Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 16:52

Une voix qui (trans)porte

 

Après « Simplement compliqué » mis en scène et interprété par Georges Wilson (voir la critique de Maud Dubief), le Théâtre des Bouffes-du-Nord présente – dans le cadre du festival Hommage à l’âge * – une création poétique conçue et réalisée par Geneviève Page.

 

Mademoiselle Page est de retour sur les scènes théâtrales, après une absence de cinq ans, avec les Grandes Forêts, spectacle créé en 1992 au Petit Odéon, et présenté ensuite au Rond-Point et à la Comédie des Champs-Élysées en 1998. Onze ans après, la voix de la comédienne interprétant ses poèmes préférés habite l’espace des Bouffes du Nord.

 

© Philippe Harvet

 

Le choix des poèmes, subjectif et émotionnel, permet à Geneviève Page de chercher au fond de sa personnalité, de se questionner sur son passé, sa condition de comédienne, sur la mémoire, ainsi que de se montrer aux spectateurs telle quelle est, naturelle, « toute nue ». Par l’intermédiaire de sa sélection personnelle de tous les vers (de Racine, Baudelaire, Verlaine, Proust, Cocteau…) qui l’ont influencée jadis, l’interprète nous offre généreusement une partie d’elle-même, dans ce souci ardent de nous transmettre sa passion pour la poésie. Quant à nous, spectateurs, on se laisse toucher ou pas par ce moment de simplicité et d’intimité, isolé dans l’immensité de l’espace des Bouffes du Nord. On y est confronté davantage à la performance de la comédienne, dotée d’une forte présence scénique et vocale, qu’à une véritable création poétique.

 

En tout cas, le passage d’un poème à l’autre est un peu brut(al), les poèmes s’enchaînent, vite, les uns après les autres. Quant aux rares changements de lumière, ils s’opèrent timidement. De même, les éléments scénographiques (bureau, fauteuil, pyramide de livres, porte-paravent), éparpillés aux quatre coins du plateau, ne sont pas réellement habités. Aucun fond musical non plus n’accompagne l’ensemble. Comme seule musique, monotone parfois, s’élève la présence d’une voix. Une voix qui – par le biais de la récitation, du commentaire, du questionnement ou de l’autodérision – aspire à nous transporter vers les pays imaginaires des « grandes forêts ». Mais, après tout, comme le résume Mlle Page, « ce n’est pas un spectacle, ce n’est pas un show, y a rien à voir ». C’est simplement une belle rencontre entre une comédienne qui dit la poésie et des spectateurs qui l’écoutent. 

 

Maja Saraczyńska

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


* Festival Hommage à l’âge au Théâtre des Bouffes-du-Nord :

• Simplement compliqué – Georges Wilson, du 16 septembre au 24 octobre 2009

• Rétrospective secrète – Pierre Henry, le 11 octobre 2009

• Chants d’amour de Roumi – Jean-Claude Carrière et Nahal Tajadod, le 13 octobre 2009


Les Grandes Forêts, montage de textes poétiques

Conception et interprétation : Geneviève Page

Sous le regard de Pierre Hoden

Lumière et scénographie : Roland Hergault

Théâtre des Bouffes-du-Nord • 37 bis, boulevard de la Chapelle • 75010 Paris

www.bouffesdunord.com

Réservations : 01 46 07 34 50

Du 8 au 10 octobre 2009 à 19 heures

Durée : 1 heure environ

26 € | 18 € | 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher