Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 13:37

Spectacteur


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Parmi les nombreuses formes présentées lors de cette troisième et riche édition du festival Sens interdits figure un objet spectaculaire non identifié. Avec « Pendiente de voto » (traduit par « Vote en suspens ») présenté à l’Amphi-Opéra de Lyon, le metteur en scène catalan Robert Bernat signe une forme atypique car immersive. En effet, le public est ici intégré au dispositif du spectacle, il en est véritablement acteur.

pendiente-de-voto-615 blenda

« Pendiente de voto » | © Blenda

Chaque spectateur entre dans la salle muni d’une télécommande correspondant à ce qui sera son numéro de fauteuil. Le dispositif scénographique reprend ici le principe de l’hémicycle parlementaire. Au centre de celui-ci se trouve un écran qui n’est autre que le « Système ». Il y apparaît l’ordre du jour, puis les multiples et épineux sujets face auxquels les spectateurs devront (au son de sabre laser de leurs « zapettes ») se prononcer pour, contre ou s’abstenir. Le processus du vote est fidèlement reproduit, à ceci près que l’anonymat est totalement absent du processus : chaque votant voit ainsi son choix s’afficher à l’écran. Ici, enfin, pas l’ombre d’un comédien. En effet, c’est le public qui assure le spectacle en reproduisant peu à peu tout un système démocratique miniature, composé de sa présidence bicéphale, de sa justice, de son service d’ordre, puis de ses partis politiques.

Un à un, des thèmes aussi diversifiés que le port de l’uniforme dans les établissements scolaires publics, le sentiment d’appartenance communautaire, ou encore la notion de parité jusque dans les toilettes publiques, animent cette séance de vote pour le moins atypique. Chaque question montre, d’une part, par sa volontaire ambiguïté, l’inadéquation du procédé de vote face à la complexité des thèmes et autres débats de société abordés. D’autre part, le contraste provoqué par la légèreté de certaines questions liées, entre autres, au choix des morceaux de musique destinés à ponctuer la séance, montre le double visage d’un pouvoir qui distrait pour mieux gouverner.

Au-delà du jeu, un questionnement sur l’exercice du pouvoir

Drôle et léger en apparence, le dispositif évolue ainsi dans un deuxième temps en offrant une large place aux débats, aux joutes verbales et aux échanges entre spectateurs. Ces derniers participent ainsi à la réflexion, sous la forme d’une tribune d’expression précédant chaque vote. Et par glissement, c’est toute une remise en question relative au fonctionnement démocratique qui se dessine insidieusement. En effet, poussé à son paroxysme, le système ici créé devient dès lors l’exacte illustration de la citation de Max Weber selon laquelle la violence n’est plus le monopole de la majorité.

Pendiente de voto offre ainsi une expérience joyeuse et intelligente de la démocratie. Le dispositif d’immersion, par sa dimension fortement ludique et participative, ici mis au point par Roger Bernat, fonctionne suffisamment bien pour que l’alchimie opère. La passivité habituelle du spectateur est ainsi troquée contre son potentiel de citoyen actif, critique et éclairé. C’est donc avec impatience que l’on attend de retrouver le metteur en scène catalan avec le Sacre du printemps, autre dispositif immersif prochainement programmé à l’occasion du festival Micromondes. 

Élise Ternat


Pendiente de voto, de Roger Bernat

Direction : Roger Bernat

Assistant à la mise en scène : Txalo Toloza

Dramaturgie : Roberto Fratini

Créateur lumière : Ana Rovira

Créateur son : Juan Cristobal Saavedra

Effets spéciaux : Cube.bz

Visualisation des données : Mar Canet

Dispositifs et logiciels : Jaume Nualart

Musique : The Sinking of the Titanic de Gavin Bryars, PatchWorks et autres

Graphisme de scène : Marie-Klara González

L’Amphi-Opéra de Lyon • place de la Comédie • 69001 Lyon

Site du théâtre : http://www.sensinterdits.org

Réservations : 04 72 77 40 00

Lundi 28 octobre 2013 à 19 heures et mardi 29 octobre à 17 heures et 21 heures

Durée : 2 h 20, avec deux entractes

Tarifs : 20 € | 17 € | 14 € | 11 € | 8,50 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher