Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 16:09

« La Nuit juste

avant les forêts »

de Bernard‑Marie Koltès


Annonce

Les Trois Coups.com


Théâtre du Pont-Neuf • 8 place Arzac • 31300 Toulouse

– Vendredi 14 et samedi 15 septembre 2012 à 21 heures

– Du mardi 18 au jeudi 20 septembre 2012 à 19 h 30

– Vendredi 21 et samedi 22 septembre 2012 à 21 heures

nuit-juste-avant-les-forets-615 tristan-lorenzo-garcia

« la Nuit juste avant les forêts » | © Tristan Lorenzo Garcia

La nuit. Un homme aborde un autre homme. Un lit pour la nuit. Une voix qui résonne. Camarade, donne-moi du feu.

Juste avant. Un temps non narratif, poétique, musical. Il suspend et dilate la rencontre de l’acteur et du spectateur, véritable enjeu de la pièce.

Les forêts. Un lieu « mythopoïétique », un labyrinthe. Une selve obscure, où l’on doit s’enfoncer pour restaurer l’écoute.

« La nuit de Koltès » est un temps dilaté, suspendu, qui met en correspondance fantômes, désirs et mémoires. C’est l’histoire d’un jeune homme qui tente de retenir, en usant de tous les mots dont il dispose, un inconnu abordé un soir dans la rue…

Avec cette œuvre, qui l’a révélé, Bernard‑Marie Koltès construit un texte qui coule comme un fleuve, transportant le public dans un flux d’images vertigineux qui détourne l’attention des objets du discours pour revenir sans cesse au sujet : le spectateur lui-même, le camarade qui lui ressemble, l’autre « moi » qui lui échappe.

« Un personnage est toujours rassurant pour le public, il est un “autre”. La mise en scène du premier texte de Koltès est souvent passée par la création d’un “type” : l’étranger, le marginal. Mon intention est, au contraire, de transformer la voix de l’acteur en une musique susceptible de cerner et d’envahir le spectateur, et de le mettre au centre de la pièce : le “tu” prononcé devient le véritable personnage protagoniste. Le texte s’arrête toujours un moment avant que l’image ne prenne forme. Le spectateur est confronté à une série vertigineuse de situations qui, passant d’une figure à l’autre par une sorte de “fondu enchaîné” continu, ne sont jamais claires. Par cette technique stylistique, Koltès détourne l’attention des objets du discours pour revenir sans cesse au sujet : le “camarade” qui lui ressemble, l’autre “moi” qui lui échappe. »

Filippo De Dominicis

Coproductions : Théâtre du Pont-Neuf, en cours…

De Bernard-Marie Koltès

Avec : Pierre-Benoît Duchez

Mise en scène : Filippo De Dominicis

Crédit photographique : Tristan Lorenzo Garcia

Tout public à partir de 10 ans

Durée estimée : 1 h 15

Résidence de finalisation de création : du 27 août au 13 septembre 2012

Représentations :

– Vendredi 14 et samedi 15 septembre 2012 à 21 heures

– Du mardi 18 au jeudi 20 septembre 2012 à 19 h 30

– Vendredi 21 et samedi 22 septembre 2012 à 21 heures

Répétition publique, entrée libre : mercredi 5 septembre à 19 h 30

Bord de scène après la représentation : samedi 15 septembre

Recueilli par

Vincent Cambier


La Nuit juste avant les forêts, de Bernard‑Marie Koltès

Théâtre du Pont-Neuf • 8 place Arzac • 31300 Toulouse

05 62 21 51 78

www.theatredupontneuf.fr

Métro ligne A, arrêt Saint-Cyprien

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher