Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 10:10

Son manège à lui


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


L’hommage tendre et amusé de deux artistes-artisans à Petit Pierre, gardien de vaches sourd, muet et borgne devenu star de l’art brut.

petit-pierre-300 dr L’histoire est d’autant plus touchante qu’elle est vraie. Né au début du siècle dernier, Pierre Avezard est difforme et rejeté par les autres. Son bonheur, il le trouve en gardant les vaches. Petit à petit, il se met à ramasser toutes sortes d’objets, et entreprend la construction d’un immense manège fait de bric et de broc…

Cette vie étrange est narrée avec enthousiasme et sensibilité par deux interprètes immédiatement attachants, Pierre Azaïs et Ivan Ferré. On sent chez eux une sincérité, une empathie réelle avec les personnages évoqués, mais aussi avec le public. Avec cette histoire d’enfant difforme qui surmonte son handicap pour finir par être admiré de tous ceux qui découvrent son incroyable manège *, on aurait rapidement pu sortir les mouchoirs et rejouer le Téléthon. Mais pas du tout : car la pièce, qui met en relation la petite et la grande histoire, n’en élude pas les pages les plus noires. Il est notamment question sans détour de l’élimination par les nazis des personnes handicapées, à l’instar de tous ceux qui ne rentraient pas dans les horribles canons du national-socialisme.

Rouages improbables

La mise en scène est ludique et inventive. On avait déjà aimé ce bel équilibre entre l’acteur et les objets dans l’Odyssée du scarabée, pièce dans laquelle Ivan Ferré, adaptant le début des superbes Souvenirs entomologiques d’Henri Fabre, mettait en scène de façon passionnante la vie des bousiers (si, si). Ici, les deux comédiens jouent, dans tous les sens du terme, avec tout un bric-à-brac dont les formes hétéroclites finissent parfois par former une vache, un mécanisme zarbi, des rouages improbables. C’est pourquoi le monde bricolé de Petit Pierre trouve un écho naturel dans le travail des deux artisans-interprètes. Eux aussi font de leur bricolage un art – quoi que différemment de leur personnage. Il y a donc trois niveaux : celui de l’univers de Petit Pierre, celui des deux personnages-narrateurs de la pièce, qui sont des bricoleurs du dimanche ; et enfin, celui de la mise en scène, qui s’appuie sur l’utilisation et la fabrication d’objets pour faire passer le message. Bricolé en apparence, donc, mais en fait on ne peut plus cohérent…

Pierre Azaïs et Ivan Ferré captivent leur auditoire de spectateurs plus ou moins jeunes (le spectacle est proposé à partir de 9 ans), sans jamais tomber dans la niaiserie ou les effets faciles, aidés en cela par le texte de l’auteur québécoise Suzanne Lebeau, qui a beaucoup écrit pour le jeune public. Une performance d’autant plus méritoire que les interprètes jouent dans des conditions vraiment difficiles, même pour le Off : de l’eau est régulièrement déversée sur leur petit chapiteau pour le rafraîchir, tandis qu’à l’intérieur, les comédiens, fondant sous le feu des projecteurs, doivent se battre contre le boucan continu causé par un ventilateur. On ferait bien venir un artisan pour réparer ça. 

Céline Doukhan


* Le manège de Petit Pierre est exposé à La Fabuloserie, dans l’Yonne.


Petit Pierre, de Suzanne Lebeau

Cie La Sauce aux clowns

06 01 31 91 41

http://lasauceauxclowns.free.fr

lasauceauxclowns@gmail.com

Mise en scène et conseil artistique : Anne Rousseau et Ivan Ferré

Avec : Pierre Azaïs, Ivan Ferré

Décors : Pierre Azaïs

Création lumière : Anne Rousseau et Pierre Azaïs

L’École du spectateur • 5, place Louis-Gastin • 84000 Avignon

Réservations : 06 24 42 17 07

Du 9 juillet au 28 juillet 2013 à 18 h 30

Durée : 1 heure

10 € | 7 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher