Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 14:10

[nu] et eux


Par Sarah Elghazi

Les Trois Coups.com


Pour entrer dans « [nu] » (comme « nous » ou « noue » en phonétique), il faut se laisser porter, embarquer dans une construction aussi formellement technique que passionnément improvisée. Entrer dans « [nu] », c’est comme monter à bord d’un carrousel incessant de mots, de sons et de lumières. On en sort agité, remué, empli du débordement de la langue jusqu’à en avoir la tête qui tourne. Une ivresse de poésie : il y a pire comme addiction.

nu-615 jerome-pouille

« [nu] » | © Jérôme Pouille

Tout commence sous les déferlantes sonores, la tempête des mots et la corne de brume de la musique. Trio qui se détache petit à petit dans l’ombre, les artisans de ce big bang sonore sont Thomas Suel, écrivain et slameur, Jérémie Ternoy au piano et Christian Pruvost à la trompette. La scénographie, composée d’éléments techniques qui lui confèrent un parfum de mystère technologique, les englobe sans les écraser, et surtout nous entoure : la diffusion circulaire du son permet une écoute multidimensionnelle où le verbe envahit tout l’espace, où le langage se fait tangible.

Dans une complicité incessante entre la musique, l’espace et la lumière, les mots se déploient. Poésie très concrète, qui joue et se joue des rythmes et des phénomènes d’homophonie inhérentes à la langue française, le texte de Thomas Suel mêle, telle une centrifugeuse, témoignages de « vraies gens » – les « nous » du titre – avec des torsions langagières, beatboxing et confessions qu’on imagine autobiographiques. Le tout crée une ambiance sonore hypnotisante qui se rêve comme vaste panorama exorcisant des solitudes contemporaines.

La plupart de ces textes, intensément quotidiens et politiques, la Compagnie générale d’imaginaire les a glanés pendant ses résidences, le long de ses rencontres avec les habitants des territoires du Nord ‑ Pas‑de‑Calais. Progrès, désespoir, préjugés, perte d’engagement, amour et mort, épuisement du collectif, lieux communs, montée des individualismes, rêves et méfiances : de toutes ces paroles singulières et familières, Thomas Suel se fait le réceptacle, la caisse de résonance qui les déforme et les lie à la fois.

Les distorsions musicales répondent aux inventions linguistiques, où la part belle est elle aussi laissée à l’expérimentation, tel ce piano customisé avec des noyaux d’abricots et des minuscules orgues de Barbarie, ou la trompette de Christian Pruvost détournée par de nombreux objets inusuels (archets, ballons…).

Au milieu du fracas comme de la douceur, vigie blonde dont on suit les pérégrinations langagières, le corps du slameur se confond presque avec une antenne de radio au signal tantôt ténu et intime, tantôt extraordinairement clair. Son débit de parole se fait ravageur lorsqu’il scande des refrains devenus rituels, et qui prennent à l’issue de ce voyage la valeur d’un hymne au multiple et aux retrouvailles. 

Sarah Elghazi


[nu], de la Compagnie générale d’imaginaire

Texte et interprétation : Thomas Suel

Composition musicale et trompette : Christian Pruvost

Composition musicale et piano Fender Rhodes : Jérémie Ternoy

Projection multiphonique : Alexandre Noclain

Création lumière : Claire Lorthioir

Conseil et regard artistique : Marie Letellier, Christophe Moyer et Sophie Descamps

Production : Compagnie générale d’imaginaire

Coproduction : Culture commune, scène nationale du Bassin minier du Pas‑de‑Calais ; La Rose des vents ; Le Vivat d’Armentières, scène conventionnée danse et théâtre

Avec le soutien de l’espace Culture université Lille‑I, de La Malterie, de L’Escapade, de Zoone libre

Le spectacle est soutenu par la D.R.A.C. Nord ‑ Pas‑de‑Calais, le conseil régional Nord ‑ Pas‑de‑Calais, Artois Comm., Valenciennes Métropole, le conseil général du Pas‑de‑Calais, l’A.D.A.M.I.

La Rose des vents, scène nationale Lille métropole • boulevard Van‑Gogh • 59650 Villeneuve‑d’Ascq

http://www.larose.fr/

Réservations, renseignements : 03 20 61 96 96

larosedesvents@larose.fr

Les 8 et 9 novembre 2012 à 20 heures

Durée : 1 heure

20 € | 15 € | 12 € | 7 € | 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher