Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 15:58

L’humour ad hoc


Par Ingrid Gasparini

Les Trois Coups.com


Virginie Hocq est une des meilleures comiques de sa génération. Elle est tout à la fois un croquis animé de Claire Bretecher, un documentaire animalier de la B.B.C. et une interprète de très très haute volée. De retour au Petit Montparnasse avec son one-woman-show « Pas d’inquiétude… », son immense talent et son énergie séduisent toujours autant malgré une écriture parfois inégale.

pas-dinquietude-615

Virginie Hocq | © X D.R.

Le spectacle débute sur une belle entrée assumée, à coup de déhanchés endiablés sur fond de Beyoncé et de décor de music-hall éclairé. Toujours si prompte à briser la glace, l’humoriste belge enchaîne par une adresse au public où se mêlent vraies-fausses confidences de traqueuse, sourires espiègles et promesse vague de nous faire éventuellement monter sur scène. Cette jolie épée de Damoclès lève les dernières résistances et le public se déride tout à fait.

Le jeu corporel tient toujours de la maestria, et on se délecte à voir cette grande tige de 1,80 m imiter l’autruche, le bonobo ou le manchot. Cette diva du burlesque ne recule devant rien, et sa puissance gestuelle atteint ici des sommets de maîtrise. On aime toujours autant certains personnages : le clown thérapeute acerbe, la bavarde devant l’éternel, la prima donna des divans… D’autres en revanche ont un petit goût de déjà-vu comme la bourgeoise au marché bio ou encore l’enseignante exhibitionniste qu’on a la vague impression d’avoir déjà croisée chez Julie Ferrier.

Des dissonances de style et de tonalité

Malgré un procédé apparentant le spectacle à la lecture d’un livre, les sketchs semblent partir un peu dans tous les sens sans véritable fil rouge. Les enchaînements se font via d’astucieux enregistrements sonores, qui tentent de relier le tout malgré des dissonances de style et de tonalité. On passe sans préavis de l’humour ultranoir à l’émotion, du sketch tarte à la crème avec échange épistolaire à l’inventivité totale dans le lâcher-prise corporel. Mais, malgré une écriture en dents de scie, le talent d’interprète de Virginie Hocq irradie.

Avec son précédent spectacle, C’est tout moi, elle avait atteint un niveau de perfection et d’équilibre total. Ici, elle continue de nous bluffer par ses facilités à tenir son public et à peupler la scène de mille personnages. Salopette noire, fossettes désarmantes et corps caoutchouc, rien n’a vraiment changé chez la comique la plus craquante du plat pays, et la salle est tout à fait conquise. Alors, pas d’inquiétude… 

Ingrid Gasparini


Pas d’inquiétude…, de et avec Virginie Hocq

Coauteurs : Marie-Paule Kumps, Jérôme de Warzée et Marc Donnet-Monay

Mise en scène : Marie-Paule Kumps

Création lumière : Marine Berthomé

Production : Corniaud & Co Productions
Le Petit Montparnasse • 31, rue de la Gaîté • 75014 Paris

www.petitmontparnasse.com

Réservations : 01 43 22 77 74

À partir du 12 janvier 2011, du mardi au samedi à 21 heures et le dimanche à 17 heures

Durée : 1 h 25

De 18 € à 32 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher