Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 13:41

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

salome 28/05/2015 20:19

J'ai lu la pièce. Je pense que ça pourrait être très drôle si j'allais la voir. Mais la lire, comme ça, ce n'est pas top.
superbe critique!

Benco 30/04/2015 11:55

Il y a quelque chose de bien dérangeant dans votre critique. Si le mépris que vous exprimez pour le travail de cette troupe qui n'a pas l'heur de vous plaire n'est pas bien étonnant tant elle accompagne souvent la critique négative, aussi constructive soit-elle, le dédain que vous exprimez pour le public, qui contrairement à vous semble avoir apprécié, est bien plus consternant.
Finalement, votre billet est un peu malhonnête. Vous y mentionnez à demi mots que la metteuse en scène et les comédiens ont voulu transposer cette pièce de l'univers absurde qui est le sien vers celui de la farce. Mais le problème est que vous jugez de manière implicite et à priori ce choix, sans répondre clairement à une question simple : "ont-ils réussi ?". Tout au plus lâcherez-vous un dédaigneux "on se limitera donc à noter la diction claire et la précision du geste...", remarque cumulée avec ce constat, fort amer dans votre bouche, du plaisir manifesté par le public. Tout cela aurait du vous amener à conclure que l'objectif assumé par l'interprétation et la mise en scène, s'il ne vous convient pas subjectivement, est objectivement mené à bien. Cette conclusion semblant vous déplaire, vous avez préférer fustiger le public qui n'a rien compris. C'est tellement incohérent que vous en venez même à affirmer qu'il vous était impossible de souligner toute insuffisance dans la mise en scène.

À titre indicatif : les coupes dans le texte sont nécessaires pour tenir sur une durée imposée par les petits théâtres comme l'Aktéon. Si le choix des coupes ne vous convient pas, l'honnêteté aurait tout de même du vous pousser à mentionner ce détail. À moins que vous ne l'ignoriez, ce qui serait étonnant pour un critique averti comme vous.

Rechercher