Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 17:23

La « Kitège » fiévreuse de Tcherniakov


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Aux abords de la fiévreuse Rambla de Barcelone, l’Opéra de la capitale catalane propose une audacieuse mise en scène d’un opéra de Rimski-Korsakov. Un excellent plateau vocal permet de découvrir une œuvre inégale mais finalement attachante.

svetlana-ignatovich-615 a-bofill

Svetlana Ignatovich (Fevronia) | © A. Bofill

Voilà déjà plus de quinze ans que l’Opéra de Barcelone, communément appelé « Liceu », s’est hissé au niveau des plus grandes maisons lyriques européennes. Il aura fallu un tragique incendie survenu en 1994 pour que l’Opéra soit entièrement reconstruit à l’identique, tout en s’équipant discrètement de toutes les fonctionnalités modernes (1). Mais c’est surtout en accueillant les grands noms de la mise en scène comme les stars du chant que la réputation nouvelle a été patiemment forgée. Une politique rendue possible en raison de la rivalité avec Madrid, ainsi qu’au formidable essor économique d’avant la crise de 2008.

Rien d’étonnant, dès lors, à retrouver un spectacle coproduit avec deux autres institutions prestigieuses, les Opéras de Paris et d’Amsterdam. Déjà présenté dans la capitale des Pays-Bas en 2012, l’opéra la Légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Fevronia de Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) le sera-t-il à Paris ? Aucune information n’a filtré en ce sens pour l’instant, l’œuvre ne figurant pas au programme de la saison 2014-2015. Reste donc à rejoindre Barcelone, une ville qui a été la première à représenter, en 1926, cet opéra en dehors du territoire russe. Plusieurs autres productions ont suivi, démontrant le succès jamais démenti de cette œuvre dans la capitale catalane.

Une œuvre fleuve imparfaite mais attachante

Contemporain de Tchaïkovski et membre éminent du « groupe des Cinq » avec Moussorgski, Rimski-Korsakov achève Kitège en 1904, trois ans avant la création à Saint-Pétersbourg. Le célèbre auteur de la suite symphonique Shéhérazade présente là son treizième et avant-dernier opéra, une œuvre fleuve imparfaite mais attachante, à l’inspiration inégale du fait d’une durée trop longue et de personnages principaux également trop nombreux. Fort heureusement, on retrouve la maestria du grand orchestrateur qu’est Rimski-Korsakov, tout comme les variations d’atmosphère assises sur un chœur très présent ou l’utilisation de savoureux thèmes du folklore russe.

Kitège raconte l’histoire d’un prince qui s’éprend de la jeune paysanne Fevronia contre l’avis de la population, tandis qu’au loin grondent les menaces tatares qui vont conduire à la défaite. Seule l’intervention miraculeuse de Fevronia permet à la ville haute de disparaître parmi des nuages qui rendent Kitège invisible, la protégeant ainsi de l’ennemi. Le metteur en scène russe Dmitri Tcherniakov (2) se saisit de ce conte avec force, et ce dès la première scène. Les murmures du public accueillent pendant plusieurs secondes l’effet saisissant d’une forêt nimbée d’une brume enchanteresse et merveilleuse. À mi-chemin entre représentation réaliste et symbolisme du conte, le premier acte se déploie dans ce décor superbe.

Les Tatares grimés en loubards

L’effet de contraste avec les actes suivants n’en est que plus saisissant, Tcherniakov nous embarquant dans un réalisme non avare d’une violence brute particulièrement marquante. L’arrivée des Tatares grimés en loubards marque les esprits, Tcherniakov dénonçant probablement là les peurs du bourgeois d’aujourd’hui. Seule la fin d’opéra, interminable et musicalement décevante, pâtit de cette vision qui se refuse à invoquer le merveilleux pour se concentrer sur les errements psychologiques de Fevronia et son acolyte Grichka.

Côté voix, on retrouve une distribution quasiment identique à celle réunie lors de la production amstellodamoise. Une bonne nouvelle tant le niveau global est de haut niveau, dominé par la Fevronia touchante et agile de Svetlana Ignatovich, l’énergique Dmitry Golovnin (Grichka) ou le fougueux prince d’Eric Halfvarson. On retiendra aussi la superbe basse de Vladimir Ognovenko dans le rôle du Tatare Bouroundaï.

Un spectacle vivement applaudi par un public très attentif pendant toute la représentation, pourtant assez longue, avec deux entractes. Une audience sans doute séduite par les audaces de Tcherniakov, mais aussi par la direction précise et détaillée de Josep Pons, parfois un rien trop lent dans les passages lyriques, mais qui sait aussi exalter sa phalange avec la clarté et la distinction qui caractérise sa direction. 

Florent Coudeyrat


(1) On pense par exemple au très utile sous-titrage du livret sur le siège devant soi, un système dont nous avions déjà parlé en décembre dernier, après avoir assisté à Tosca à New York.

(2) Déjà découvert en France avec Macbeth de Verdi à l’Opéra-Bastille en 2009, puis Don Giovanni de Mozart au Festival d’Aix-en-Provence en 2010.


La Légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Fevronia, de Nikolaï Rimski-Korsakov

Opéra en quatre actes, sur un livret de Vladamir Belski

Ouvrage chanté en russe, avec sous-titres en catalan, espagnol et anglais

Orchestre symphonique et chœur du Gran Teatre del Liceu

Direction musicale : Josep Pons

Mise en scène et scénographie : Dmitri Tcherniakov

Avec : Eric Halfvarson (Prince Youri), Maxim Aksenov (Prince Vsevolod), Svetlana Ignatovich (Fevronia), Dmitry Golovnin (Grichka Koutierma), Fiodor Poïarok (Dimitris Tiliakos), Maria Gortsevskaya (page), Josep Fadó et Alex Sanmarti (deux gentilshommes), Gennady Bezzubenkov (joueur de gusli), Albert Casals (dompteur d’ours), Xavier Mendoza (chanteur), Alexander Tsymbalyuk (Bediaï), Vladimir Ognovenko (Bouroundaï), Larisa Yudina (Sirine), Margarita Nekrasova (Alkonost)

Costumes : Elena Zaitseva, Dmitri Tcherniakov

Lumière : Gleb Filshtinsky

Coproduction Gran Teatre del Liceu, De Nederlandse Opera (Amsterdam), Teatro alla Scala (Milan)

Gran Teatre del Liceu • la Rambla, 51-59 • 08002 Barcelona

http://www.liceubarcelona.cat

Réservations : +34 93 274 64 11

Le dimanche 13 avril 2014 à 17 heures, les 16, 22, 26 et 30 avril 2014 à 20 heures

Durée : 4 heures avec deux entractes

De 11,5 € à 205 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher