Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 23:22

Victor Hugo au cabaret !


Par Emmanuel Arnault

Les Trois Coups.com


Après s’être attaqué notamment à Proust et à Shakespeare, le duo des Philippe (Philippe Honoré, adaptateur, et Philippe Person, metteur en scène) jette cette fois son dévolu sur un monument de la littérature française : « les Misérables » de Victor Hugo, avec trois comédiens et en une heure et quart. Était-ce trop ambitieux ? Dans l’agréable et réputé Lucernaire, on constate avec ce spectacle que l’audace n’est pas toujours payante.

Trois podiums couronnés d’ampoules encadrent une petite estrade centrale. La grande silhouette en carton-pâte de l’inspecteur Javert, menaçante par sa seule omniprésence, les murs dénudés du théâtre, les changements de costumes à vue : on nous a donné rendez-vous avec Victor Hugo… au cabaret ! Cette version incroyablement déjantée des Misérables refuse toute illusion théâtrale et privilégie de façon inattendue le second degré et l’humour, avec personnages caricaturaux, situations burlesques, nombreuses parties narratives, interactions avec le public, et même altercations entre les comédiens, qui commentent parfois ce qu’ils sont en train de jouer.

On est séduit par cette irrévérence, cette originalité. Hélas, l’adaptation ne fait que survoler cette immense fresque humaine : à force de trop couper, que reste-t-il de la profondeur originelle ? Le spectacle peine à trouver son rythme et s’essouffle bien vite à cause de sa forme un peu brouillonne. Il y a cependant de très bonnes idées de mise en scène, et une actualisation réussie dans des références aux « misérables » de notre temps. Malheureusement, les rires – trop souvent provoqués – asphyxient les possibles moments d’émotion.

Malgré cela, on se délecte du jeu des comédiens. Emmanuel Barrouyer, en tête, tire admirablement son épingle du jeu. Il est tout simplement sidérant dans une composition sans précédents d’une Mme Thénardier, ou encore une évocation ahurissante de Mickael Jackson. Il impose avec beaucoup d’élégance sa grande silhouette, dans une très grande maîtrise corporelle qui fait plaisir à voir. Sa partition est majeure dans la pièce, et il use avec spontanéité et fraîcheur de sa large palette de talents pour être aussi convaincant en Javert inhumain et calculateur qu’en Marius jeune amoureux transi. Philippe Person est aussi le metteur en scène, et peut-être à cause de cette double casquette, il a eu l’humilité de ne pas se mettre tellement en avant, ce qui est tout à son honneur. Il est présent, mais sait aussi s’effacer, et joue avec infiniment de sobriété, de délicatesse et d’humanité. Le plus souvent narrateur, il incarne aussi l’irrésistible grand-père Gillenormand et le rôle de Valjean, peut-être sans donner toute sa force à ce personnage majeur. Cette faiblesse est due aussi à l’adaptation, qui privilégie de façon incompréhensible le couple Marius-Cosette au détriment de tout le reste. Anne Priol, enfin, incarne les personnages féminins. Elle confirme, si besoin était, son grand naturel et son sens du comique à toute épreuve. Cependant, sa voix et son physique très particuliers ne lui permettent pas de composer des personnages réellement différents les uns des autres.

On nous avait donné rendez-vous au cabaret avec Victor Hugo. Mais, lui, il n’est pas venu. Et n’aurait sans doute pas reconnu sa propre œuvre adaptée par Philippe Honoré. De fait, je suis sorti de cette représentation avec un sentiment mitigé. Je n’ai pas vu les Misérables tels qu’on les connaît, mais j’ai vu un spectacle drôle, insolent, original, et vraiment singulier dans son genre. Alors, les Misérables  : impossible à adapter au théâtre ? À vous d’aller en juger au Lucernaire ! 

Emmanuel Arnault


Misérables, d’après Victor Hugo

Adaptation libre : Philippe Honoré

Mise en scène : Philippe Person

Avec : Anne Priol, Emmanuel Barrouyer, Philippe Person

Décors : Vincent Blot

Lumières : Alexandre Dujardin

Costumes : Anne Priol et Emmanuel Barrouyer

Bande-son : APPEB

Le Lucernaire • 53, rue Notre-Dame-des-Champs • 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

À partir du 21 octobre 2009, du mardi au samedi à 20 heures

Durée : 1 h 15

30 € | 20 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher