Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 23:17

L’ombre de Moby Dick


Par Emmanuel Cognat

Les Trois Coups.com


Jusqu’au 21 février, la Cie Les Ombres portées fait une très brève escale à la Cartoucherie de Vincennes. Elle a déposé à L’Atelier de Paris ses caisses de voyage, dont elle a sorti une bien étrange structure de bois, de tissu et de carton. Une grande boîte au sein de laquelle elle a installé ses machines à créer des histoires faites d’ombre et de lumière. Matériau avec lequel elle conte en musique les aventures oniriques de Pekee Nuee Nuee la baleine, qui émerveilleront les enfants autant qu’elles impressionneront les adultes.

pekee-615 les-ombres-portees

« Pekee Nuee Nuee » | © Les Ombres portées

De leur propre aveu, les membres de la Cie Les Ombres portées, tous issus du monde de l’art et du spectacle (de la musique au costume, en passant par la scénographie, la photographie et la peinture), ne connaissaient rien au théâtre d’ombres avant de s’atteler à la création de Pekee Nuee Nuee, qui est leur premier spectacle. Peut-être est-ce justement ce qui leur a permis de développer une telle créativité pour parvenir à raconter ce qu’ils voulaient raconter, de la manière exacte dont ils souhaitaient le faire. Car si Pekee Nuee Nuee est un spectacle court (à peine quarante minutes), c’est aussi un condensé d’émotions et de trouvailles visuelles et sonores.

L’histoire, elle, aurait fait consensus dès les premières séances de travail. La rencontre d’une baleine avec trois personnages symboliques : l’explorateur, qui incarne la science, muni de son mètre pliant ; le chasseur, symbole de la force et du combat ; et le musicien qui entreprend de dialoguer avec les animaux marins par l’entremise de son bateau-instrument. Une histoire à la fois simple et poétique, immersive, propre à susciter la rêverie. Un point de départ de choix pour inventer un univers sensoriel nouveau, personnel et éphémère. Un monde de projections diaphanes, de glauques lueurs sous-marines, de tempêtes et d’éclairs…

Une passion partagée

Les Ombres portées ont d’ailleurs choisi de nous faire pénétrer plus avant dans cet univers. Une fois le spectacle fini et les esprits du spectateur rassemblés, ils lèvent en effet les rideaux derrière lesquels ils se sont tenus cachés quarante minutes durant. Révélant alors au public leurs sources de lumière, les poulies et filins qui actionnent chacun des tableaux et les objets qu’ils manipulent pour les animer, pour la plupart faits de matériaux récupérés ou d’ustensiles domestiques. On sent la passion dans les explications, et un véritable désir de partage face auquel les yeux de tous âges s’arrondissent à l’identique.

Les musiciens font de même, apprenant aux enfants à souffler dans leur trompette et montrant à leurs parents les ambiances que peut créer une visseuse électrique. Ce sont les seuls dont on puisse directement observer le travail durant le spectacle. En tout cas, leur performance mérite d’être soulignée. Créant au fil de l’eau les thèmes musicaux de chacun des tableaux et devenant à certains instants de véritables hommes/femmes-orchestres (ils manipulent jusqu’à quatre instruments et objets en même temps), ils nous offrent avec brio ce qui manque si souvent au lecteur de récits d’aventures.

Et ces fameux tableaux alors ? J’aurais pu employer des dizaines de lignes à essayer de décrire ce en quoi ils consistent. Mais toute tentative d’évocation serait nécessairement demeurée incomplète, les mots étant incapables de rendre tous les aspects d’un spectacle qui fait au moins autant appel à la perception visuelle et sonore qu’à la capacité à s’émerveiller et rêver du spectateur. Aussi ai-je préféré tenter d’en susciter les images en déplaçant le faisceau lumineux sur le processus créatif pour laisser son résultat dans les replis d’une pénombre protectrice et autrement riche de possibilités. Si j’y suis ne serait-ce qu’un peu parvenu pour vous, c’est que vous avez l’âme dans les dispositions adéquates. N’hésitez plus, dès lors, à vous embarquer pour partir à la rencontre de Pekee Nuee Nuee. Et n’oubliez pas d’emmener vos enfants avec vous. 

Emmanuel Cognat


Pekee Nuee Nuee

Les Ombres portées • 36, rue Cavé • 75018 Paris

Site : http://www.lesombresportees.com/

Courriel : cielesombresportees@gmail.com

Conception : Damien Daufresne, Erol Gülgönen, Florence Kormann, Seline Gülgönen, rejoints par Simon Plane

Réalisation des décors et marionnettes : Damien Daufresne, Erol Gülgönen, Florence Kormann, avec la collaboration de Seline Gülgönen et Simon Plane

Manipulation : Damien Daufresne, Erol Gülgönen, Florence Kormann

Création et interprétation musciale : Seline Gülgönen, Simon Plane

Regard extérieur : Maud Hufnagel, Céline Schmitt

Atelier de Paris-Carolyn Carlson • la Cartoucherie • route du Champ-de-Manœuvre • 75012 Paris

01 417 417 07

office@atelierdeparis.org

www.atelierdeparis.org

– Métro : ligne 1, arrêt Château-de-Vincennes, puis prendre la navette en face de la gare d’autobus

– Bus : 112, arrêt Cartoucherie

Réservations : 01 43 74 24 08

Du 16 au 21 février 2013, du mardi au jeudi à 20 h 30

Séances scolaires mardi 19 et jeudi 21 février 2013 à 14 h 30

Durée : 1 heure

15 € | 10 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher