Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 16:44

Perrault à la source


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Le conte de Perrault « la Belle au bois dormant » est superbement mis en scène par la compagnie baroque la Fabrique à théâtre *.

belle-au-bois-dormant-615 katell-itani

« la Belle au bois dormant » | © Katell Itani

Se laisser aller dans son fauteuil et se faire prendre par la main. Se laisser enchanter par tout ce qui flatte les sens et l’esprit : le conte, la comédie, les lumières (bougies vraiment magiques) et les sons (la fameuse diction baroque relevée d’une pointe de clavecin). Certains sont allergiques à ces mises en scène. Hiératique ? Envoûtant. Artificiel ? Un passionnant voyage dans le temps.

Pour peu qu’on ne fasse pas partie des allergiques, donc, on est d’emblée charmé par ce qui, comme dans tous ces spectacles baroquisants, ressemble à un rituel étrange : prononciation inusitée, gestuelle appuyée, position frontale. Sans compter la splendeur rougeoyante des étoffes qui frémissent sous la lumière dansante des bougies, et les maquillages là aussi très appuyés, lèvres vermeilles et yeux agrandis sur peau blafarde.

Clarté et gourmandise

Tout cela constitue un ensemble d’habiles parades à des contraintes propres à ce type de mise en scène, mais auxquelles on ne pense même pas. Ainsi, les éclairages sont les même du début à la fin : pas d’électricité, donc pas de projecteurs, d’effets d’imitation du jour ou de la nuit… Tout est laissé à l’imagination du spectateur et contribue finalement à l’insérer dans une sorte de bulle délicate et intemporelle.

Les comédiens font résonner la langue du Grand Siècle avec clarté et gourmandise. Ils incarnent plusieurs personnages chacun : princesse, fée, ogresse, etc., et, côté masculin, prince ou maître d’hôtel… sans oublier l’indispensable voix du conteur. Une interprétation qui serait parfaite si la jeune princesse de Céline Barbarin ne gloussait pas autant, et d’une voix suraiguë, ce qui, en plus d’être plutôt désagréable à entendre, donne un côté ado cruche et hystérique au personnage.

Mais peut-être est-ce là un choix du metteur en scène Jean-Denis Monory, de même que le deuxième procédé agaçant, mais heureusement limité, de cette mise en scène : la présence de mimiques un peu bouffonnes, comme quand l’un des comédiens se déplace en imitant un cheval. Effet destiné à amuser les enfants ? Peur de ne pas être assez drôle, assez intéressant ? Ou bien choix permanent ? Alors on réfléchit, on se dit : mais peut-être ne faut-il pas être trop puriste, plus royaliste que le roi ? Peut-être est-on un vieux croûton baroquo-rigide ? Peut-être était-ce comme cela du temps de Molière, avec des comédiens qui faisaient moult farces sur scène ? Et donc, forcément d’une intelligence insurpassable ? Pinaillage, de toute façon, d’un spectateur heureux au fond de son fauteuil rouge. Et on sourit en se rendant compte que cette Belle au bois dormant n’est autre qu’une sordide histoire de famille, le personnage le plus terrifiant étant la belle-mère, à qui il faut obéir en tout, aux prises avec sa bru. Une histoire d’amour et de mort, finalement…

À noter : le spectacle fait partie d’une série de Contes baroques regroupés par la compagnie (la Belle au bois dormant, les Souhaits ridicules et la Barbe bleue). Le format du spectacle chroniqué ici est celui de la version pour publics scolaires. 

Céline Doukhan


La Belle au bois dormant, d’après Charles Perrault

La Fabrique à théâtre • 31, rue des Moulins • 37250 Montbazon

Tél. / télécopie 02 47 48 91 30

Courriel : info@fabriqueatheatre.com

http://fabriqueatheatre.lautre.net/htfr/compagnie-accueil.html

Mise en scène : Jean-Denis Monory

Direction musicale : Olivier Beaumont

Avec : Céline Barbarin, Julien Cigana

Clavecin : Olivier Beaumont

Costumes/atelier toile : Chantal Rousseau

Lumière et construction : Martin Le Moal

Scénographie : Charlotte Smoos et Jean-Denis Monory

Peintures : Charlotte Smoos

Théâtre municipal de Fontainebleau • rue Richelieu • 77300 Fontainebleau

Réservations : 01 64 22 26 91

Le 11 janvier 2013 à 14 heures et 15 h 30 (représentations scolaires)

Durée : 50 minutes

9 € | 6 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher