Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 23:57

Merveilleuse Sandra Lopez de Haro


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


L’Opéra de Massy présente une nouvelle production de « Madame Butterfly », venue tout droit de Saint-Céré et Fribourg. Une réussite à tout point de vue.

madame-butterfly2-615 dr

« Madame Butterfly » | © D.R.

Massy, vous connaissez ? Cette petite ville francilienne de 40 000 habitants qui a la particularité de disposer d’une gare T.G.V., mais également d’un opéra installé au cœur d’un immense quartier de grands ensembles. Depuis son ouverture en 1993, une même équipe est aux commandes, avec le directeur Jack-Henry Soumère et le chef permanent Dominique Rouits à la tête de l’Orchestre de l’Opéra de Massy.

Nous pouvons bien l’avouer aujourd’hui, nos deux premières venues à Massy ont été très prudentes, avec les opéras Dialogue des Carmélites et Carmen accompagnés par l’excellent Orchestre national d’Île-de-France. Quelle ne fut donc pas notre surprise de découvrir mardi soir, en cette deuxième représentation de Madame Butterfly *, un non moins remarquable Orchestre de l’Opéra de Massy, aussi vif que précis dans ces attaques, volontiers prodigue d’une palette riche de couleurs.

Une jauge idéale pour les petites voix

Il est vrai que la jauge idéale de cette salle de 800 places permet de développer un rapport privilégié avec le public, ravi de cette proximité qui permet de recueillir les infimes variations de ton et de style. Elle donne aussi à de petites voix la possibilité d’exprimer une fragilité et une subtilité qui, dans une salle plus grande, serait parfaitement inaudible. C’est ainsi que la soprano Sandra Lopez de Haro, merveilleuse Butterfly, a fait sensation à Massy.

Quel bonheur de découvrir un petit bout de femme haut comme trois pommes dispenser avec tant de grâce un chant aérien, au velouté raffiné et toujours maîtrisé. Son sens du phrasé et ses pianissimi de rêve raisonnent encore au moment d’écrire ces lignes. L’histoire mélodramatique de Madame Butterfly a fait le tour du monde. Une jeune Japonaise séduite puis abandonnée par le soldat américain Pinkerton se refuse à accepter son sort. Épaulée par sa servante Suzuki, elle reçoit le soutien du consul Sharpless, pris de remords de n’avoir pas su éviter ce mariage soudain.

En face de Sandra Lopez de Haro, ses partenaires ne sont pas en reste. La servante est portée par le mezzo chaleureux d’Hermine Huguenel, tandis que Kristian Paul interprète un Sharpless touchant d’humanité face à l’aveuglement de l’héroïne. Sa voix puissante, toujours parfaitement posée dans les différentes tessitures, donne beaucoup de densité au rôle. Malgré un beau tempérament dramatique, Carlo Guido (Pinkerton) déçoit, en comparaison, par un manque évident de rondeur dans la voix, souvent forcée et proche de ses limites.

Un cortège burlesque et désopilant

La mise en scène d’Olivier Desbordes, directeur artistique du Festival de Saint-Céré, privilégie dans la première partie des éléments bouffes inattendus. Avec la transposition de l’action dans un Japon post-tsunami, le décor unique imaginé par Ruth Gross dévoile une maison pauvre dévastée, sur deux niveaux. À l’extérieur, un chemin en demi-cercle permet d’éviter l’eau. C’est ainsi que l’arrivée de Butterfly et toute sa famille se déroule sous la forme d’un cortège burlesque et désopilant qui parade à qui mieux mieux. Les costumes bariolés, aux couleurs plus chinoises que japonaises, ajoutent à cet esprit de fête.

Le contraste avec la deuxième partie, plus dramatique, de l’opéra n’en est que plus criant, la langueur de l’attente étant parfaitement exprimée par les beaux éclairages en contre-jour qui précèdent le geste fatal de l’héroïne. Le public, aux anges, ne s’y est pas trompé, réservant une ovation à toute la troupe à l’issue de la représentation. 

Florent Coudeyrat


* Présentée pour la troisième fois à Massy après 2001 et 2007, cette fois-ci dans une nouvelle mise en scène d’Olivier Desbordes.


Madame Butterfly, de Giacomo Puccini

Opéra en trois actes, d’après un livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica

Ouvrage chanté en italien, avec surtitres en français

Orchestre de l’Opéra de Massy et chœur Opéra Éclaté

Direction musicale : Dominique Rouits

Chef de chant : Inna Petcheniouk

Mise en scène et costumes : Olivier Desbordes

Assistant à la mise en scène : Damien Lefèvre

Avec : Sandra Lopez de Haro (Cio-Cio-San dite « Madame Butterfly »), Hermine Huguenel (Suzuki), Carlo Guido (Pinkerton), Kristian Paul (Sharpless), Éric Vignau (Goro), Matthieu Toulouse (Bonzo), Yassine Benameur (Yamadori / Commissaire impérial), Flore Boixel (Kate Pinkerton)

Décors : Ruth Gross

Lumière : Patrice Gouron

Coproduction Opéra Éclaté et Opéra de Fribourg

Opéra de Massy • 1, place de France • 91300 Massy

Site du théâtre : http://www.opera-massy.com

Réservations : 01 60 13 13 13

Dimanche 9 décembre à 16 heures et mardi 11 décembre 2012 à 20 heures

Durée : 2 h 45 avec un entracte

50,5 € | 46 € | 37,5 € | 34,5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher