Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 13:34

Exaltant

 

Le spectacle « Les salamandres dansent » naît en 2008 au moment de la création de la Compagnie Vivre dans le feu. Le titre sous lequel Tzvetan Todorov regroupe les écrits intimes de Marina Tsvetaeva – figure reconnue aujourd’hui comme l’un des plus grands poètes russes du début du xxe siècle – donne le nom à ce nouveau groupe théâtral rassemblant de jeunes artistes et ayant pour objectif la transmission des grands textes littéraires.

 

« Trois jeunes femmes cherchent à comprendre qui était la poète russe Marina Tsvetaeva au destin si particulier… », nous annonce la présentation du spectacle. On pourrait donc s’attendre à participer à une œuvre théâtrale en chantier, en train de naître sous nos yeux. Tout au contraire, nous assistons à une création accomplie, structurée, toute prête à bousculer le spectateur.

 

Le projet est très louable et fort intéressant : Louise Lévêque, Pauline Clément et Hélène Defline entreprennent une recherche poussée sur la vie et l’œuvre de Tsvetaeva, méconnue de son vivant et réhabilitée seulement en 1955, afin de la faire (re)découvrir au large public français. Amie de Boris Pasternak et Rainer Maria Rilke, la poète russe s’exila à l’étranger, entre autres en France, dans les années vingt. De retour en Russie à la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle fut confrontée à une hostilité oppressante qui la poussa au suicide en 1941.

 

Le pari (délicat !) étant de matérialiser sa parole, de rendre sa poésie physique et adaptable à une scène théâtrale. À cet égard, les trois jeunes comédiennes réussissent brillamment à incarner les propos urgents qui émanent des textes de Tsvetaeva. Par l’intermédiaire de la poésie citée, elles se questionnent sur les relations humaines, sur l’amour, la mort, la souffrance… afin de nous transmettre cette nécessité brûlante de vivre pleinement et d’exalter l’existence, à rebours de la neutralité et l’inertie de la société moderne.

 

C’est un beau travail scénique, engagé et esthétique, qui recourt à une scénographie subtile et mobile, conçue essentiellement à partir de livres et de photographies, qui ne cessent – dans un mouvement alternant la construction et la déconstruction – de meubler et de transformer l’espace. Ce petit espace intime de L’Aktéon sert bien le parcours poétique des comédiennes placées juste à côté du spectateur.

 

Dès lors, on oublie vite que le ton du spectacle est parfois trop didactique ou narratif, que le regard ainsi que certains accessoires se montrent par moments naïfs ou stéréotypés. Et, même si la partie introductive, biographique, se révèle trop longue par rapport à l’essentiel – la confrontation avec l’espace poétique –, on applaudit, le sourire aux lèvres et le cœur haut, cette création exaltante, urgente et profondément humaine. 

 

Maja Saraczyńska

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Les salamandres dansent, d’après Marina Tsvetaeva

(L’Histoire de Sonetchka, traduit par Véronique Lossky, éditions Clémence Hiver ; Vivre dans le feu, traduit par Nadine Dubourvieux, éditions Robert Laffont ; Le ciel brûle, traduit par Pierre Léon, éditions Gallimard ; Correspondances à trois, également de Boris Pasternak et Rainer Maria Rilke, traduit par Lily Denis, Philippe Jaccottet et Ève Malleret, éditions Gallimard)

Compagnie Vivre dans le feu • 56, rue de la Roquette • 75011 Paris

vivredanslefeu@gmail.com

Mise en scène : Louise Lévêque

Regards : Mattia Scarpulla

Avec : Pauline Clément, Hélène Defline, Louise Lévêque

Aktéon Théâtre • 11, rue du Général-Blaise • 75011 Paris

Réservations : 01 43 38 74 62

akteon.theatre@wanadoo.fr

Du 14 octobre au 7 novembre 2009 à 20 heures, du mercredi au samedi

Durée : 1 heure

16 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher