Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 12:19

Partager la danse


Par Johanne Boots

Les Trois Coups.com


Le collège des Bernardins accueillait le 30 mars dernier « les Communs », un duo présenté par les danseurs Cédric Andrieux et Christophe Ives. Un spectacle sobre et essentiel, qui interroge la rencontre artistique en faisant véritablement de la scène un lieu du partage des pratiques.

communs-615 lynda-rahal

« les Communs » | © Lynda Rahal

Les Communs est le récit d’une rencontre : celle de deux danseurs, Cédric Andrieux et Christophe Ives, qui se sont connus dans les années 1990 au Conservatoire de musique et de danse de Paris, et qui, des années après, se retrouvent pour confronter leur pratique artistique respective, questionner ce qui les unit ou non.

Le sol de la nef du collège des Bernardins est le point de départ du spectacle, un sol nu, sur lequel les danseurs vont dessiner leurs espaces de danse et de jeu. Lentement, chacun des deux danseurs commence par répandre autour de l’autre des poignées de farine blanche, à l’aide d’un tamis, mettant ainsi au jour à la fois la surface sur laquelle la danse se déploie, mais aussi une matière instable qui la redouble et la met en relief. Car, bien vite, à chaque mouvement de l’un ou l’autre danseur, la poussière blanche s’envole, déconstruisant au passage les espaces préalablement tracés. Les corps, en dansant, impriment leur marque à ce sol volatile, qui en retour leur imprime la sienne, s’y fixe puis s’en échappe, fabriquant au danseur comme un double vaporeux, une trace éphémère du geste, qui s’évanouit immédiatement après avoir vu le jour.

Ce jeu avec l’espace et la matière sert en fait de support à une réflexion sur la rencontre artistique en général, et la mise en commun de la pratique de la danse en particulier. Les corps se toisent, se testent, s’affrontent, avant de s’associer, avec, par exemple, ce très beau moment où Cédric Andrieux et Christophe Ives répètent de fragiles portés. L’équilibre passe d’un danseur à l’autre, et le porteur, subrepticement, devient le porté : un exercice de patiente construction commune, qui n’est pas sans rappeler par moments le fascinant travail des artistes de cirque de la compagnie Un loup pour l’homme.

Une intimité partagée

La nef du collège des Bernardins offre un véritable écrin aux évolutions des deux danseurs : sobre en même temps que magnifique, à l’exemple du spectacle qui y est présenté. Surtout, le travail de la lumière (Abigail Fowler) et la disposition quadrifrontale du public permettent de mettre en commun entre spectateurs et danseurs cette fameuse rencontre qui est l’objet du spectacle. De la pleine lumière qui ouvre le spectacle, on descend progressivement vers l’obscurité crépusculaire, on parvient à l’intimité partagée. Trois quarts d’heure durant lesquels on oublie le parti-pris quelque peu théorique de cette création, pour s’intéresser aux successions de jeux de miroir, de fuites, de croisements, et laisser finalement advenir la rencontre essentielle, celle d’une œuvre avec son public. 

Johanne Boots


Les Communs

Chorégraphie et interprétation : Cédric Andrieux, Christophe Ives

Lumières : Abigail Fowler

Administration et production : Le Petit Bureau / Claire Guièze

Collège des Bernardins • 20, rue de Poissy • 75005 Paris

Métro : lignes 7 et 10, arrêt Cardinal-Lemoine ou Maubert-Mutualité

Réservations : 01 53 10 74 44

Site internet : www.collegedesbernardins.fr

Courriel de réservation : contact@collegedesbernardins.fr

Samedi 30 mars 2013 à 20 heures

Durée : 45 minutes

15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher