16:05

Zut, ils ont oublié
les costumes !


Par Marie-Christine Harant

Les Trois Coups.com


Deux costumes font leur entrée en scène dans « Pop rodéo », deuxième tableau du vertige théâtral « Quatre costumes en quête d’auteurs ». On rappelle qu’il s’agit de faire vivre quatre costumes créés en amont, pour lesquels quatre auteurs ont créé des personnages. Et voilà que pointe une des difficultés du projet : l’adéquation entre tous les artistes. Le très beau texte de Joël Jouanneau et la mise en scène pertinente de Luc Sabot n’interagissent que très peu, voire pas du tout, avec les créations de Françoise Astruc et Gabrielle Mutel. Belle représentation cependant.

Elle et Lui, les personnages de Pop rodéo, préparent la séquence d’un film. Elle, Évelyne Torroglosa, porte le costume créé par Gabrielle Mutuel. Un vêtement très complet, composé d’un pantalon, d’un top, d’une chemise en voile noir et d’une veste boléro ceinturée, l’ensemble visiblement inspiré par Stars War. La comédienne, méconnaissable sous une perruque blonde à la Marilyn – on comprendra pourquoi à la fin de la représentation –, se donne des allures de mannequin avant un défilé. Elle se regarde dans la glace, admire cette création toute neuve qui lui va tellement bien. Lui, Sébastien Portier, est assis à une table, chemise vert émeraude ouverte et perruque gris argent à la Andy Warhol. Ainsi travesti, on a du mal à reconnaître le comédien dont les traits fins font penser à ceux de Françoise Astruc, la créatrice du costume. L’homme arbore aussi un complet savamment lacéré, laissant apparaître une doublure marine. Consciemment ou non, il adopte les attitudes et les gestes de la costumière.

Un hommage à Marilyn, cette star fragile et complexe

Le beau texte de Joël Jouanneau ne fait référence à aucun vêtement particulier, et c’est dommage, car l’auteur a écrit en connaissance de cause. Les protagonistes sont plus préoccupés par leur ego que par ce qu’ils portent. Qui sont-ils d’ailleurs ? Cinéaste et actrice, photographe et mannequin, journaliste et star, psychanalyste et patiente, propriétaire et jument ? On peut penser qu’ils sont tour à tour l’un ou l’autre couple ou duo. L’auteur et le metteur en scène ne tranchent pas vraiment. Le nom de la femme prête aussi à confusion : Prairie, Moecke, Alice, jusqu’à devenir Marilyn en fin de représentation, échappée du film The Misfits, les Désaxés, en français. Désaxés ? Ce duo sur scène ne l’est-il pas ? On rembobine la pièce à l’envers et on se la repasse au ralenti, une piste s’impose alors. Celle d’un hommage à Marilyn, cette star fragile et complexe qui a inspiré Warhol, le pape du pop art. Pop rodéo, le titre devient presque limpide…

pop-rodeo theatre-du-hangar

« Pop rodéo » | © Théâtre du Hangar

Le très cérébral Luc Sabot s’est torturé les méninges. Il vient ajouter ses interrogations à celles de l’auteur. Cela fait beaucoup pour le spectateur, un peu dérouté, il faut bien le dire. Par-dessus le marché, Le metteur en scène est également comédien dans le diptyque Richard III-le Roi Lear. Du coup, deux univers s’entrechoquent dans son crâne. Cela n’empêche pas une remarquable direction d’acteurs.

En effet, Sébastien Portier et Évelyne Torroglosa jouent ces deux désaxés avec intensité et profondeur, passant d’un duo à l’autre avec naturel. Patiemment, ils parviennent presque à dénouer les fils de cette intrigue très embrouillée. Pop rodéo a inspiré deux mises en scène, on attend avec impatience celle d’Alexandre Morand. Dans le prochain tableau, Sébastien sera dirigé par Astrid Cathala dans un texte de Jean Reinert, le Messager… À suivre, dans un prochain numéro. 

Marie-Christine Harant


Pop rodéo, de Joël Jouanneau

Compagnie Jacques-Bioulès • Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

04 67 41 32 71 | télécopie : 04 67 03 07 12

www.theatreduhangar.com

communication@theatreduhangar.com

Mise en scène : Luc Sabot

Avec : Sébastien Portier, Évelyne Torroglosa

Création costume : Françoise Astruc, Gabrielle Mutel

Création lumière : Thierry Ganivenq, Jean-Yves Courcoux

Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

Réservations : 04 67 41 32 71

Les 12 et 13 décembre 2009 à 17 heures, les 15 décembre 2009 et 8 janvier 2010 à 20 heures, les 9 janvier et 4 mars 2010 à 20 h 45

Durée : 1 h 15

14 € | 10 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher