Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 20:26

Les frères Taloche : chercheurs d’or

du quotidien

 

Frères amis ou ennemis ? Bonne question ! Les Taloche, depuis dix-huit ans, clownent leurs liens fraternels sur les planches, les tournent dans tous les sens possibles, pour le plus grand plaisir d’un public déjà fidèle, ou en voie de conversion. Après un superbe succès lors du Off d’Avignon 2010, voilà le fameux duo prêt à égayer le Théâtre de Gaîté-Montparnasse.

 

Avis de recherche : deux frères sillonnent la France, ou l’Europe, et surtout leurs contrées imaginaires. Signes particuliers : pas sérieux pour un rond, ils se moquent de tout, débusquent les petits ridicules du quotidien, en traquent l’absurde, et le font bien. Tous les lieux conviennent à leurs simagrées : plage à touristes ultra-surveillée, brasserie miteuse à la senteur de terroir primitif, cirque aux numéros éculés… Ne pas s’y tromper : s’ils semblent participer à la bêtise générale, ils s’attachent en fait à la mimer, à la grossir, à l’image d’une bulle que l’on s’amuse à gonfler pour mieux l’éclater.

 

Sont-ils donc si dangereux pour être autant recherchés ? Certes, ils passent sous le crible de leur humour ravageur de nombreuses conventions, critiquent à coups de mimiques des protocoles sociaux bien sclérosés. Mais jamais avec cynisme, ni méchanceté. À travers les différentes situations campées par les deux frangins, se profile même une forme de tendresse, presque indicible. Car, au-delà de contextes toujours cocasses, ce sont les relations entre ces deux originaux qui sont mises en scène, et leur complicité teintée d’une joyeuse raillerie réciproque.

 

Tantôt acolytes, tantôt rivaux, Bruno et Vincent Taloche se complètent, tels des Dupont et Dupond, ou des Laurel et Hardy. Dans chacun des sketchs, l’un des deux adopte une posture de spectateur des pitreries de l’autre, et semble en rire sincèrement. Touchante image, après tant d’années de travail commun ! C’est que leurs bouffonneries respectives sont tout à fait dissemblables, puisque habilement développées à partir de deux physionomies peu éclairantes d’une parenté quelconque. Le visage lisse, l’expression douce de l’aîné, contrastent avec la figure pâte à modeler de son frère, déformable à l’envie. En le titillant, en le provoquant, le grand Taloche sculpte les grimaces de son compère, qui ne se fait pas prier pour se livrer aux contorsions faciales les plus bizarres et les plus tordantes.

 

freres-taloche www.dyod.be

les Frères Taloche | © www.dyod.be

 

Huit courts épisodes s’enchaînent alors, sans autre rapport entre eux que la présence des énergumènes et l’atmosphère burlesque qu’ils distillent. La mise en scène d’Emmanuel Vacca, d’une intelligente sobriété, s’attache à mettre en valeur la truculence du jeu des humoristes, en évitant tout effet superflu. Comme les Taloche s’illustrent par un comique du geste, plus que de la parole, tout est mis en œuvre pour accentuer leur art qui s’approche souvent de la pantomime. D’une scène à l’autre, en un temps record et avec une énergie maîtrisée, les costumes sont changés et les décors plantés. Rassemblés par une même luminosité, les comédiens et le public sont d’emblée en connivence.

 

Une galerie de personnages, tous irrésistibles, défile sous nos yeux d’enfants que nous sommes redevenus. Super Mario est là, victime virtuelle d’un ado rebelle. Il ne tarde pas à faire place à un amant trop sûr de lui, dont le rendez-vous galant débouche sur un fiasco formidable, puis à une otarie pas franchement docile. Brillante, la scène de l’enterrement, avec messe en latin et rituels à outrance, nous présente deux hommes peu sérieux pour la circonstance, qui tentent de revêtir un masque de tristesse adéquat. En vain ! La cérémonie explose en un rock endiablé, qui achève de détruire toute tentative de sérieux.

 

La salle est alors secouée d’un rire régénérateur, presque instinctif, que seuls les grands clowns savent faire sortir des entrailles des irascibles. Les frères Taloche embaument le quotidien, en montrent les richesses, et les astiquent pour leur public enchanté. En un mot, ils sont des chercheurs d’or du quotidien. 

 

Anaïs Heluin

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Les Frères Taloche, nouveau spectacle

Mise en scène : Emmanuel Vacca

Avec : Bruno Taloche et Vincent Taloche

Théâtre de la Gaîté-Montparnasse • 24, rue de la Gaîté • 75014 Paris

Réservations : 01 43 20 60 56

Du 5 août au 2 octobre 2010, du mardi au samedi à 20 heures

32 € | 28 € | 16 €  (– 50 % du jeudi 5 au mercredi 18 août 2010 inclus)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher