Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 14:35

Un très joyeux Noël


Par Laura Plas

Les Trois Coups.com


Une fée en patins à roulettes et lunettes, une drôle de marionnette qui a oublié la politesse, et trois clowns doués pour les plus délicieux ratages, tels sont les protagonistes du « Noël de Snoutch ». Un spectacle enlevé qui joue sur tous les tableaux comiques et n’est pas sans évoquer la troupe désopilante du « Songe d’une nuit d’été ».

noel-de-snoutch-615

« le Noël de Snoutch » | © D.R.

La fée Glinda, toute de rose vêtue, aime Noël. Ah, le sapin ! Ah, les guirlandes ! Ah, les contes ! Comme rien n’est assez beau pour cette occasion, elle fait appel à ses idoles : les frères Chipolatas. Mais ces derniers semblent bien avoir changé depuis leurs exploits au cirque de Pékin. Les voilà qui, avec la meilleure volonté du monde, se chamaillent, mettent la pagaille. Les rênes du conte échappent ainsi à Glinda, pour notre plus grand plaisir.

Car quels plus beaux ressorts comiques pourrait-on trouver que celui des ratages et dérapages en tous genres ? Les Têtes d’affiche l’ont fort bien compris. Dès le début, on rit quand Snoutch, la marionnette de Glinda, balance quelques mufleries que maman et papa ne nous permettraient pas. Mais quand les frères Chipolatas entrent en scène, attention aux éclats de rire et aux dégâts ! Dans ces trois artistes pleins de bonne volonté, on croirait retrouver Bottom et ses comparses du Songe d’une nuit d’été. Enzo veut s’arroger tous les rôles. Pouledeau se retrouve à faire la porte ou la tempête, comme dans la comédie de Shakespeare on jouait un mur. Avec de telles distributions, on peut s’attendre à tout… sauf à ce qu’on avait prévu !

Le vantard, l’idiot et le maladroit

En fait, les Chipolatas sont un concentré de défauts adorables. Mon premier (Enzo) est un vantard qui se croit irrésistible, mon second (Grandbuteau) a oublié ses neurones au placard, mon dernier (Pouledeau) est le roi de la maladresse. Tout bon clown doit trouver son personnage. Or, c’est une des principales qualités du spectacle : nous sommes confrontés à des personnages bien dessinés dans leur dégaine comme leur gestuelle. Grandbuteau, le grand barbu, qui joue l’enfant (genre Nils Olgerson) dans le conte de Glinda est confondant de pleutrerie et de bêtise. Enzo en Tarzan égaré dans un monde de fée est ridicule.

Mais le plus adorables de ces ratés-là est, selon nous, le troisième des larrons. Pouledeau, c’est le clown appliqué mais maladroit : un petit cousin de Stan Laurel. Lui qui se retrouve avec tous les petits rôles quand Glinda fait la distribution pour son conte s’impose indéniablement. Car tout en faisant rire, il provoque la tendresse. D’ailleurs, quand on part de la salle, on dissimule dans sa poche quelques-uns de ses flocons de polystyrène ou de confettis qu’il a jetés avec tant de sérieux et de constance. On vous laisse découvrir ses mille et une jolies maladresses. Au royaume comique, les éclopés sont les rois.

Ajoutons que l’on perçoit l’intelligence des interprètes dans leur jeu et dans leur propos, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas une seule seconde quand on est adulte. En définitive, il y en a pour tous les goûts dans ce sympathique spectacle. On n’a pas si souvent l’occasion de rire, encore moins devant des clowns. Alors, même si on n’est pas convaincu par les fatras enguirlandés de Noël, on aurait tort de se priver de ces jolis éclats de rire. 

Laura Plas


Le Noël de Snoutch, des Têtes d’affiche

Cie Les Têtes d’affiche

Site de la compagnie : www.lestetesdaffiche.com

Courriel de la compagnie : contact@lestetesdaffiche.com

Mise en scène : Audrey Luzoro

Avec : Lili Douard, Thierry Guillaume, Lung-Tung Guillaume, Yvan Mésière

Regard extérieur : Houari Bessadet

Création lumière : Martin Adin

Scénographie : David Buizard

Costumes : Sophie Visentin

Comédie de la Passerelle • 102, rue Orfila • 75020 Paris

Réservations : 01 43 15 03 7

Site du théâtre : http://comediedelapasserelle.blogspot.fr/

Du 1er décembre 2012 au 27 janvier 2013, les samedis 1er et 22 décembre à 15 h 30, les dimanches 2, 16, 23 et 30 décembre à 15 heures, les mercredis 12 et 19 décembre à 15 h 30, les dimanches 6, 13, 20 et 27 janvier 2013 à 16 h 15

Durée : 50 minutes

17 € | 14 € | 12 €

À partir de 5 ans

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher