Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 22:27

Kellylee Evans réenchante Nina Simone


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Nous avons déjà salué ici l’hommage rendu par Kellylee Evans à Nina Simone. Aujourd’hui, grâce à Plus loin music, ce remarquable travail qui a déjà rencontré les faveurs du public en Europe et aux Amériques est devenu un album somptueux. Ouvrez grand les oreilles.

kellylee-evans2 matt-howe

Kellylee Evans | © Matt Howe

Il vous faut d’abord oublier les interprétations de Nina Simone elle-même, car Nina n’est pas un clone ou une imitation, c’est une œuvre à part entière. Hormis Don’t Let Me Be Misunderstood où l’on retrouve un lyrisme et un souffle soul proche de celui que la grande dame disparue a illustré, l’album adopte plutôt une tonalité intimiste, à l’image du premier titre Do What You Gotta Do. Et bien sûr, on n’y entend pas de piano !

Pour son troisième album, celle qui fut lauréate, en 2004, du prestigieux concours Thelonious Monk International Jazz Vocals (les juges en étaient Quincy Jones, Al Jarreau et Dee Dee Bridgewater, excusez du peu !) s’est entourée d’un remarquable trio : François Moutin à la contrebasse, Marvin Sewell aux guitares (c’était Éric Lohrer, sur scène) et André Ceccarelli à la batterie. Ceci explique sans doute que, comme c’est très fréquent actuellement, la voix de la jeune canadienne, originaire de Jamaïque, ne soit pas toujours complètement devant, mais considérée comme un instrument de l’ensemble. C’est donc à l’album d’un vrai quatuor que nous avons affaire.

Ceci dit, Kellylee Evans, qui remporta le prix de la Meilleure Artiste féminine de l’année aux Canadian Smooth Jazz Awards en 2007, n’a pas mis sa voix de velours sous le boisseau et les 12 plages de ce nouvel opus nous permettent d’en apprécier toutes les facettes, y compris en français, avec un délicieux accent, dans une chanson de Brel, Ne me quitte pas. Un autre morceau, cosigné par un de nos compatriotes, Charles Aznavour, Tomorrow Is My Turn, met en évidence son sens du swing, avec un superbe accompagnement de Moutin à la contrebasse et de Ceccarelli à la batterie. La ballade des Gerschwin, I Love You Porgy, est sans doute une de celles où elle révèle le mieux ses qualités : puissance et délicatesse, diction parfaite et douceur du phrasé. Dans Love Me or Leave Me, portée par sa section rythmique avec un beau solo de contrebasse, c’est plutôt sa virtuosité qui est mise en valeur. Mood Indigo et Feeling Good, sur les notes de Marwin Sewell à la guitare, ont de quoi vous faire planer.

Kellylee Evans confie volontiers sa très grande admiration pour Nina Simone, à qui elle doit sa vocation de chanteuse. Nina, l’album qu’elle lui consacre aujourd’hui, est un grand hommage digne de sa dédicataire. 

Jean-François Picaut


Nina, par Kellylee Evans

Avec : Kellylee Evans (chant), François Moutin (contrebasse), Marvin Sewell (guitares) et André Ceccarelli (batterie)

Prochains concerts :

– le 15 octobre 2010 • Sunside • Paris

– le 16 octobre 2010 • festival Jazz sur son 31 • Toulouse

Label : Plus loin music • 8, rue du 7e-Régiment-d’Artillerie • 35000 Rennes

+33 (0) 223 488 879

www.plusloin.net

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher