Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 18:28

Un éveil douloureux


Par Trina Mounier

Les Trois Coups.com


Pour son premier spectacle de la saison, et le dernier comme codirecteur du Théâtre Les Ateliers, poste dont il vient de démissionner, Simon Delétang a choisi de faire un montage de textes de jeunes auteurs politiquement engagés et que la chose politique intéresse. Ce « Guide du démocrate » emprunte en effet à Jean‑Charles Masséra et à Éric Arlix. Le premier signe aussi le texte joué en amont du « Guide du démocrate », « Programme », texte qui sert de support à une « installation sonore pour écoute collective ».

guide-du-democrate-615

« le Guide du démocrate » | © David Anémian

Le propos de ce Guide du démocrate est ouvertement politique et critique : il s’agit de proposer une sorte de parcours en forme de publicité à l’intérieur de la démocratie telle que nous la connaissons dans nos sociétés dites développées du xxie siècle pour mieux en démontrer les limites, les illusions et les mensonges. Où l’on nous montre que cette démocratie s’entend comme larrons en foire avec la consommation, et que notre démocrate n’est qu’un consommateur très sérieusement et sévèrement encadré. Le propos n’est pas complètement neuf.

Tout l’intérêt réside donc dans la mise en scène qui, précisément, emprunte les codes que nous voyons à l’envi sur nos petits écrans et grands panneaux : le plateau est fait d’une boîte blanche dans laquelle jouent les comédiens-personnages qui peuvent, de temps à autre, en sortir, mais sans s’en écarter notablement. Ils sont donc prisonniers de lignes, de schémas, de cadres… Le « démocratiseur » incarné par François Rabette a l’air, avec son costume sombre-cravate-chemise blanche, de sortir de la publicité pour la Banque populaire : toujours souriant, il fait l’article de tout ce que cette démocratie offre comme avantages… matériels. Il est artificiel à souhait (c’est son rôle), tandis que le démocrate Steven Fafournoux et la démocrate Lise Chevalier font des efforts manifestes pour être à la hauteur de ce bonheur qu’on leur met sous le nez.

C’est assez drôle, un peu trop long sans doute, car la démonstration ne requiert pas tant de temps : on a vite compris ce qui n’est plus, aujourd’hui, hélas, un secret pour personne. Le spectacle mériterait quelques coupes ici et là et y gagnerait en rythme.

Textes contemporains, théâtre expérimental

Tout autre est le spectacle qui précède, annoncé comme une installation sonore et qui fait vivre aux quelques spectateurs (la jauge est réduite) une expérience inédite : chacun est installé dans un fauteuil face à une rampe de projecteurs, appelé à fermer les yeux et à mettre un casque sur ses oreilles. Puis il entend à la fois le texte très incisif, impératif et manipulateur d’Éric Arlix (« tu passes cette porte, tu prends le couloir… ») et des sons (murmures inaudibles, décollage d’avion, jingles reconnaissables, conversations dont on n’est pas destinataire…), tandis que derrière nos paupières nous percevons des lumières plus ou moins éblouissantes, colorées par les gélatines… C’est une expérience sensible intéressante, plutôt amusante, une vraie installation comme notre siècle les aime. Cela annonce l’entreprise de décérébration dont on va nous parler dans le spectacle suivant. Sauf que, dans ce « Programme », on est placé dans une situation d’absolue passivité, on « suit » en pensée l’itinéraire et les ordres qui nous sont donnés sans qu’il y ait place pour quelque geste autonome que ce soit. 

Trina Mounier


Le Guide du démocrate, d’Éric Arlix et Jean-Charles Masséra

D’après le Guide du démocrate d’Éric Arlix et Jean‑Charles Masséra (éd. Lignes), We are l’Europe de Jean-Charles Masséra (éd. Verticales), Désobéissance, bienvenue à la réunion 359 (éd. IMHO) et le Monde Jou (éd. Verticales) d’Éric Arlix

Mise en scène : Simon Delétang

Avec : Lise Chevalier, Steven Fafournoux, François Rabette et Nicolas Hénault

Montage et adaptation : Simon Delétang

Scénographie : Daniel Fayet

Lumières : David Debrinay

Son : Nicolas Lespagnol‑Rizzi

Régie générale et plateau : Nicolas Hénault

Régie son : Pierre Xucla

Costumes : Julie Lascoumes

Stagiaire costumes : Gabrielle Mélis

Réalisation décor : Gérard Rongier et Anne de Crécy

Production Théâtre Les Ateliers

Du 13 novembre au 6 décembre 2012 à 20 heures

Durée : 1 h 25

Programme, d’Éric Arlix

Le texte est édité aux éditions Mac/Val

Concept, musique, sons : Nicolas Lespagnol‑Rizzi

Avec la voix de Pierre Germain

Lumières : Pascale Bongiovanni

Regard extérieur : Groupe Sansdiscontinu, Loran Chourrau, Érik Damiano, Muriel Laborde

Régie son : Pierre Xucla

Production déléguée : Théâtre Les Ateliers

Coproduction Groupe Sansdiscontinu

Du 14 novembre au 6 décembre 2012 à 19 heures

Durée : 35 min

Théâtre Les Ateliers • 5, rue Petit-David • 69002 Lyon

Réservations : 04 78 37 46 30

Site : http://www.theatrelesateliers-lyon.com/index.php?page=1

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher