Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 19:06

Lecture, jeudi 6 septembre, 19 heures‑20 heures :


Annonce

Les Trois Coups.com


« Le Roi au masque d’or » de Marcel Schwob, précédé d’un extrait des « Chants de Maldoror » du comte de Lautréamont

Musée national Jean‑Jacques‑Henner • 43, avenue de Villiers • 75017 Paris

salome-2 sebastien-chambert Le musée Henner reçoit le comédien Jérémie Le Louët pour une lecture de deux œuvres de Marcel Schwob et du comte de Lautréamont. La langue singulière de ces textes illustre le dynamisme et l’inventivité littéraire de la deuxième moitié du xixe siècle. Par son engagement physique comme son travail sur le rythme et la musicalité du texte, Jérémie Le Louët parvient à recréer une atmosphère unique où le réel tend à disparaître pour laisser place au symbole et à l’imaginaire.

Les Chants de Maldoror (chant 2, strophe 5) du comte de Lautréamont (1846‑1870)

Véritable cri de révolte, les Chants de Maldoror, poème en prose publié en 1869, révèle le génie créatif d’Isidore Ducasse, dit comte de Lautréamont, dont l’univers sombre et mystérieux influença profondément les surréalistes. Cet extrait du deuxième chant relate la rencontre de Maldoror, protagoniste maléfique, avec une jeune fille incarnant l’innocence.

Le Roi au masque d’or de Marcel Schwob (1867‑1905)

Ce conte de Marcel Schwob, conteur et poète de la fin du xixe siècle proche des symbolistes, raconte l’histoire d’un roi qui porte en permanence, à l’instar de ses ancêtres, un masque d’or hiératique. Dans son palais, chacun porte comme lui un masque accordé à sa fonction sociale : masques graves et soucieux pour les prêtres, hilares pour les bouffons, séduisants et gracieux pour les femmes. Or, voici qu’un mendiant, aveugle et sans masque, se présente au roi et lui révèle de façon insidieuse que tout son univers de masques dissimule une réalité bien différente de l’apparence : « Toi‑même », dit‑il au monarque, « qui sait si tu n’es pas horrible malgré ta parure ? ».

Le roi le fait chasser, mais le doute désormais le ronge…

Lecture : Jérémie Le Louët

Son et régie : Simon Denis

Durée : 50 minutes

Lecture suivie d’un échange avec les spectateurs

Plein tarif : 7 €

Tarif réduit : 5 €

Gratuité : moins de 25 ans, chômeurs, allocataires des minimas sociaux…

Production : compagnie des Dramaticules

La compagnie des Dramaticules est en résidence au Théâtre de Rungis, au Théâtre de Corbeil-Essonnes et sur la communauté d’agglomération Seine‑Essonne. Elle est soutenue par la région Île‑de‑France au titre de la permanence artistique, par le conseil général du Val‑de‑Marne au titre de l’aide au fonctionnement, par le conseil général de l’Essonne et par la ville de Cachan

Recueilli par

Vincent Cambier


Musée national Jean‑Jacques‑Henner • 43, avenue de Villiers • 75017 Paris

www.musee-henner.fr

www.henner-intime.fr (blog)

01 47 63 42 73

publics@musee-henner.fr

Ouverture de 11 heures à 18 heures les lundi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche

Nocturne jusqu’à 21 heures, le premier jeudi du mois

Fermeture le mardi et certains jours fériés (1er janvier, 1er mai, dimanche et lundi de Pentecôte, 14 juillet, 15 août, Noël)

Photo © Sébastien Chambert : Salomé, mise en scène de Jérémie Le Louët

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher