Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 18:01

Un petit peu tiède
comme engagement…


Par Lise Facchin

Les Trois Coups.com


L’idée alléchait autant que le titre était long : « Manuel d’engagement politique à l’usage des mammifères doués de raison et autre hominidés un peu moins doués », ouf ! Yves Cusset, seul en scène, campe un homme face à son manque d’engagement politique. Au lieu de la complexité attendue, c’est hélas un spectacle un peu convenu, d’où l’on repart pourtant avec une pépite : un très beau passage sur la politique française d’expulsion.

manuel-dengagement-politique

« Manuel d’engagement politique à l’usage des mammifères doués de raison et autre hominidés un peu moins doués » | © D.R.

Sur la scène côté cour, des cloches en Plexiglas éclairées par le dessus et contenant divers objets : un cahier, un avion, un livre. Pour le jardin, un pupitre de la même matière translucide forme l’unique élément de décor. L’homme arrive sur scène en costume de café-théâtre : pantalon à pinces et chemise noirs. Il commence à exposer le choc de la découverte de son non-engagement, puis l’organisation de sa première manifestation silencieuse et solitaire, et son constat absolu dans le métro : chacun portait en soi une protestation silencieuse. De la création de son parti à l’asile psychiatrique pour finir à un « retour à droite », le spectacle suit les réflexions de l’homme, tantôt loufoques, tantôt profondes. Il est regrettable pourtant que le spectacle soit jalonné de ces lieux communs qui hantent le vaste domaine de la politique : « avec le programme socialiste, on avale de l’air et on ballonne », par exemple… Attendu, entendu, et l’ambulance n’est plus qu’une carcasse désossée depuis bien longtemps !

Cette trame apparaît hélas comme un artifice mal déguisé pour traiter de sujets tels que l’écart de classe qui n’a de cesse de s’accroître, la langue de bois employée par la classe dirigeante, le syndicalisme en déroute et cette aberration philosophique que représente l’identité nationale. C’est pourquoi le passage sur les expulsions détonne « comme un diamant somptueux dans un carré de topinambours, comme un cygne royal entouré de mouettes emmazoutées, comme un ouvrier polonais dans une soirée C.G.T., comme un lys au pays des merdouilles ». * La poésie qui se dégage de cette simple constatation, dont l’humanisme profond devrait être la seule grille de lecture pour embrasser de telles problématiques, m’a mis le politique aux paupières : « À mon arrivée au monde, je n’avais aucun titre de séjour, comme n’importe qui. En tout cas, pas plus de titre qu’un autre à commencer ses jours ».

La mise en scène, volontairement redevable envers la tradition du café-théâtre, est un peu plate, comme sans objet. Elle n’est ni bonne ni mauvaise. Elle semble ne pas vraiment exister sans pour autant être totalement absente. Ce n’est que lorsque l’homme raconte, à renfort de marionnettes, sa rencontre avec un expulsé dans un avion que le spectacle semble tenir quelque chose et faire corps entre ces trois dimensions fondamentales que sont au théâtre un texte, un corps et un espace scénique.

Si le texte comporte des lourdeurs et des paradigmes attendus dignes d’un repas du dimanche midi, des calembours ou des allitérations « pouêtique » du genre : « Moi j’avais plutôt peur d’avoir tort de rester dans ma torpeur, alors j’ai pillé ma torpeur et torpillé ma peur », certains très bons mots passent à la trappe parce qu’ils sont peut-être mal assumés par le comédien. Pourtant, malgré ce défaut stylistique, l’intelligence est là, tout au long du spectacle, cultivée, dynamique et pétillante. 

Lise Facchin


* Pierre Desproges, « Tribunal des flagrants délires », Réquisitoire contre Dorothée.


Manuel d’engagement politique à l’usage des mammifères doués de raison et autres hominidés un peu moins doués, d’Yves Cusset

Mise en scène : Fanny Fajner

Avec : Yves Cusset

Théâtre de Ménilmontant • 15, rue du Retrait • 75020 Paris

Métro : Gambetta (ligne 3 et 3 bis)

www.menilmontant.info

Réservations : 01 46 36 03 43

Du 7 octobre au 23 décembre 2010, à 19 h 30 et les dimanches à 16 h 30, relâche les lundi, mardi et mercredi

Durée : 1 h 10

19 € | 13 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher