Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 23:27

Délires et bons mots


Par Emmanuel Cognat

Les Trois Coups.com


La compagnie des Femmes-à-Barbe fait remonter le temps au plateau du Montfort pour trois séries de « joutes verbieuses et improvisations façon xviiie siècle ». En s’appuyant sur un décorum soigné, la talentueuse troupe invente deux heures durant des histoires aussi rocambolesques que fantasques.

taverne-munchausen-615 dr

« la Taverne Münchausen » | © P. Bosc

Les gradins vides de la grande salle du Montfort, que l’on traverse pour gagner le plateau, sont un sas qui transporte le spectateur de la grisaille contemporaine aux lumières chatoyantes d’une salle de réception avec tentures et candélabres. Car le public fait partie intégrante du dispositif scénique de cette Taverne Münchausen. Précédant les comédiens poudrés et emperruqués qui occuperont bientôt le centre de la scène, chacun est invité à prendre place à l’une des tables disposées en désordre. Pour devenir le témoin privilégié de leurs divagations à venir, tout en ripaillant et buvant afin que le corps se trouve autant repu que l’esprit.

Entre alors le maître de cérémonie, personnage raffiné en tenue d’ecclésiastique qui expose en quelques mots choisis le propos de la soirée. Permettre à l’un des illustres mythomanes que leur vice a ruinés de renverser le sort en mettant leur imagination à profit pour se refaire une fortune. En effet, des pièces d’or seront offertes à qui saura s’inventer sur demande, tel le baron de Münchausen, un passé rempli des aventures les plus exubérantes. Puis vient le moment d’introduire ceux que l’on n’a d’ores et déjà plus la patience d’attendre : la comtesse Olympe de Pachassé de Montalenvert à la haute perruque en forme de cœur, le comte Jean-Chrisostome de Mère-Yeux, fardé à outrance, ou encore la très exotique Mercedes de la Natividad… Au total, trois caricatures gouailleuses et hautes en couleur, tout droit catapultées d’un siècle des Lumières d’opérette.

« Pourquoi vous doit-on l’expression “tomber dans les pommes” ? ». La première question, tirée au hasard par un membre du public, est offerte à la comtesse qui captive aussitôt son auditoire. Cantatrice, proche du roi, noble dame au grand cœur, amie du petit personnel… elle agrège les images que notre imaginaire associe à l’époque en un récit tape-à-l’œil dans lequel ses concurrents ne manqueront pas d’intervenir. Pour le rehausser par quelques remarques facétieuses. Car comment un mystificateur de renom pourrait-il résister à l’envie d’ajouter sa touche à une histoire en train de s’inventer ? Et l’autre perdre la face en refusant la proposition loufoque offerte par l’un de ses semblables ?…

Cabotinages de palais

Comme toujours, la narration souffre autant de ces intrusions piégeuses que le public s’en délecte. Car sans que le spectateur ne manque d’admirer le brio des comédiens qui improvisent pour lui, ce sont les instants de fragilité durant lesquels l’être humain en difficulté réapparaît derrière le personnage qui font tout son régal. Et il faut bien avouer que les Femmes à barbe sont maîtresses en la matière. Leur très grande compétence d’improvisateur, que nul ne songera à contester, laisse d’ailleurs imaginer que nombre de leurs hésitations sont, ainsi que tout ce qu’ils donnent à voir, de l’ordre du jeu théâtral.

Bien sûr, si le spectateur qui découvre l’improvisation se laissera émerveiller et savourera délires et bons mots, l’habitué pourra regretter que la troupe, qui décline le concept Münchausen dans d’autres univers (celui du Far West avec le Saloon Münchausen et celui des superhéros avec Super Münchausen), n’ait pas fait preuve d’un peu plus d’audace et d’inventivité. Après tout, le maître de cérémonie, les thèmes proposés par le public et les contraintes de jeu (telle que la rime) sont les fondamentaux des formes courtes d’improvisation (du cabaret au match d’improvisation, en passant par le Theatersports) qui dominent aujourd’hui la scène francophone. La troupe ne fait que les habiller d’une forte contrainte thématique qui apporte autant en termes d’ambiance qu’elle influe peu sur la structuration des improvisations.

La juste alchimie

Mais, finalement, qu’importe les ficelles ? Le plaisir procuré par les spectacles de ce genre tient dans leur incontestable spontanéité créative. Et il serait bien difficile de le bouder. Car entre les mains d’improvisateurs talentueux tels que Gwen Aduh et ses comparses, les batifolages de nobliaux emperruqués ont tout à la fois la saveur des grands spectacles populaires et la mise soignée qui ouvre les portes des grandes salles. Ce qui n’est déjà pas la moitié d’une réussite ! 

Emmanuel Cognat


La Taverne Münchausen

Compagnie des Femmes-à-Barbe

06 07 66 43 11

Site : www.femmesabarbe.com

Courriel : femmebarbe@gmail.com

Mise en scène : Gwen Aduh

Avec en alternance : Gwen Aduh, Arnaud Aymard, Aurélie de Cazanove, Jeanne Ferron, Stanislas Hilairet, Pépito Matéo, Yann de Monterno, Calixte de Nigremont, Miren Pradier, Valérie Véril, Jennie Anne Walker

Costumes : Aurélie de Cazanove

Le Montfort • 106, rue Brancion • 75015 Paris

Réservations : 01 56 08 33 88

Site du théâtre : www.lemonfort.fr

– Métro : ligne 13, arrêt Porte-de-Vanves

– Tramway : T3, arrêt Brancion

Les 5 et 6 novembre 2013 à 20 heures, du 12 au 14 décembre 2013 à 20 h 30, du 4 au 7 juin 2014 à 20 heures

Durée : 2 heures, avec entracte

25 € | 16 €

28 € pass une soirée / deux spectacles

Autres représentations de la trilogie Münchausen :

la Taverne Münchausen

– Le 9 novembre 2013 : Muzillac (56)

– Le 6 décembre 2013 : Rions (33)

– Le 12 février 2014 : Blanquefort (33)

– Le 22 février 2014 : Erquy (22)

– Le 25 mars 2014 : Clermont (60)

– Le 27 mars 2014 : L’Onde de Vélizy, Vélizy (91)

– Le 4 avril 2014 : Ablon-sur-Seine (94)

– Le 18 avril 2014 : Lassay-les-Châteaux (53)

le Saloon Münchausen

– Les 6 janvier et 3 mars 2014 : La Nouvelle Ève, Paris

– Le 13 février 2014 : Blanquefort (33)

– Du 21 mars 2014 : Chalette-sur-Loing (45)

– Le 28 mars 2014 : L’Onde de Vélizy, Vélizy (91)

– Le 11 avril 2014 : Sainte-Lucie-sur-Loire (44)

Super Münchausen

– Les 2 décembre 2013, 3 février 2014, 7 avril 2014: La Nouvelle Ève, Paris

– Le 29 mars 2014 : L’Onde de Vélizy, Vélizy (91)

– Le 5 avril 2014 : Magny-les-Hameaux (78)

– Le 29 mai 2014 : Langueux (22)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher