Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 14:41

Irrésistible Régis Mengus


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Quand l’Opéra de Tours remonte opportunément une opérette de l’un des maîtres de la mélodie française, André Messager, on accourt. Un Régis Mengus impérial mène la troupe, accompagné de toute la malice d’un metteur en scène ravi.

passionnement-615 françois-berthon

« Passionnément » | © François Berthon

Traditionnel bonbon de fête, l’opérette fait partie de ces délices dont on se délecte souvent avec un plaisir coupable. On a bien tort, tant l’apparente légèreté des situations recèle une critique sociale d’autant plus fine et efficace qu’elle passe par le rire. Si l’on peut regretter de trop peu fréquentes productions d’opérettes, c’est que ce répertoire constitué d’alternance de chant et de théâtre, mettant à rude épreuve ses interprètes, nécessite une équipe parfaitement aguerrie pour monter un spectacle équilibré. Avec l’association Art musical, le comédien et metteur en scène Jacques Duparc relève ce défi depuis plusieurs années avec constance et efficacité.

De Phi-Phi au Chanteur de Mexico, en passant par la rare Auberge du cheval blanc de Benatzky (donnée en début d’année à l’Opéra de Massy), Duparc embrasse ce vaste répertoire avec un enthousiasme communicatif. Pour cette fin d’année, il a choisi de remonter Passionnément, une comédie musicale d’André Messager (1853-1929) interprétée voilà dix ans à l’Opéra de Rennes avec des chanteurs différents. Belle idée que de mettre une nouvelle fois à l’honneur le nom de Messager, un compositeur de musique légère qui reste trop peu connu du grand public, et ce malgré l’élégance de ses mélodies. Chef d’orchestre admiré de ses contemporains (Debussy lui confia la direction de la première de son unique opéra, Pelléas et Mélisande), son renom l’amena à diriger le prestigieux Covent Garden de Londres sans pour autant négliger la composition.

Un vaudeville aux rebondissements incessants

Si Fortunio et Véronique restent ses deux œuvres les plus fréquemment jouées, Passionnément bénéficie du savoir-faire incomparable du librettiste Maurice Hennequin, à qui l’on doit notamment le Système Ribadier écrit avec Feydeau, et du célèbre parolier Albert Willemetz (Dédé, Ta bouche, Félicie aussi, etc.). Véritable vaudeville aux rebondissements incessants, on retrouve les habituels thèmes de l’adultère qui gangrène tous les couples, pour faire gagner au final l’amour véritable. On y voit ainsi l’oisif Robert Perceval prêt à tout pour séduire la belle Ketty, épouse du richissime homme d’affaires américain William Stevenson. Déguisée en vieille dame sur les ordres de son mari jaloux, Ketty tente d’éconduire par tous les moyens ce trop entreprenant jeune Français.

Jacques Duparc modernise le texte en apportant des ajouts heureux, telles ces nombreuses références à la mythique série télévisée Palace aux IIe et IIIe actes. Sa propre interprétation du majordome, tout en majesté dans ses lenteurs (corporelle ou de débit) étudiées, apporte une fantaisie malicieuse dont on se délecte à chaque apparition. On passera sur un premier acte qui apparaît quelque peu poussif avec sa mise en place de l’intrigue, tant les deux suivants sont un régal. Il faut dire que le casting très homogène ici réuni semble prendre beaucoup de plaisir dans la farce.

Étincelant pendant toute la représentation, Régis Mengus campe un Robert Perceval tour à tour séducteur et amoureux, irrésistible de fraîcheur et d’énergie. Mais c’est surtout sur le plan vocal qu’il surclasse l’ensemble de ses partenaires, un cran au-dessous. Voix ample, timbre apollinien, on se réjouit de le revoir très vite dans ce répertoire qui lui va comme un gant *. À ses côtés, la Ketty Stevenson de Catherine Dune compense une certaine dureté d’émission par des qualités d’actrice hors pair, se jouant aisément des pièges de son double rôle. On retiendra aussi l’espiègle Chloé Chaume (Julia), si drôle dans ses effronteries, tandis que Cécile Galois (Hélène Le Barrois) impose un naturel confondant dans le rôle de l’amante éconduite. Tout ce petit monde est mené par un Emmanuel Trenque qui fait vivre le moindre rebondissement avec une précision d’orfèvre dans la fosse. Sens du rythme, élégance du phrasé, tout y est. 

Florent Coudeyrat


* Et pour lequel ce jeune chanteur possède une expérience certaine. Outre Véronique de Messager à l’Opéra de Saint-Étienne, il a participé ces dernières années aux productions de Pas sur la bouche (Maurice Yvain) et de la Veuve joyeuse (Franz Lehár).


Passionnément, d’André Messager

Comédie musicale en trois actes d’après un livret d’Albert Willemetz et Maurice Hennequin

Ouvrage chanté en français, avec surtitres en français

Orchestre symphonique région Centre-Tours

Direction musicale : Emmanuel Trenque

Mise en scène : Jacques Duparc

Avec : Catherine Dune (Ketty Stevenson), Chloé Chaume (Julia), Jacques Lemaire (M. Le Barrois), Ronan Nédélec (le Capitaine Harris), Jacques Duparc (Auguste), Cécile Galois (Hélène Le Barrois), Régis Mengus (Robert Perceval), Didier Henry (William Stevenson)

Décors : Christophe Vallaux

Costumes : Opéra de Tours

Lumière : Marc Delamézière

Coproduction décors : Opéra de Tours / Art musical

Grand Théâtre de Tours • 34, rue de la Scellerie • 37000 Tours

Réservations : 02 47 60 20 20

Site du théâtre : http://www.operadetours.fr

Les 27, 28 et 31 décembre 2013 à 20 heures, le dimanche 29 décembre 2013 à 15 heures

Durée : 2 h 45 avec un entracte

De 14,5 € à 65 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher