Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 13:05

Demi-sœur, demi-succès


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Gérard Gelas met en scène le très beau texte d’Amanda Sthers sur fond d’attirance vénéneuse entre un homme et sa demi-sœur. De bons comédiens défendent sincèrement la pièce, mais sans jamais vraiment nous toucher.

lien-615 manuel-pascual

« le Lien » | © Manuel Pascual

Ce regard intense que se jettent les comédiens sur l’affiche est toute une promesse. À peine ouvert, le rideau de la petite salle du Chêne noir dévoile un plateau nu où seuls quelques cubes de lumière sont empilés pour figurer un bar branché. Assise, une jeune femme attend patiemment son demi-frère, dont elle vient d’apprendre l’existence suite au décès de leur père commun. Mais ce lien entre eux n’est pas le seul. Rapidement, par-delà les mots qui claquent durement pour éviter de nommer l’évidence, se fait jour une attirance réciproque, animale et irrépressible.

Tout va très vite dans la pièce d’Amanda Sthers créé au Théâtre des Mathurins l’an passé et reprise cet été à Avignon. Entre ce frère prédateur et cette sœur qui parle d’héritage pour mieux fuir son désir naissant, les dialogues précis et percutants fusent à la manière de la série télévisée Caméra café (dont Amanda Sthers écrivit les soixante premiers épisodes). Mais le talent de l’auteur français ne s’arrête pas là *, s’illustrant dans des domaines variés, de la littérature pour adulte ou enfant, au cinéma et à la chanson. Si l’on peut regretter une fin un peu abrupte, c’est sans doute que les comédiens ici réunis ne parviennent pas tout à fait à exploiter les possibilités offertes par le beau texte de Sthers.

Une dernière scène périlleuse

Trop univoque, Stanislas Merhar compose un crédible dragueur sûr de son charme et de sa maîtrise, mais qui peine à convaincre dans le registre émotif de la dernière scène, retournement final inattendu où la fragilité contenue de son personnage apparaît enfin au grand jour. D’une grâce élégante et fluide, Chloé Lambert charme, trop peut-être, par son naturel serein. Avec une faible projection (un comble pour une salle aussi petite), sa retenue ôte ainsi aux ruptures acerbes le ton d’une césure bienvenue. Le couple de comédiens sauve heureusement ces quelques imperfections par une attention décisive à la mise en scène épurée de Gérard Gelas.

Dans un décor minimaliste qui sera utilisé pendant les trois temps que comporte la pièce, imposant une direction d’acteurs serrée, se met en place un véritable ballet en forme de tango sensuel et vénéneux. Un délice des sens très plaisant, qui concentre l’attention du spectateur sur le texte, sur la joute entre les deux personnages, chacun avec ses armes et ses insuffisances. 

Florent Coudeyrat


* Voir par exemple la critique de l’un de ses plus grands succès, la pièce le Vieux Juif blonde écrite en 2006.


Le Lien, d’Amanda Sthers

Mise en scène, scénographie et lumière : Gérard Gelas

Avec : Chloé Lambert, Stanislas Merhar

Assistant à la mise en scène : Damien Rémy

Son : Jean-Pierre Chalon

Coproduction Théâtre du Chêne-Noir et Théâtre des Mathurins

Théâtre du Chêne-Noir • 8 bis, rue Sainte-Catherine • 84000 Avignon

Site du théâtre : http://www.chenenoir.fr

Réservations : 04 90 86 74 87

Du 6 juillet au 28 juillet 2013 à 19 heures

Durée : 1 h 15 sans entracte

De 15 € à 22 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher