Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 21:36

Un polar qui « fait scoop »


Par Élise Noiraud

Les Trois Coups.com


Le Grenier à sel, qui accueille durant tout le mois des compagnies « ligériennes » (originaires des Pays de la Loire, pour les non-initiés), demeure une valeur sûre du Off. La preuve en est donnée de nouveau avec « Nature morte dans un fossé », de la Cie Addition Théâtre. Un spectacle étonnant et inclassable, qui nous fait plonger dans un polar du meilleur cru.

L’histoire, comme il se doit, commence avec un meurtre. Un meurtre ou plutôt un cadavre, celui d’une jeune fille, retrouvé au petit jour dans un fossé. La victime, nue, a été rouée de coups. Et, comme le dit l’inspecteur Salti, chargé de l’enquête, « ça fait scoop, et avec les scoops, on bosse mal ». Une enquête complexe, donc, comme un puzzle difficile à assembler. Fausto Paravidino, l’auteur italien de ce texte, a choisi une forme particulière pour raconter cette histoire noire. Construite comme un puzzle, justement, la pièce donne à entendre une succession de monologues (les versions des différents protagonistes), dans une atmosphère sombre mais pleine d’humour.

Cette ambiance est le premier point fort de ce spectacle. Un environnement qui exhale des odeurs mélangées : piaule sordide d’un dealer à la petite semaine, alcool fort avalé trop vite sur la banquette en Skaï d’une discothèque, parfums mêlés d’essence et de laurier rose devant une station-essence Agip, café bu à la va-vite pendant un interrogatoire… Cette sorte de carte postale olfactive, sensorielle, est restituée avec une étonnante précision par la mise en scène de François Chevallier. La place laissée à la parole et au pouvoir de la suggestion permet à son spectacle de passer hors les murs et de nous faire voyager dans la nuit (noire) d’une ville italienne.

nature-morte laurence-navarro

« Nature morte dans un fossé » | © Laurence Navarro

Et les comédiens participent grandement à ce travail de l’imaginaire. Avec souplesse, ils voyagent d’un espace à un autre, d’un moment à un autre, nous embarquant avec eux dans leurs versions incomplètes de l’histoire. Leurs personnages sont dessinés avec beaucoup de précision, dans un mélange irrésistible de noirceur et d’humour. Leur côté archétypal rappelle les personnages esthétisés de Fred Vargas, et l’inspecteur Salti n’est pas sans rappeler, parfois, un certain commissaire Adamsberg. Leur pessimisme les rapproche de ceux de Pouy, et nous révèle aussi un regard noir sur le monde et les rapports humains.

Mais l’essentiel demeure, à mon sens, l’étonnante capacité de ce spectacle à nous raconter une histoire. Le polar, ici, n’est effectivement pas qu’un exercice de style, un parti pris d’ambiance. Non, tout cela se met au service d’une histoire, dans un procédé narratif extrêmement original, qui se traduit au plateau par une grande liberté théâtrale. Les monologues prévus par le texte de Paravidino semblent offrir une vaste matière de jeu à François Chevallier et ses comédiens. Les personnages viennent nous raconter leur version, en les revivant plus ou moins. Leurs interlocuteurs peuvent être à leurs côtés, ou non. Leurs émotions peuvent être au présent, ou non. Derrière eux peuvent réapparaître une image, un flash, un souvenir. Ou non.

Et tandis que les comédiens semblent prendre beaucoup de plaisir à voyager dans cette narration non figée, le public, lui, se retrouve à la place d’un lecteur de polar. Le livre entre les mains, il plonge dans un récit duquel émerge, selon les moments, selon les mots, des images plus ou moins construites, plus ou moins abouties, mais qui mettent en marche, et font avancer le train de l’intrigue. Tenu par le suspense jusqu’au dénouement final, le spectateur plonge ainsi avec délectation dans une histoire qui est la leur, mais qui devient aussi la sienne, tant il peut y trouver une place pour son propre imaginaire. 

Élise Noiraud


Nature morte dans un fossé, de Fausto Paravidino

Addition Théâtre • 77 bis, rue Chanzy • 72000 Le Mans

02 43 40 08 57

Mise en scène : François Chevallier

Assistante à la mise en scène : Pascaline Gauthier

Avec : Ludivine Anberrée, Guillaume Bariou, Virginie Brochard, Christophe Gravouil, Alan Masselin, Léon Napias, Nicolas Sansier, Erika Vandelet

Dramaturgie : Christophe Gravouil

Scénographie / costumes : Anne Pitard

Lumière : Erwan Tassel

Son : Guillaume Bariou

Régie générale : Thierry Deschamps

Grenier à sel • 2, rue du Rempart-Saint-Lazare • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 27 09 11

Du 8 au 27 juillet 2010, à 20 heures, relâche le 19 juillet

Durée : 1 h 45

13 € | 9 € 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher