Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 13:27

La jeunesse au pouvoir


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Sur scène et dans la fosse, les jeunes talents du Conservatoire de musique et de danse de Paris sont partout. Ils relèvent le défi Mozart avec brio, ouvrant un passionnant cycle consacré au prodige autrichien.

mitridate-615 ferrante-ferranti

« Mitridate » | © Ferrante Ferranti

La Cité de la musique présente jusqu’au 8 mars 2014 un passionnant cycle consacré à « Mozart enfant », qui s’intéresse non pas au virtuose du piano, mais au compositeur déjà fécond des premières années. Le cycle débute avec Mitridate, re di Ponto (K. 87), première grande commande lyrique passée au prodige autrichien par rien moins que le Teatro Regio Ducal de Milan – l’ancêtre de la célèbre Scala. Le jeune homme de seulement quatorze ans parvient à composer une œuvre ambitieuse et imposante de trois actes qui lui valent les félicitations de son redoutable père.

Mozart relève le défi haut la main en variant habilement les climats et les atmosphères tout en offrant à ses interprètes de savoureux airs de bravoure. Une incontestable fraîcheur se dégage de cette musique sans fard, volontiers cinglante, qui ne provoque jamais l’ennui dans son alternance régulière de récitatifs et d’airs *. Si la caractérisation musicale des personnages n’est pas encore très affirmée, si la fin de l’œuvre peut paraître abrupte, l’inventivité du natif de Salzbourg offre à tous ses interprètes de quoi briller sur scène à tour de rôle.

Un savoir-faire précoce

Ce savoir-faire précoce accompagne habilement l’adaptation de la pièce homonyme de Racine en forme de huis clos vénéneux. Le roi Mitridate, sa prétendante Aspasia, ses fils Farnace et Sifare, tous rivaux en amour, se déchirent ainsi sur fond de guerre romaine et de querelle de succession pour le trône du Pont – royaume qui borde la mer Noire au nord de l’actuelle Turquie. La mise en scène de Vincent Vittoz mêle ce contexte historique, évoqué à travers de splendides costumes réalistes rappelant l’Asie Mineure, avec des décors sobres et intemporels.

De simples panneaux noirs font ainsi office de décor, se soulevant au gré de l’action pour établir des tableaux visuels variés. Vittoz joue constamment sur la géométrie, utilisant la profondeur de la scène pour mieux la réduire ensuite, multipliant les éclairages en clair-obscur et les effets de contraste en lumière vive. Inventive et élégante, cette mise en scène bénéficie de l’apport inattendu de sept danseurs tout de gris vêtus dans leurs habits contemporains. Sorte de doubles des chanteurs, ces jeunes étudiants du Conservatoire introduisent une distanciation heureuse par rapport à l’action.

Un enchantement constant

On retiendra la belle scène de l’empoisonnement, où les danseurs se passent successivement la coupelle funeste dans un rythme hypnotique. Enchantement constant, cet apport original permet aux chanteurs de se concentrer davantage sur leur performance vocale plutôt que sur le jeu de scène. Une initiative heureuse tant l’œuvre requiert un art consommé dans l’exercice difficile du récitatif. Dans cette pratique, les deux interprètes principaux incarnés par Enguerrand de Hys (Mitridate) et Jeanne Crousaud (Aspasia) s’imposent avec un sens du phrasé souple et agile. Diction alerte, musicalité, sens du jeu, tout y est.

Enguerrand de Hys surprend dès son premier air avec un timbre émouvant, plus fragile ensuite dans les passages virtuoses. Jeanne Crousaud se joue quant à elle aisément des redoutables vocalises. On retiendra aussi le Farnace solide techniquement d’Eva Zaicik, peut-être un rien timide dans l’interprétation, tandis que la puissance de l’Arbate d’Élisabeth Moussous ne fait illusion qu’un temps, tant les difficultés de placement de voix sont nombreuses. Ces quelques bémols ne sont que de menus détails face à une impression générale on ne peut plus satisfaisante compte tenu de la jeunesse des interprètes.

L’autre grande satisfaction de la soirée vient de la fosse, intensément applaudie, où la direction pétillante de David Reiland fait mouche. Un plaisir constant qui fait de ce jeune Mozart ainsi révélé un délice à consommer d’urgence et sans modération. 

Florent Coudeyrat


* Une caractéristique de l’opera seria. Voir aussi l’Olimpiade de Mysliveček et la Clémence de Titus de Mozart.


Mitridate, re di Ponto (Mithridate, roi du Pont), de Wolfgang Amadeus Mozart

Opera seria en trois actes, sur un livret de Vittorio Amedeo Cigna‑Santi d’après Mithridate de Jean Racine

Ouvrage chanté en italien, avec surtitres en français

Orchestre du Conservatoire de Paris

Direction musicale : David Reiland

Mise en scène : Vincent Vittoz

Enguerrand de Hys (Mitridate), Jeanne Crousaud (Aspasia), Anne‑Sophie Honoré (Sifare), Eva Zaicik (Farnace), Laura Holm (Ismene), David Tricou (Marzio), Élisabeth Moussous (Arbate)

Danseurs : Manon de Matauco, Oskar Eon, Marie Leblanc, Mathilde Meritet, Pierre Piton, Anthony Roques, Luc Verbitzky

Chorégraphie : Antoine Arbeit

Costumes : Dominique Burté

Lumière : Bruno Bescheron

Encadrement : Stéphanie-Marie Degand

Coproduction Cité de la musique et Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

Salle d’art lyrique du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris • 209, avenue Jean-Jaurès • 75019 Paris

http://www.conservatoiredeparis.fr

http://www.citedelamusique.fr

Réservations : 01 44 84 44 84

Les 26 et 28 février 2014 à 19 h 30, le 4 mars 2014 à 19 h 30

Durée : 2 h 50 avec un entracte

18 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher