Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 23:40

Métro allegro : bravissimo !


Par Emmanuel Arnault

Les Trois Coups.com


Après un beau succès au Théâtre du Balcon l’été dernier au Off du Festival d’Avignon, c’est maintenant au tour du superbe Théâtre du Ranelagh à Paris d’accueillir la dernière création des Cinq de cœur : « Métronome ». Avec Pascal Légitimus en chef d’orchestre, on prend le métro avec eux pour une soirée réjouissante.

Les cinq protagonistes sont sur un quai, attendant le métro. Mais à la surface, c’est la révolte, et les manifestations mettraient presque Paris à feu et à sang. La cause de cela ? Une loi qui vient de passer obligeant chaque individu à se faire tatouer un code-barres sur le poignet. L’argument pas très finaud de l’histoire n’est en fait qu’un prétexte. Car ce qui nous intéresse ici, ce sont les pérégrinations farfelues de nos cinq usagers, coincés sur leur quai ! Ils attendent ce métro comme d’autres avant eux attendaient Godot. Ils apprennent peu à peu à se connaître par la force des choses. Des affinités se créent, des confrontations aussi.

Comme indiqué, il s’agit bien d’un spectacle « d’humour musical », ou encore une comédie musicale à la française (entendre : qui ne se prend pas au sérieux), où les passages chantés, majoritaires, alternent avec des passages joués pour la bonne compréhension de l’histoire. Quant au répertoire, son éclectisme a de quoi réjouir, chacun y trouvant son compte : on passe aussi bien de Ravel et Verdi à Patrick Hernandez ou Serge Gainsbourg, sans oublier Diam’s ou Mickael Jackson, Carl Orff et les Bee Gees. On saute avec plaisir de l’un à l’autre de façon tout à fait délurée !

L’admirable dans la prestation de ces cinq chanteurs-comédiens, c’est avant tout leur technique, irréprochable, et leurs voix, parfaites et toujours a cappella. On apprécie également leur énergie, leur grand sens de l’humour et du second degré. Cette marque de fabrique, qui fait la réputation des Cinq de cœur, est d’autant plus intéressante que ce sont presque tous des transfuges du monde de la musique classique. Ils composent chacun un personnage très caricatural (un peu trop ?) de notre société, et le font avec beaucoup d’aisance et d’exubérance. Pascale Costes (soprano) interprète la dépressive perpétuellement au bord du suicide ; Sandrine Mont-Coudiol (alto) la femme flic un peu trop tendue sur la détente ; Karine Sérafin (soprano) la femme d’affaires qui brasse des millions par téléphone ; Patrick Laviosa (ténor) le touriste marseillais, touchant de naïveté et de niaiserie ; Xavier Margueritat (baryton) le parfait chanteur raté reconverti dans l’animation de mariages. On sent leur complicité, leur plaisir communicatif d’être sur scène : c’est un régal.

« Métronome »

Légitimus enthousiasmé par leur talent

La grande réussite de ce spectacle déjanté est due aussi en grande partie au talent de Pascal Légitimus. Enthousiasmé par leur talent, l’ex-Inconnu leur propose alors de les mettre en scène dans leur prochain spectacle, comme l’avait fait bien avant Anne Roumanoff à leurs débuts. La maturité artistique et le sens du comique de Pascal Légitimus se marient parfaitement au talent des Cinq de cœur et à leur univers décalé. Il a effectué un grand travail sur le rythme global du spectacle : il ne nous laisse avec joie aucun répit tout en sachant ménager des moments d’émotion. Le bel équilibre entre la choralité des cinq et l’individualisation de chacun est aussi très bien vu.

Sa plus belle idée repose sur la scénographie, qui fonde l’esthétique exubérante du spectacle : aucun décor, si ce n’est un immense écran en fond de scène. L’apport de la vidéo lui permet absolument toutes les excentricités humoristiques. Au départ, représentant fidèlement une station de métro, le décor plonge peu à peu en même temps que les personnages dans une folie complètement délirante, les cadres de publicité devenant les écrans de tous les possibles. Le message subversif est clair et pas inintéressant : dans notre société crispée et pressée, ce qui pollue l’attention des Parisiens et limite leur champ de vision devient au contraire, sous la baguette de Légitimus, une vraie fenêtre sur le monde, sur le rêve, sur l’imaginaire le plus débridé, sur un ailleurs que chacun peut fantasmer. Message reçu.

Si l’on prend le métro avec eux dès le départ, les Cinq de cœur nous embarquent à deux cents à l’heure sur les rails de leur folie ! On éclate de rire souvent, d’un rire franc et libérateur qui fait du bien. Sans autre prétention que celle de faire passer une bonne soirée, le spectacle remplit parfaitement sa mission. C’est de l’humour musical d’un excellent niveau et ces cinq doux-dingues donnent le tempo. Les rappels n’en finissent plus, et devant une énergie et une bonne humeur aussi communicatives, le public est aux anges. Après un spectacle si bien réussi entre Pascal Légitimus et les Cinq de cœur, nous n’avons plus qu’à espérer que cette fructueuse collaboration ne sera pas la dernière. Pour le plus grand plaisir du public. 

Emmanuel Arnault


Métronome, par les Cinq de cœur

Mise en scène : Pascal Légitimus

Assistante à la mise en scène : Juliette Moltes

Avec : Pascale Costes, Sandrine Mont-Coudiol, Karine Serafin, Patrick Laviosa, Xavier Margueritat

Direction musicale : Didier Louis

Lumières : James Angot

Son : Mathieu Bionnet et Virgil Renée

Vidéo : Robert Nortik

Costumes : Claire Djemah

Théâtre du Ranelagh • 5, rue des Vignes • 75016 Paris

Réservations : 01 42 88 64 44

www.theatre-ranelagh.com

À partir du 2 décembre 2009, du mercredi au samedi à 21 heures, dimanche à 17 heures

32 € | 25 € | 18 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher