Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 16:43

Époustouflante Ilka Schönbein !


Par Maud Sérusclat

Les Trois Coups.com


Mardi soir, c’était le grand soir à L’Arche de Bethoncourt, qui intègre désormais la nouvelle scène nationale du pays de Montbéliard. On reçoit une dénommée Ilka Schönbein, artiste véritablement unique en son genre. Elle est sèche comme une brindille, mais aussi épatante qu’un régiment de comédiens, illusionnistes et danseurs réunis. Accompagnée de sa complice Alexandra Lupidi, musicienne, elle a présenté sa dernière création « la Vieille et la Bête », un vrai joyau.

vieille-et-la-bete-615 mario-del-curto

« la Vieille et la Bête » | © Mario Del Curto

Le spectacle s’inspire de l’univers des contes, comme le titre nous le laisse entendre. Pour l’écrire, Ilka Schönbein a relu le Petit Âne des frères Grimm et a conçu une histoire inédite autour de ce texte. Elle raconte la vie de Lena, ou plutôt la fin de sa vie. Lena était une petite ballerine talentueuse. Elle est naturellement devenue une « ballereine » puis, le temps passant, une « balleruine ». Fâchée contre ce corps de plus en plus insoumis, cet « animal » qui lui joue des tours, notre « balleruine » attend. Elle ressemble à une vieille poupée rouillée. Elle sait. Elle sait qu’inexorablement la mort viendra frapper à sa porte. Mais attention, c’est qu’elle a du caractère, notre vieille dame, elle ne se laissera pas faire si facilement.

Vous l’avez deviné, le sujet est grave. L’artiste veut parler de la décrépitude du corps, de la vieillesse, de la mort. Elle pose cette question : mourir ou vieillir ? Pas très glamour et assez surprenant quand on sait qu’on s’adresse à un jeune public. Elle parvient à le faire avec tant de poésie, de justesse, d’originalité et d’intensité que les petits spectateurs, parfois inquiets, sont plus souvent amusés et les grands au bord des larmes tellement c’est beau. Ça paraît un peu mièvre, ce commentaire, mais voilà, c’est très simple : ce spectacle est juste beau. Il parvient miraculeusement à s’adresser avec la même intensité aux petits comme aux grands parce que les artistes ont toujours veillé à laisser la porte ouverte à plusieurs niveaux de lecture.

Une infinie délicatesse et une immense poésie

Ilka Schönbein interprète la petite ballerine. Elle joue aussi la « ballereine » et la « balleruine ». Mais ce n’est pas tout. Avez-vous déjà vu sur scène un âne jouer admirablement du luth ? Ilka Schönbein le fait. Avez-vous déjà vu sur scène un corps léviter et une âme s’en échapper avec une infinie délicatesse et une immense poésie ? Ilka Schönbein le fait. Elle mange aussi des pommes, embrasse le public et trinque à notre santé. Eh oui, ce spectacle est beau, et il est aussi fantasque et drôle. Elle est décidément très douée, on est vraiment devant une grande dame de théâtre.

Mais comment fait-elle ? Elle utilise des marionnettes qu’elle ne se contente pas d’animer. Elle les habite véritablement, à moins que les marionnettes ne la hantent, on ne sait plus très bien qui vient de qui, tant Ilka Schönbein et ses personnages semblent reliés, tant ils émanent d’elle. Ces « corps-marionnettes » sont par ailleurs d’une facture si délicate qu’on est immédiatement bluffé et emporté par leurs épatantes apparitions. En enfilant tour à tour une queue, un bras ou une jambe supplémentaire, cachée sous son costume noir, elle fait apparaître devant nous un tout autre personnage, étonnamment expressif. Et tout ça en un clin d’œil.

J’ai passé près d’une heure et demie bouche bée et les larmes aux yeux. En effet, on ne peut être que tour à tour subjugué, chahuté par de grands frissons ou des éclats de rire, emporté par le talent des artistes et par l’âme de ce spectacle tout simplement sublime, qui sait nous rappeler, non sans finesse, que la mort c’est la vie et que la vie est belle. De grandes émotions à partager en famille, ce n’est pas tous les jours, ne ratez pas ce bel hommage à l’Art avec un grand A. 

Maud Sérusclat


La Vieille et la Bête, de et par Ilka Schönbein

Mise en scène : Ilka Schönbein, assistée de Britta Arste, Romuald Collinet, Nathalie Pagnac

Avec : Ilka Schönbein et Alexandra Lupidi

Création musique : Alexandra Lupidi

Création lumière : Sébastien Choriol

Régie générale : Simone Decloedt

Régie lumière : Anja Schimanski

L’Arche, scène conventionnée pour l’enfance et la jeunesse, scène nationale de Montbéliard

Place des Fêtes • 25200 Bethoncourt

Réservations : 03 81 97 35 12 ou larche.hortensia.lizana@orange.fr

contact@scjp-larche.org

www.scjp-larche.org

23 et 24 mai 2011 à 20 heures

Durée : 1 h 20

De 4 € à 12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher