Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 17:50

Julie Tarnat rageuse Médée


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Pour clore l’année, le théâtre de l’Élysée s’attaque à un classique… mais un classique revisité. Médée est une figure antique née de la plume d’Euripide, réactualisée en un triptyque « Rivage à l’abandon » / « Matériau-Médée » / « Paysage avec Argonautes » écrit en 1982 par Heiner Müller. Cette pièce est ici mise en scène par Julie Tarnat pour elle-même, dans une forme intimiste et intense.

medee-materiau jm-touzin

« Médée-Matériau », avec Julie Tarnat | © J.-M. Touzin

Médée apparaît traditionnellement comme un personnage sombre dont la terrible histoire est ponctuée de meurtres. Fille d’Éétès, roi de Colchide, cette magicienne s’éprend de Jason, fuit sa patrie et accepte le crime de son frère Apsyrtos par amour. Hélas, Jason tombe amoureux de la fille du roi de Corinthe, Créon, se marie avec elle et répudie Médée, qui se venge en tuant sa rivale et ses propres enfants… De cette terrible tragédie, Müller en conserve la quintessence. À partir des fragments de textes écrits à des époques différentes, il joint des résidus d’histoire. En actualisant la figure de Médée, le célèbre dramaturge pose la question de l’homme confronté à la mort, la trahison, la violence… au moyen de métaphores empruntées à la guerre, à l’érotisme et à la maladie.

Dans Médée-Matériau, le dispositif scénique est réduit à un minimum d’éléments : rien d’autre que deux comédiennes, un micro et une boîte où se trouve la robe de mariée de Médée. Le rapport du public à la scène tel que l’a pensé Julie Tarnat a ceci d’intéressant qu’il intègre le spectateur à ce qui se joue sous ses yeux. Tel un membre du peuple pris à partie, il constitue l’auditoire. Les fauteuils forment un rectangle qui entoure et délimite le plateau. Chaque point de vue est unique, et tous convergent pourtant en direction du centre de la scène. Julie Tarnat incarne Médée dans un jeu où les regards des spectateurs ont prise sur chaque angle de sa personne. Le public est alors la métaphore de la cité qui observe et juge.

Julie Tarnat ne joue pas seulement un rôle

L’interprétation, quant à elle, est à l’image du texte : intense. Julie Tarnat est Médée, une Médée sauvage, vengeresse, détruite par la trahison de Jason, celui qu’elle aimait et qui s’en va pour une autre. Le jeu de la comédienne est chargé d’une véritable puissance, qui flirte parfois avec l’hystérie. Julie Tarnat ne joue pas seulement un rôle, elle s’approprie véritablement cette figure tragique. Malgré l’exigence du texte, la parole et la beauté de la pièce sont parfaitement restituées. L’œuvre de Heiner Müller recèle une terrible violence, une incroyable poésie, les mots courent à mesure de la diction de l’interprète. C’est une langue viscérale et passionnée, une langue du corps qui est donnée comme seul vestige d’un champ de bataille devenu champ de ruines.

Dans cette mise en scène, chaque détail est pensé avec soin. Les costumes ou encore le choix des éclairages sont d’une remarquable pertinence. Que la lumière soit présente ou non, tamisée ou en pleins feux, elle fait sens. Le rythme, lui, est ponctué par la nourrice, Céline Dumas (qui prête également sa voix à Jason), au son d’une clochette qui permet de passer d’un temps de la pièce au suivant.

Médée-Matériau est une pièce intense et difficile qui peut dérouter. Cette mise en scène par la Compagnie Ubris réussit à conserver avec finesse la puissance du propos et l’intensité des thèmes sans trahir le texte. 

Élise Ternat


Médée-Matériau, de Heiner Müller

Éditions de Minuit, Germania Mort à Berlin, précédé de Rivage à l’abandon. Matériau-Médée. Paysage avec Argonautes – Paysage sous surveillance – Pièce de cœur – Poèmes – Medeaspiel – le Dieu Bonheur, traduit de l’allemand par Jean Jourdheuil, Heinz Schwarzinger, Jean-François Peyret, Jean-Louis Besson, Jean-Louis Backès, 1985, 136 pages, 9,80 €

Compagnie Ubris

cie.ubris@gmail.com

Mise en scène : Julie Tarnat

Avec : Julie Tarnat, Céline Dumas

Collaboration artistique : Raphaël Patout

Lumière : Julien Dubuc

Son : Emmanuel Soccodato

Costume : Angèle Mignot

Administration : Martine Desmaroux

L’Élysée • 14, rue Basse-Combalot • 69007 Lyon

Réservation : 04 78 37 98 17

Durée : 55 minutes

10 € | 12 € | 16 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher