Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 22:49

Quand la folie envahit la mémoire

 

Quand la mémoire ressurgit et nous oblige à nous souvenir. Quand ce souvenir envahit notre être et nous fait vaciller dans la folie. Quand nous n’avons plus d’autre choix que de nous rappeler et de dialoguer avec nos démons… Quelle issue nous reste-t-il ? Dans cette mise en scène de Gérard Vantaggioli, Stéphanie Lanier, prend des risques. Sur le plateau du Petit Hébertot, cette comédienne déploie un jeu d’une qualité rare dans « le Jeu de la mémoire ». Pas facile, pourtant !

 

jeu-de-la-memoire-afficheUne femme, seule en scène. Le plateau est nu, ou presque. Une toile tendue dans le fond et la voix d’un directeur de tournage. Mais une voix seulement, sortie de nulle part. Elle s’adresse à une comédienne qui doit jouer le rôle d’une actrice qui perd pied. Pendant une heure, elle est seule, seule face à elle-même et à ses démons, qui viennent se mêler au scénario. Qu’elle doit pourtant jouer. Des souvenirs l’envahissent, peu à peu, et la font basculer dans la folie.

 

C’est là un véritable rôle de composition interprété par Stéphanie Lanier, qui nous embarque progressivement dans la mémoire de son personnage, Stéphanie L. La comédienne porte d’ailleurs les mêmes initiales. Doit-on faire un lien ? Est-ce une volonté d’approfondir ce jeu de perspectives de théâtre dans le théâtre ? Nous ne savons pas, mais nous ne pouvons qu’applaudir au jeu de Stéphanie Lanier. Elle joue avec brio le rôle d’une femme un peu fanée, qui s’ennuie dans sa vie d’actrice sur le retour. Elle est obligée d’accepter des rôles, n’importe lesquels, parce qu’il faut bien manger et qu’elle n’a pas le choix. Seulement voilà, elle est prise au piège. Elle a signé un contrat et doit aller jusqu’au bout.

 

Alors, se superpose à ce qu’elle doit jouer un flot de souvenirs qui ressurgissent en vrac. Et, rapidement, nous ne savons plus si ce qu’elle dit fait partie ou non du scénario. Rêve ou réalité ? Souvenirs d’un passé douloureux ? On entend la voix d’un homme, celle d’un enfant à jamais perdu, un accident de voiture. Le spectateur pénètre dans le fond de sa mémoire grâce à une projection d’images : mélange d’elle-même et de rushes de vieux films, souvenirs et réalités se confondent. Le rythme s’accélère. Elle se débat pourtant, arpente le plateau, tente de s’enfuir, mais les mots la rattrapent, l’enserrent comme dans un tourbillon. En réchappera-t-elle ?

 

Outre le jeu de Stéphanie Lanier, ce qui est tout autant remarquable dans cette pièce est l’intelligence avec laquelle est exploitée l’image. En effet, lors des scènes où l’ombre de l’actrice est projetée sur la toile de fond, on pourrait croire qu’il s’agit là d’un simple jeu de lumière. Cependant, un spectateur attentif remarquera que les mouvements de Stéphanie L. et ceux de sa silhouette ne correspondent pas toujours. Cette projection, nous semble-t-il enregistrée à l’avance, creuse un dédoublement de sa personne. D’abord insidieux, il devient rapidement insupportable.

 

Si ce spectacle n’est pas une nouveauté, il mérite largement d’être repris. Le Jeu de la mémoire a été créé et mis en scène en 1984 par Gérard Vantaggioli, avec Michel Vitold, qui était alors à la Comédie-Française. Il est ensuite présenté dans une nouvelle mise en scène au Off du Festival d’Avignon en juillet 2009. En ce moment, au Théâtre du Petit-Hébertot jusqu’au 30 mai 2010, c’est un spectacle à voir ou à revoir, mais surtout à ne pas manquer ! 

 

Sheila Louinet

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Jeu de la mémoire, de Gérard Vantaggioli

Mise en scène : Gérard Vantaggioli

Avec : Stéphanie Lanier

Voix : Jacques Frantz, Pierre Trapet, Alain Dumas, Éléa

Création lumière : Franck Michallet

Création visuelle : Vivien Simon

Théâtre du Petit-Hébertot • 78 bis, boulevard des Batignolles • 75017 Paris

www.petithebertot.fr

Réservations : 01 55 63 96 06

Du 27 avril au 30 mai 2010, du mardi au samedi à 19 h 30, dimanche à 15 heures, relâche le lundi

Durée : 1 heure

20 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher