Lundi 30 avril 2012 1 30 /04 /Avr /2012 16:49

« Never, never, never »

de Dorothée Zumstein

 

never-never-never-300 Préface de Guy-Patrick Sainderichin

I.S.B.N. 978‑2‑916834‑33‑7

160 pages

15 €

 

Never, never, never est une pièce de prénoms : Ted, Sylvia, Assia. Les initiales des noms de famille sont indiquées dans la liste des personnages, les noms eux‑mêmes cités dans les sources. Mais ils n’interviennent pas dans le texte, excepté une unique occurrence de celui de Sylvia Plath. Il s’agit donc d’une histoire privée.

 

Deux des personnages sont ouvertement, officiellement des fantômes. Le troisième, Ted, ne l’est pas. Il est vivant. Il s’agit donc d’une hantise : de l’histoire personnelle privée d’une personne que hantent des absents, des morts. Des absentes, des mortes. Ce qui se passe, ce qui se joue dans ce temps désarticulé emboîté, à chacun de s’en approcher. Never, never, never. Les amours du poète. Les femmes mortes. Dorothée Zumstein a dessiné l’arène. On voit et on entend enfin selon un ordre qui est celui du cruel et du sensible, et qui est insaisissable, incertain et recommencé, chaque fois à reprendre.

 

Recueilli par

Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Quartett éditions • 2 bis, villa du Progrès • 94120 Fontenay-sous-Bois

contact@quartett.fr

www.quartett.fr

Publié dans : Livres | Revues | D.V.D. - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche sur le site

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés